Interview : l’Ouzbékistan un partenaire énergétique solide

0
255

La Nouvelle Europe s’est réunie dans la capitale ouzbèke lors du premier forum sur les investissements internationaux de Tachkent avec le premier vice-ministre de l’Énergie Azim Akhmedkhadjaïevdiscuter des stratégies et des priorités du pays d’asie centrale.

Nouvelle Europe : Monsieur le sous-ministre, pouvez-vous me parler de votre future stratégie énergétique nationale ?

Azim Akhmedkhadjaïev : Nous avons récemment adopté une stratégie jusqu’en 2030 et à cette date notre objectif est de faire gonfler notre capacité en termes d’énergie, aujourd’hui nous parlons de 14 GW dans tout le pays alors que notre objectif est d’atteindre 30 GW. En dehors de cet objectif, mon ministère prévoit de développer sur les énergies renouvelables atteignant les 30%, nous allons soutenir des projets sur le soleil, l’éolien et l’hydrogène. L’Ouzbékistan se bat beaucoup pour devenir un pays très vert et avec d’autres voisins d’Asie centrale, nous réussissons plutôt bien, en utilisant une métaphore, mon pays n’a “inventé aucun vélo” mais a juste essayé d’apprendre des meilleures expériences développées ici. Pour nous, il était important de mettre en place une collaboration avec des entreprises comme BCG, McKinsey, etc. afin de construire des stratégies sur le pétrole, le gaz et l’électricité. Nous avons une prévision d’ici 2024 qui stipule que nous atteindrons, dans les énergies renouvelables, 3,6 GW, mon pays fera jusqu’à 4 GW dans les centrales à turbines à gaz. Le 24 mars, nous avons lancé avec une cérémonie une énorme centrale électrique à turbine à gaz dans le sud de l’Ouzbékistan (région de Surxondar), Siemens Energy et la société française EDF ont également participé à la cérémonie d’inauguration. Notre mission est d’attirer des investissements de haute qualité dans notre secteur, en apportant plus d’expériences et de technologies européennes.

NE: A propos des renouvelables, dans quelle direction allez-vous, plutôt sur l’hydrogène ou sur l’éolien ?

AA :Tout d’abord, nous avons acquis de l’expérience avec nos partenaires des pays du golfe comme Masdar des Émirats arabes unis et AKWA Power d’Arabie saoudite, des contrats bilatéraux ont été signés avec eux et nous avons lancé l’année dernière nos premiers 100 MW avec Masdar. Nous mettrons ensuite en œuvre un autre projet de 100 MW avec la société française Total Area, celui-ci sera très probablement lancé en avril. Nous avons fait une cérémonie d’inauguration début mars avec AKWA Power sur l’éolien, c’est un projet de 100 MW à Noukous, d’abord il est essentiel de développer l’énergie solaire bien sûr puis en parallèle ce sera au tour de découvrir des capacités dans l’éolien. Les premiers contrats signés étaient bilatéraux mais maintenant nous sommes passés aux appels d’offres. Grâce à cet outil, il est possible de réaliser des projets plus attractifs, nous remarquons une bonne concurrence car de nombreuses entreprises viennent ici en essayant de donner les meilleurs prix possibles. Notre prix moyen pour l’énergie solaire ces jours-ci est d’environ 2,6 cents et l’énergie éolienne est un peu moins que cela.

Avec le soutien de notre président, il a été créé l’Institut national des énergies renouvelables financé sous le toit du ministère de l’Énergie. Au sein de cette institution, nous voulons, avec AKWA Power et United States Airports, faire de la R&D sur la base de laquelle nous étudierons l’énergie hydrogène et nous délivrerons des points de certification pour tous les équipements qui entreront en Ouzbékistan pour le développement des énergies renouvelables. énergie. Il est important de certifier tous ces équipements qui arrivent dans mon pays, l’organisme de certification sera formé avec les meilleures sociétés de conseil d’Europe, des États-Unis, etc. Nous sommes assez ambitieux et nous comprenons que l’agenda d’aujourd’hui est sur la décarbonisation ; selon plusieurs estimations, l’Ouzbékistan pourrait atteindre d’ici 2050 le système énergétique 0 carbone, nous essaierons d’être en ligne avec cet objectif.

Nous voulons réduire nos émissions, dans notre stratégie il était fixé l’objectif de réduire les émissions de 10 % dans les 8 prochaines années mais l’année dernière lors de la conférence de Glasgow (COP 26), nous nous sommes fixé un autre objectif ambitieux d’atteindre 35 % dans les 8 prochaines années an. Nous ne voulons pas exagérer mais être le plus pragmatique possible car le monde change et pour nous il est important d’être en conformité avec toutes ces évolutions. Des recherches approfondies ont été faites, voyageant et voyant les capacités et les expériences dans d’autres pays. Nous connaissons l’expérience américaine sur le gaz de schiste, nous y pensons même s’il y a des rumeurs selon lesquelles le gaz de schiste a des problèmes mais en même temps nous devons admettre que les meilleures expériences viennent des États-Unis, nous avons commencé nos discussions avec l’USGS (agence scientifique du département américain de l’intérieur) également.

NE: Pouvez-vous parler maintenant de la coopération avec l’Europe ?

AA :Nous avons récemment lancé un projet de turbine à gaz très important, alors le solaire et l’hydrogène sont intéressants pour nous, nous voulons coopérer avec toutes les entreprises de pointe qui ont les meilleures entreprises. Des entreprises allemandes et françaises sont là, les Italiens nous approchent, ils arrivent et nous avons beaucoup discuté avec Ansaldo. Ce qui est le plus intéressant avec les entreprises italiennes, c’est qu’elles viennent avec le financement qui nous intéresse. L’Ouzbékistan envisage de nombreuses propositions et nous avons un proverbe “nous ne sommes pas si riches pour acheter des choses bon marché”, il est donc essentiel de choisir les meilleures pratiques. Nous essayons maintenant de faire plus de PPP parce que nous avons déjà de l’expérience à ce sujet, notre objectif est de transformer notre secteur de l’énergie.

NE: Quelle est votre évaluation du nucléaire ?

AA :Compte tenu de la croissance rapide de notre industrie, nous considérons que, nous n’avons pas exclu cette idée, nous pensons aux problèmes de sécurité et à chaque petit problème qui entraîne des résultats négatifs, mais nous n’avons jamais arrêté ce programme. Dans cette période, nous avons besoin de quelque chose qui pourrait nous donner une énorme capacité énergétique utilisable. Le nucléaire est dans notre stratégie de développement 2030 donc il est toujours considérable.

NE: Comment voyez-vous les relations énergétiques avec les autres pays de la région ?

AA : Mon pays essaie de garder les meilleures relations possibles avec nos pays voisins, nous ne faisons pas de politique, nous voulons faire du pur business. L’Ouzbékistan est le pays le plus peuplé de la région, donc le gouvernement doit penser à notre peuple, nous nous en occupons plutôt que de devenir une superpuissance dans la région.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire