Israël a toujours été un projet colonial

0
141

« Vous êtes invités à contribuer à l’histoire… cela n’implique pas l’Afrique, mais une partie de l’Asie Mineure ; pas des Anglais, mais des Juifs… Comment, alors, puis-je me tourner vers vous puisque c’est une question hors de propos pour vous ? Comment en effet ? Parce que c’est quelque chose de colonial.

— Théodore Herzl, fondateur du sionisme, à Cecil Rhodes, fondateur de la Rhodésie.

Depuis sa création à la fin du XIXe siècle, le sionisme – le mouvement politique visant à établir une patrie juive – est un projet colonial. Des personnalités éminentes du mouvement sioniste telles que Théodore Herzl se sont tournées vers les grandes puissances impérialistes de l’époque pour obtenir le soutien d’un État exclusivement juif en Palestine. Mais le projet de création d’un tel État se heurtait à un obstacle gênant : la population arabe existante.

Au début du XXe siècle, on comptait sur des taux d’immigration élevés pour tenter de créer une majorité juive dans la région. Mais l’immigration ne suffisait pas : il y avait environ 1,2 million d’habitants arabes en Palestine, mais en 1946, il n’y avait que 600 000 Juifs. Les sionistes avaient besoin d’une solution à ce « problème démographique » s’ils voulaient créer une majorité juive décisive.

Une expulsion massive, connue sous le nom de la Nakba (« catastrophe » en anglais), a eu lieu en 1948, lorsque les milices sionistes telles que la Haganah et l’Irgun ont massacré des milliers de personnes et forcé plus d’un million d’Arabes à quitter leurs foyers en s’emparant ou en détruisant plus de 500 villages.

En 1949, Israël avait pris le contrôle de près de 80 pour cent de la Palestine, une superficie bien supérieure aux 54 pour cent alloués au nouvel État dans le plan de partition de l’ONU de 1947. La Nakba a entraîné la fuite de 700 000 Arabes vers les pays voisins et vers Gaza. De nombreuses familles déplacées à Gaza y restent encore aujourd’hui. Sur les 2,3 millions d’habitants du territoire, on estime que 1,7 million sont des réfugiés et leurs descendants originaires de ce qui est aujourd’hui Israël, selon les estimations. l’Office de secours et de travaux des Nations Unies.

Pour créer un ethno-État juif, le projet sioniste excluait les Arabes restants de l’économie israélienne. L’organisme syndical central, l’Histadrout, indispensable à la fondation du pays, a joué un rôle clé dans la création d’une main-d’œuvre exclusivement juive.

Le projet colonial d’Israël reposait en grande partie sur les efforts de la population juive. Cela était parfois habillé d’un langage socialiste, illustré par le mouvement collectif de colonisation du kibboutzim—les petites coopératives agricoles promues comme des communautés égalitaires libérées de l’exploitation capitaliste. Les murs de béton, les barbelés et les colons armés du kibboutzim a joué un rôle indispensable dans l’expansion du territoire sous contrôle israélien. Malgré leur image utopique, les kibboutzim étaient essentiellement des avant-postes fortifiés de l’État colonisateur israélien.

La coloration socialiste du premier mouvement de colonisation était un outil idéologique utile pour convaincre le peuple juif qu’une vie meilleure pouvait être construite en Israël et faisait appel aux visions du monde socialistes ou sionistes travaillistes de nombreux Juifs européens. C’était aussi une solution pratique à la faiblesse de la classe capitaliste juive locale en Palestine, qui n’avait pas le pouvoir, et encore moins l’armée, pour mener un projet expansionniste imposé d’en haut.

Depuis la guerre des Six Jours de 1967 – un moment charnière où Israël a prouvé sa force militaire en battant une coalition d’États arabes et en s’emparant de la bande de Gaza, de la péninsule du Sinaï et du plateau du Golan – des débats ont eu lieu au sein de la classe dirigeante israélienne sur l’approche à privilégier. à faire face aux nombreuses populations arabes dans les territoires occupés.

Jusqu’en 1993, la guerre était la principale approche. Mais des sections du mouvement sioniste travailliste, plus soucieuses de défendre la prétention d’Israël de représenter la démocratie dans la région, ont préconisé ce qu’elles ont décrit comme une solution plus « pacifique » au problème démographique. Cette perspective est devenue réalité grâce aux accords d’Oslo.

Les Accords d’Oslo sont intervenus après la défaite d’une vague de résistance palestinienne à la fin des années 1980, appelée Première Intifada. Ils ont été présentés comme un mouvement historique vers la « paix » dans la région. En échange du retrait israélien de Gaza et de certaines parties de la Cisjordanie, les dirigeants palestiniens reconnaîtraient et accepteraient la revendication d’Israël sur toutes les terres situées à l’intérieur de la soi-disant Ligne verte – les frontières de facto de l’État de 1949 jusqu’à la guerre de 1967.

Le règlement négocié d’Oslo n’est devenu possible que parce que les dirigeants palestiniens étaient disposés à conclure des accords avec Israël en échange du contrôle d’un mini-État palestinien théoriquement indépendant. Le résultat fut une nouvelle division de la terre palestinienne. La Cisjordanie a été divisée en zones de contrôle désignées zones A, B et C.

Les zones A et B sont, d’une certaine manière, sous le contrôle de l’Autorité palestinienne. Divisée en plus de 100 enclaves, seule la Zone A (qui comprend environ 18 pour cent de la Cisjordanie) est sous le contrôle total de l’Autorité palestinienne. La zone B (environ 22 % de la Cisjordanie) est sous contrôle civil palestinien, mais sous contrôle sécuritaire israélien, ce qui signifie que les troupes israéliennes sont stationnées en permanence. La zone C, qui représente environ 60 % de la Cisjordanie, est entièrement sous contrôle israélien. C’est le seul territoire contigu.

La division de la Cisjordanie en centaines d’enclaves faisait partie d’une stratégie visant à anéantir tout espoir d’un État palestinien unifié dans n’importe quelle zone de la Palestine historique. Ainsi, même si de nombreuses personnes ont exprimé leur espoir dans le processus de « paix », les négociations n’ont guère changé. Israël a continué de confisquer régulièrement les terres palestiniennes par le biais de colonies illégales, et la vie des habitants de Gaza et de Cisjordanie ne s’est pas améliorée.

Ce que le processus d’Oslo a en réalité facilité, c’est la transformation des dirigeants palestiniens en un simple sous-traitant du terrorisme israélien. Depuis les pourparlers de « paix », l’Autorité palestinienne n’a cessé de subordonner le mouvement de libération palestinien à sa stratégie de négociation : réprimer les manifestations, kidnapper, torturer et même tuer les militants anti-occupation, et s’aligner sur les États arabes environnants qui ne font que rhétoriquement soutenir les Palestiniens.

Cela a conduit à l’affaiblissement du mouvement de libération palestinien tandis qu’Israël a intensifié ses efforts pour créer un État juif sur l’ensemble de la Palestine. L’expansion des colonies pendant et après les années d’Oslo s’est accompagnée de la construction de centaines de kilomètres de « routes de contournement », accessibles uniquement aux Israéliens, qui traversaient et divisaient davantage les terres palestiniennes. Dans les années 2000, Israël a étendu son occupation en construisant un mur d’apartheid de 700 kilomètres, coupant ainsi les villages palestiniens de terres agricoles vitales.

Israël a démoli des milliers de maisons palestiniennes et les a remplacées par des colonies israéliennes. Actuellement, il y a près de un demi-million d’Israéliens vivant dans les colonies de Cisjordanie.

Le fait de susciter une population de colons enragés poursuivant une approche de colonisation « par le bas » a également créé une base considérable pour la politique d’extrême droite en Israël et a tiré la société israélienne vers la droite pendant des décennies.

Les politiciens israéliens traditionnels justifient de plus en plus ouvertement les colonies illégales en Cisjordanie. Cette année, le ministre des Finances d’extrême droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Bezalel Smotrich, a été a accordé des pouvoirs étendus pour contourner le processus en six étapes auparavant requis pour construire une colonie illégale. Cela a déjà entraîné une expansion des colonies, des milliers de nouvelles maisons étant construites.

La violence des colons contre les Palestiniens en Cisjordanie est aidée et encouragée par l’État depuis des décennies. Il y a cependant eu une escalade significative depuis le 7 octobre. Le ministre fasciste israélien de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, partisan de longue date de la violence des colons, a annoncé que des armes, dont 10 000 fusils d’assaut, seraient distribuées aux milices volontaires.

Jérusalem-Est, occupée depuis 1967 et annexée en 1980, est un point central des plans de l’État israélien : elle est au cœur de l’objectif sioniste de créer Eretz (le plus grand) Israël. Pour les sionistes, Eretz Israël signifie la destruction totale de tout État palestinien, parallèlement à l’expulsion de ses habitants. À ce jour, la majorité des habitants de Jérusalem-Est sont arabes. Les sionistes soutiennent qu’une Jérusalem juive et indivise devrait être la capitale d’Eretz Israël. À cette fin, l’État israélien a entrepris un projet concerté visant à saper la vie des Palestiniens dans la ville.

Cela n’est pas resté sans contestation. Les expulsions massives dans le quartier de Sheikh Jarrah, annoncées en 2021, ont été l’étincelle qui a déclenché un soulèvement majeur dans toute la Palestine historique, y compris à l’intérieur des frontières israéliennes de 1948.

Pourtant, la logique du projet israélien est une expansion constante. Son objectif est la suprématie juive dans toutes les régions, du Jourdain à la mer Méditerranée.

Source: https://redflag.org.au/article/israel-has-always-been-colonial-project

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire