Anwar El-Ghazi est un héros pour le monde du sport et pour la Palestine

0
130

Le silence du monde sportif face au génocide israélien à Gaza devient de jour en jour plus assourdissant. Seuls quelques athlètes, comme Anwar El-Ghazi des Pays-Bas, ont osé prendre publiquement position en faveur de la Palestine – et dans le cas d’El-Ghazi, il l’a payé de son travail. Dans des moments comme ceux-ci, les tentatives de rester apolitique sont tout simplement inacceptables. Dave Zirin dénonce le silence du monde sportif sur la Palestine dans cette édition de « Choice Words ».

Production en studio : Cameron Granadino
Post-production : Taylor Hebden
Post-production audio : David Hebden
Séquence d’ouverture : Cameron Granadino
Musique : Eze Jackson et Carlos Guillen


Transcription

Ce qui suit est une transcription précipitée et peut contenir des erreurs. Une version relue sera disponible dès que possible.

Dave Zirin :

Bienvenue sur Edge of Sports, uniquement sur The Real News Network. Je m’appelle Dave Zirin. J’ai quelques mots choisis à partager sur le monde du sport et les possibilités d’un cessez-le-feu. D’accord, écoutez, le monde du sport actuel n’est pas exactement un phare de la liberté d’expression. J’ai parlé à de nombreux acteurs qui sont dégoûtés par le bombardement de Gaza par Israël, ainsi que par le financement de cette guerre par le gouvernement américain, mais ils ont peur de dire quoi que ce soit. Maintenant, leur décision de dire silence est compréhensible. Ils croient que s’ils disent quelque chose qui est considéré comme anti-israélien, on leur demandera de se rétracter, d’être suspendus ou de se retrouver au chômage. Pour les athlètes professionnels, dont l’emploi n’est jamais garanti et dont la carrière moyenne se termine avant 30 ans, le calme est à prévoir, mais il est également douloureux de voir des gens attentionnés se museler par souci de leur gagne-pain. La logique du silence s’est récemment renforcée lorsque l’équipe de Bundesliga de Mayence a licencié le footballeur néerlandais de 28 ans Anwar El Ghazi pour des publications sur les réseaux sociaux exprimant sa solidarité avec le peuple palestinien et appelant à un cessez-le-feu.

Il a utilisé l’expression « Du fleuve à la mer » dans son message, un slogan vieux d’une décennie appelant à la liberté dans toute la patrie palestinienne. C’est aussi une phrase qui ouvre la voie à des poursuites pénales en Allemagne en raison de l’insistance du gouvernement israélien sur le fait que ces mots appellent en réalité à l’éradication du peuple juif lui-même. Il va sans dire que cela n’est tout simplement pas vrai, malgré tous les efforts de Benjamin Netanyahu et de ses acolytes médiatiques pour que cela soit vrai. La couverture médiatique du slogan en omettant de le dire clairement a été l’exécuteur de cette désinformation calomnieuse visant à donner aux manifestants qui utilisent depuis longtemps cette expression bien connue un aspect violemment antisémite. Et n’oublions pas que lorsque Netanyahu a prononcé son propre discours israélien du fleuve jusqu’à la mer aux Nations Unies en septembre, personne n’a menacé de poursuites pénales. Maintenant, après qu’El Ghazi ait posté ces six mots fatidiques, l’équipe l’a suspendu, mais ensuite Mayence, et c’était très curieux, l’a laissé revenir après avoir annoncé qu’il s’était excusé et avait exprimé sa contrition.

Il n’y avait qu’un seul problème : ils mentaient. El Ghazi, furieux, a répondu à l’affirmation selon laquelle il s’était excusé en postant : « Ma position reste la même qu’elle était lorsque cela a commencé. Je suis contre la guerre et la violence. Je suis contre le meurtre de tous les civils innocents. Je suis contre toute forme de discrimination. Je suis contre l’islamophobie, je suis contre l’antisémitisme, je suis contre le génocide, je suis contre l’apartheid, je suis contre l’occupation, je suis contre l’oppression.» C’est pour cette déclaration réaffirmant son opposition à l’antisémitisme et au génocide qu’El Ghazi a été licencié. Après sa libération, il a publié la citation suivante : « Défendez ce qui est juste, même si cela signifie rester seul. » Puis il a écrit : « La perte de mes moyens de subsistance n’est rien comparée à l’enfer qui se déchaîne sur les innocents et les vulnérables à Gaza. » Comparez maintenant cette histoire avec celle du copropriétaire de la NBA Cleveland Cavalier, un producteur hollywoodien accro aux lits de bronzage nommé Gary Gilbert.

Ainsi, Gilbert a attiré l’attention du Comité arabe américain contre la discrimination pour avoir utilisé les médias sociaux pour appeler à la violence contre les manifestants réclamant un cessez-le-feu et une Palestine libre. Il a mis en garde les étudiants : « Nous sommes armés et prêts à vous accueillir, les punks », et a répondu aux appels au cessez-le-feu en publiant « Il est temps d’acheter une arme », et a déclaré que les jeunes qui tentent d’arrêter les bombardements ont juste besoin d’un bon coup de poing. la face. Abed Ayoub, directeur exécutif national du Comité arabe américain contre la discrimination, a appelé à l’expulsion de Gilbert de la NBA en déclarant : « La discrimination et le racisme sous toutes leurs formes n’ont pas leur place dans le sport. En tant que sport mondial, la NBA a la responsabilité de dénoncer les discours de haine et de garantir que toute personne affiliée à l’association adhère à son engagement en faveur de la justice sociale. Après la controverse autour de Donald Sterling, il est décourageant de voir que certains des actionnaires continuent d’avoir des opinions sectaires et haineuses. »

Pourtant, nous entendons le silence de la part de la NBA, qui a de nombreux partenariats formels avec Israël et des équipes professionnelles israéliennes. Oui, il est quelque peu évident que les joueurs disposent d’un espace beaucoup plus restreint pour exprimer leur opinion qu’un producteur de films milliardaire copropriétaire d’une franchise. C’est même vrai pour quelqu’un comme Gilbert qui a déjà montré son penchant pour la cruauté en infligeant Garden State et La La Land à la population. Cela illustre cependant l’état de la liberté d’expression dans le monde du sport et au-delà. Pour chaque Michael Bennett ou Anwar El Ghazi, de nombreux athlètes souhaitent s’exprimer sur la nécessité de mettre fin à un génocide imminent, mais craignent de perdre leur carrière.

Gary Gilbert n’est pas une exception. Il existe des légions d’éminents donateurs, d’hommes d’affaires, de chroniqueurs et de politiciens ouvertement génocidaires, sans conséquence. Nous devrions féliciter El Ghazi pour son courage, mais comme Colin Kaepernick avant lui, son licenciement deviendra une histoire de fantômes à raconter aux autres joueurs de se taire et de jouer. Maintenant, imaginez un monde où c’est Gary Gilbert qui doit vendre sa participation dans les Cavs parce que la ligue ne veut pas qu’un fanatique représente leur produit, et où El Ghazi est félicité pour s’être rangé non pas du côté des bombardiers, mais des bombardés, c’est un monde où un monde sportif pour lequel il vaut la peine de se battre. C’est aussi loin. Pour Edge of Sports TV et The Real News Network, je m’appelle Dave Zirin.

Licence Creative Commons

Republiez nos articles gratuitement, en ligne ou sous forme imprimée, sous licence Creative Commons.

Source: https://therealnews.com/anwar-el-ghazi-is-an-example-of-pro-palestine-solidarity-for-the-pro-sports-world

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire