Le Canada brûle. Le capitalisme a attisé les flammes

0
230

Le Canada brûle. Le capitalisme a attisé les flammes

Des incendies de forêt ravagent la province canadienne de l’Alberta, le cœur de l’industrie pétrolière et gazière lucrative du Canada. Les images du ciel orange et noir de l’épaisse fumée – qui s’élève maintenant à travers la frontière américaine, provoquant des avertissements sur la qualité de l’air dans plusieurs États du nord – sont dystopiques mais familières.

Des incendies de forêt en Californie en 2018 à «l’été noir» de 2019-2020 en Australie, en passant par les incendies destructeurs en Grèce en 2021, les vagues de chaleur meurtrières et les incendies de forêt incontrôlables sont devenus la nouvelle norme. Comme l’a averti un rapport historique de l’année dernière des Nations Unies, “le réchauffement de la planète transforme les paysages en poudrière”.

L’Alberta est un exemple parfait de ce développement. Les dernières décennies ont connu un nombre sans précédent d’incendies catastrophiques. Dans son nouveau livre Météo des incendies : une histoire vraie d’un monde plus chaud, John Vaillant relate l’incendie dévastateur de Fort McMurray en 2016, surnommé « la bête » : « Les incendies sont naturels. Ce qui n’est pas naturel est quelque chose qui cautérise le paysage. Des maisons entières, des objets de 50 tonnes, se volatilisent [convert into combustible gases] dans cinq minutes”.

Les incendies d’aujourd’hui ont été exacerbés par l’apparition précoce des conditions de canicule, avec une humidité relative inférieure à 15 %, créant ce que les scientifiques des incendies de forêt appellent des « conditions de croisement ». Plus de 100 incendies se sont déclarés dans toute la province, dont 31 classés comme « hors de contrôle ». Jusqu’à présent, plus de 30 000 personnes ont dû évacuer leurs maisons. David Marin, un pompier, a déclaré à CBC News qu’il n’avait «jamais vu un temps aussi sec si tôt… l’été va être long pour nous».

Les théoriciens du complot de droite, sans aucune preuve, affirment que les partisans du Nouveau Parti démocratique (NPD) social-démocrate ont déclenché les incendies pour saper la campagne de réélection de la première ministre du Parti conservateur uni (UCP) de l’Alberta, Danielle Smith. La vérité est moins complotiste. Les criminels à l’origine de cette crise comprennent certaines des institutions les plus puissantes du capitalisme canadien – et ils opèrent au grand jour.

Les plus grandes banques du Canada restent toutes à bord de la sauce aux combustibles fossiles. Selon un rapport de l’ONG Banking on Climate Chaos, les « cinq grandes » banques canadiennes ont toutes figuré sur la liste des 20 principaux bailleurs de fonds mondiaux pour les combustibles fossiles après avoir investi plus de 1 000 milliards de dollars américains dans l’industrie depuis 2016. le plus grand financier mondial des combustibles fossiles en 2022, fournissant aux entreprises de combustibles fossiles 42,1 milliards de dollars américains.

L’Alberta est au cœur de cette dépendance aux combustibles fossiles. Ses exploitations de sables bitumineux, qui utilisent de la machinerie lourde pour exploiter le paysage à la recherche de bitume et de vapeur pour extraire le pétrole, sont si vastes qu’elles sont visibles de l’espace. Ils constituent la troisième plus grande mine de pétrole de la planète, faisant du pétrole brut la principale exportation du Canada, et ils fournissent de loin le plus grand approvisionnement en pétrole étranger aux États-Unis. C’est pourquoi les grands producteurs de la région comme Enbridge, Cenovus Energy et Canadian Natural Resources ont tout l’establishment politique canadien dans leur poche.

Le premier ministre du Parti libéral, Justin Trudeau, lorsqu’il ne rompt pas les grèves ou ne conclut pas d’accords avec le président américain Joe Biden sur la manière de refouler les migrants, injecte des milliards de dollars dans les combustibles fossiles. L’année dernière, l’ONG climatique canadienne Environmental Defense a constaté que la valeur des subventions gouvernementales à l’industrie était d’au moins 20,2 milliards de dollars canadiens.

L’hypocrisie de Trudeau est effrontée. Le 18 juin 2019, son gouvernement a déclaré une urgence climatique nationale. Le lendemain, il approuvait l’agrandissement de l’oléoduc Trans Mountain, qui devait acheminer près de 600 000 barils de pétrole par jour de l’Alberta vers le port de Burnaby en Colombie-Britannique. La farce s’est poursuivie l’an dernier lors de la conférence sur le climat COP27 des Nations Unies, à laquelle le Canada était le seul pays de l’OCDE à faire venir des délégués d’entreprises de combustibles fossiles.

Le gouvernement Trudeau suit une tendance mondiale dans laquelle de vagues engagements d’atteindre des objectifs d’émissions nettes nulles s’accompagnent d’une augmentation des subventions à l’industrie des combustibles fossiles et de nouveaux investissements dans des projets pétroliers et gaziers. Un rapport de l’Agence internationale de l’énergie estime que les subventions mondiales à la consommation de combustibles fossiles ont doublé en 2022 par rapport à l’année précédente pour atteindre un niveau record de 1 000 milliards de dollars américains.

Pour aggraver les choses, le gouvernement provincial de l’UCP en Alberta a réduit le financement de la lutte contre les incendies. Il a fermé 26 tours d’incendie actives dans la province, a réduit le programme d’attaque en rappel (dans lequel les pompiers cherchent à contrôler les incendies dans des régions éloignées en les attaquant depuis les airs) et a imposé des réductions au personnel permanent et saisonnier des feux de forêt au niveau du district. . Un observateur de guet avec près de 20 ans d’expérience a dit au Narval « nos domaines de responsabilité ont doublé ». « Le problème, ce ne sont pas les gens qui travaillent à gérer les incendies de forêt. C’est de la politique.

L’opposition n’est pas une alternative. Le lendemain du déclenchement des incendies, la chef du NPD de l’Alberta, Rachel Notley s’est rendu sur les réseaux sociaux se vanter de son soutien indéfectible au pipeline Trans Mountain.

Malgré l’opposition populaire, le pétrole brut devient de plus en plus important pour le capitalisme canadien. Alors que le Canada et ses alliés cherchent à consolider leur sécurité énergétique et à se préparer à une éventuelle guerre avec la Chine, les sables bitumineux de l’Alberta ont retrouvé un nouveau souffle. L’ancien premier ministre de l’UCP de l’Alberta, Jason Kenney, a résumé la situation lorsqu’il a déclaré lors d’une audience d’un comité du Sénat américain : « Calgary est beaucoup plus proche de Washington que Riyad, et vous n’avez pas besoin de la cinquième flotte de la marine américaine pour patrouiller dans les Grands Lacs ».

Alors que les barons des combustibles fossiles de l’Alberta se remettront rapidement de l’interruption du forage causée par les incendies, les Albertains de la classe ouvrière en souffriront. Les communautés autochtones sont parmi les plus durement touchées. Selon Services aux Autochtones Canada, des dizaines de structures ont été détruites dans la nation crie de Sturgeon Lake, où plus de 1 000 personnes ont été forcées d’évacuer. Des milliers d’autres ont été évacués de la Nation crie de Little Red River. Frankie Payou, pompier chevronné et père de trois enfants vivant dans l’établissement métis d’East Prairie, demeure dans le coma après avoir tenté d’abattre des arbres pour sauver la maison de sa famille.

Prévenir davantage de ces souffrances commence par remettre en question les priorités du système qui produit ces catastrophes non naturelles.

CRÉDIT PHOTO : Felton Davis (Flickr), sous licence « creative commons » : https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/

Source: https://redflag.org.au/article/canada-burning-capitalism-stoked-flames

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire