Internationaux de France : “Je ne soutiens pas la guerre”, déclare la Biélorusse Sabalenka | Actualité Tennis

0
307

La numéro deux mondiale du tennis, la Biélorusse Aryna Sabalenka, a déclaré qu’elle ne soutenait pas la guerre en Ukraine et la position du président de son pays à ce sujet, alors qu’elle reprenait ses fonctions médiatiques à Roland-Garros.

La Biélorussie est un proche allié de la Russie qui a permis aux forces de Moscou d’utiliser son territoire comme rampe de lancement pour l’invasion de février 2022.

Après avoir remporté son quart de finale (6-4, 6-4) à Paris contre l’Ukrainienne Elina Svitolina mardi, Sabalenka a déclaré aux journalistes qu’elle n’était “pas une experte en politique” en réponse à des questions sur la guerre.

« Je ne veux pas que mon pays soit en conflit ; Je ne soutiens pas la guerre », a déclaré Sabalenka lors de la conférence de presse. “Je ne supporte pas la guerre, ce qui signifie que je ne supporte pas [Belarusian President] Alexandre Loukachenko en ce moment.

Sabalenka n’avait pas assisté à ses deux conférences de presse précédentes après ses matchs de troisième et quatrième tour la semaine dernière, invoquant des raisons de santé mentale et affirmant qu’elle ne se sentait pas en sécurité après avoir été interrogée sur l’invasion.

« Je me sentais vraiment mal de ne pas venir ici. Je ne pouvais pas dormir. Comme tous ces mauvais sentiments étaient dans ma tête, je ne pouvais pas m’endormir », a expliqué Sabalenka, bien qu’elle ait dit qu’elle ne regrettait pas de s’être retirée de ses fonctions médiatiques.

« Je ne regrette pas les décisions. Je me sentais vraiment irrespectueux et je me sentais vraiment mal. Je veux dire, le Grand Chelem, c’est assez de pression à gérer, et j’ai juste essayé de me concentrer sur moi-même, sur mon jeu », a ajouté la joueuse de 25 ans, qui pourrait décrocher la place de numéro un mondiale féminine à Roland-Garros.

“J’espère vraiment que vous me comprendrez, mes sentiments. Vous savez que je vous respecte tous vraiment… Vous pouvez demander ce que vous voulez. Vous obtiendrez toutes les informations.

“Mais lors de la dernière conférence de presse, j’ai eu l’impression que ma conférence de presse était devenue une émission de télévision politique, et je ne suis pas expert en politique. Je ne suis qu’un joueur de tennis.

Aryna Sabalenka de Biélorussie, à droite, attend sur le net tandis que l’Ukrainienne Elina Svitolina, à gauche, quitte le terrain sans se serrer la main[Aurelien Morissard/AP]

Plus tôt, Sabalenka avait été critiquée par Svitolina pour s’être approchée du filet dans l’attente d’une poignée de main d’après-match que l’Ukrainienne avait déjà insisté sur le fait qu’elle n’allait pas offrir.

Les joueurs ukrainiens refusent généralement de serrer la main de leurs rivaux russes et biélorusses pour protester contre la guerre.

Comme prévu, Svitolina a ignoré Sabalenka, qui s’appuyait sur le filet avant de retourner calmement à sa chaise.

Lorsqu’on lui a demandé si Sabalenka avait enflammé la situation en se tenant au filet, Svitolina a répondu: “Oui, je pense que oui, malheureusement.”

“Je ne sais pas pourquoi elle attendait, car mes déclarations étaient assez claires sur la poignée de main”, a-t-elle déclaré.

Svitolina, 28 ans, a cependant été moquée par une foule parisienne qui l’avait prise dans son cœur après son mariage avec le joueur français Gaël Monfils.

« Je m’y attendais. Celui qui dans cette situation perd, je suppose, se fait huer, donc je m’y attendais. Ce n’était pas une surprise pour moi », a déclaré Svitolina.

Sabalenka avait battu une autre Ukrainienne, Marta Kostyuk, au premier tour. Kostyuk a également refusé de serrer la main et elle aussi a été huée.

“Peut-être qu’elle est [Sabalenka] pas sur les réseaux sociaux pendant le tournoi, mais c’est assez clair. Elle a également joué Marta au premier tour. C’est donc assez simple », a déclaré Svitolina.

L’Ukrainienne a ajouté qu’elle et ses compatriotes maintiendraient leur position.

« Je ne vendrai pas mon pays pour les goûts des gens », a-t-elle déclaré.

La politique au centre de l’attention

Svitolina a déclaré que Sabalenka devrait également être condamnée à une amende pour avoir refusé d’assister aux conférences de presse obligatoires après ses deux matches précédents.

Il y a deux ans, l’ancienne numéro un mondiale Naomi Osaka a été condamnée à une amende de 15 000 $ pour ne pas avoir honoré ses engagements médiatiques à Roland-Garros.

« Cela devrait être égal pour tout le monde. Par exemple, Naomi a reçu une amende la dernière fois et cette fois, il n’y a pas d’amende pour le joueur, qui saute également la conférence de presse », a déclaré Svitolina.

“J’ai rencontré des difficultés, j’ai également rencontré des difficultés avec la question sur Novak [Djokovic], à propos de sa déclaration sur le Kosovo. Donc, je ne m’évade pas.

La semaine dernière, le joueur de tennis serbe Novak Djokovic a déclenché une polémique lors du tournoi après un geste sur le flambée récente entre la Serbie et le Kosovo.

« Le Kosovo est le cœur de la Serbie. Arrêtez la violence », a écrit le numéro trois mondial et vainqueur de 22 titres du Grand Chelem sur un objectif de caméra en serbe, après sa victoire au premier tour contre Aleksandar Kovacevic, des États-Unis.

Ses propos ont été critiqués par des responsables sportifs en France et au Kosovo, qui l’ont accusé de promouvoir la « propagande des nationalistes serbes ».

Source: https://www.aljazeera.com/news/2023/6/6/french-open-i-dont-support-war-belarusian-sabalenka-says

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire