Il est temps d’arrêter de mâcher des mots. C’est un génocide.

0
125

Photographie de Nathaniel St.Clair

génocide /jĕn′ə-sīd″/

nom

  1. Extermination ou tentative d’extermination systématique et généralisée d’un groupe national, racial, religieux ou ethnique.
  2. L’assassinat systématique d’un groupe racial ou culturel.
  3. Meurtre systématique d’un nombre important de personnes sur la base de leur appartenance ethnique, de leur religion, de leurs opinions politiques, de leur statut social ou de toute autre particularité.

Il y a environ une semaine, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré dans un discours : « Vous devez vous rappeler ce qu’Amalek vous a fait, dit notre Sainte Bible ». Il faisait référence à ceci :

« Maintenant, va frapper Amalek et détruis entièrement tout ce qu’ils ont,

et ne les épargne pas ; mais tuez l’homme et la femme, l’enfant et le nourrisson, le bœuf et le mouton, le chameau et l’âne ». (1 Samuel 15:3)

Au moment d’écrire ces lignes, plus de 400 enfants à Gaza ont été massacrés chaque jour pendant 25 jours consécutifs par les frappes aériennes israéliennes. Des milliers de personnes meurent sous les décombres et à cause de la malnutrition, du manque d’eau et du manque de médicaments en raison du blocus israélien de l’enclave fortifiée, qui est essentiellement une prison à ciel ouvert depuis 2007. Selon l’organisation caritative Save the Children, davantage d’enfants ont été tués. Le nombre de morts dans la bande de Gaza à cause des frappes aériennes israéliennes et des restrictions d’accès à l’eau potable, aux médicaments et à la nourriture au cours des trois dernières semaines est plus élevé que dans tout autre conflit armé chaque année depuis 2019.

Des milliers d’êtres humains sont littéralement morts de faim, privés d’eau et bombardés sans cesse en ce moment, avec le soutien et l’assistance presque total des gouvernements occidentaux comme les États-Unis, le Canada et l’UE. Lisez cette statistique plusieurs fois si elle ne vous faisait pas trembler d’horreur. Il ne s’agit pas d’une catastrophe naturelle ; c’est une catastrophe causée par l’homme. Et même si d’autres hésitent à le dénoncer pour ce qu’il est manifestement, je ne le ferai pas. C’est un GÉNOCIDE.

Les atrocités perpétrées par le Hamas le 7 octobre ont été massivement condamnées.ème. Mais peu ou rien n’a été dit dans les grands médias ou de la part des politiciens concernant les nombreux civils palestiniens tués par Israël avant ce jour horrible. Rares sont ceux qui parlent des pogroms violents régulièrement perpétrés par les colons israéliens en Cisjordanie occupée contre les Palestiniens. Ou encore la persécution et la déshumanisation quotidiennes que subissent les Palestiniens de la part de Tsahal via les points de contrôle et les raids nocturnes. Et peu ou pas de contexte est donné sur la façon dont tout cela s’est produit en premier lieu.

La prison à ciel ouvert de Gaza est sous blocus par Israël, et dans une moindre mesure par l’Égypte, depuis 15 ans. Cela ne doit pas excuser le Hamas, une entité politique brutale et fondamentaliste qui a été largement soutenue par Netanyahu afin d’affaiblir le parti laïc palestinien Fatah et d’affaiblir l’Autorité palestinienne. Mais Israël exerce un contrôle quasi total sur les frontières et l’espace aérien de l’enclave assiégée. Et il soumet sa population captive à une surveillance régulière par drones et à des bombardements aveugles. Et Gaza devenait déjà pratiquement invivable bien avant les malheureux événements du 7 octobre.ème en raison des bombardements israéliens successifs sur le traitement de l’eau et d’autres infrastructures essentielles. La vie en Cisjordanie occupée n’était guère meilleure. En fait, un bantoustan, la Cisjordanie est un endroit où la population palestinienne est régulièrement terrorisée par les colons israéliens illégaux et les raids de Tsahal et soumise aux démolitions de maisons, aux points de contrôle et au régime militaire.

Depuis des décennies, on parle beaucoup de ce qu’on appelle la « solution à deux États ». Mais il suffit de regarder une carte et de constater combien de terres les Palestiniens ont perdues au cours des 75 dernières années pour mettre un terme à cette chimère ridicule. Il y a au moins 700 000 colons juifs en Cisjordanie occupée. Et ils bénéficient d’une protection totale contre Tsahal, ainsi que de tous les droits en tant que citoyens israéliens. Ce n’est pas le cas de leurs homologues palestiniens. Ils sont soumis au régime militaire israélien. L’Autorité palestinienne est essentiellement un gouvernement par procuration qui administre brutalement les diktats du régime de l’apartheid.

Ainsi, lorsque l’idée d’une solution à un État est méprisée, il devient facile de montrer qu’il existe déjà un État : Israël. Et c’est un régime d’apartheid qui a accordé à un groupe de personnes des droits, des privilèges et du respect, tandis qu’un autre groupe de personnes a été traité, au mieux, comme des citoyens de seconde zone (les Palestiniens vivant à l’intérieur des frontières d’Israël) ou, au pire, comme des non-citoyens. des citoyens soumis au régime militaire et sans pouvoir avoir leur mot à dire sur la manière dont ils sont traités ou gouvernés (Palestiniens vivant en Cisjordanie occupée et Palestiniens vivant dans la bande de Gaza sous blocus). Mais maintenant, le régime commence à « s’occuper » de son problème palestinien, une fois pour toutes. Et nous manquons de temps pour arrêter un cycle de massacres bien trop familier tout au long de l’histoire de l’humanité.

Il ne fait aucun doute que des discours épouvantables ont été tenus de part et d’autre. Pourtant, Israël est le seul camp à posséder une armée, une marine, une force aérienne et des armes nucléaires. C’est la seule partie à bénéficier du soutien sans équivoque des États-Unis, de l’Union européenne, du Canada et du Royaume-Uni. C’est le seul camp qui est exempté des qualificatifs désobligeants comme terroriste, malgré de nombreux cas de terrorisme de colons israéliens contre des Palestiniens avec la complicité militaire de Tsahal. Bien sûr, il y a des clips de manifestants idiots scandant « Gazez les Juifs » et cela devrait être condamné sans équivoque. Mais les politiciens, les têtes parlantes et la plupart des sites d’information montrent rarement le rituel annuel des extrémistes israéliens à Jérusalem scandant « Mort aux Arabes » alors qu’ils défilent dans les quartiers palestiniens en attaquant toute personne qu’ils soupçonnent d’être arabe. À quelle fréquence parlent-ils des colons israéliens brûlant à mort une famille palestinienne dans leur maison ? Ou scander « Ali est sur le grill » en référence à un bébé palestinien brûlé vif par les colons ?

La différence dans ces cas est que les médias occidentaux n’accordent de déférence qu’à un seul camp. Et un seul camp dispose d’un pouvoir énorme pour mener à bien des intentions aussi odieuses. Ce côté-là, c’est Israël. Et le langage de l’anéantissement s’étend à travers tout son gouvernement et sa culture. Les responsables et les chefs religieux qualifient avec désinvolture les Palestiniens de « cancer », de « vermine » ou d’« animaux humains ». Un groupe de rabbins et de médecins ont récemment préconisé de bombarder les hôpitaux de Gaza. Et maintenant, le Premier ministre invoque les Écritures pour justifier le génocide.

Rien de tout cela est nouveau. Israël a été fondé sur les préceptes racistes du colonialisme de peuplement. Et aujourd’hui, nous voyons comment cela a évolué vers l’apartheid et le nettoyage ethnique. Les manuels scolaires israéliens pour enfants décrivent souvent les Palestiniens comme des primitifs, des arriérés ou des terroristes. Il s’agit d’un problème qu’Israël ne tolère que par bienfaisance. Et ce n’est qu’il y a quelques années que l’État israélien stérilisait les femmes éthiopiennes dans le pays à leur insu et sans leur consentement.

Bien entendu, Israël ne devrait pas être désigné comme le seul pays à commettre ce type d’abus. Certes, les États-Unis, le Canada et les pays européens ont connu des tendances et des politiques racistes similaires. Et les nations arabes sont en proie à des violations des droits de l’homme. Mais Israël bénéficie d’un type particulier d’immunité en ce qui concerne son expérience de colonialisme de peuplement en cours depuis des décennies. Et cette expérience semble atteindre son apogée à une vitesse alarmante.

Jusqu’à présent, l’apartheid a été un terme utile pour expliquer des décennies de discrimination, de ségrégation et de systèmes juridiques distincts pour des peuples distincts. Il a été utile pour plaider en faveur d’un État laïc dans lequel les Juifs, les Palestiniens et tous les habitants du pays peuvent vivre dans la dignité et avec des droits égaux. Mais ce terme n’est plus utile actuellement. Il est temps que nous arrêtions de mâcher nos mots. Il est temps (il est temps, en fait) de dénoncer Israël pour ses intentions. Parce que cette machine a déjà commencé à broyer. Et tandis que diplomates et journalistes débattent sur les conditions, des générations entières de Palestiniens seront effacées de la terre d’ici quelques semaines par un État déterminé à commettre un génocide et un nettoyage ethnique.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/11/10/304172/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire