Israël est un État d’apartheid

0
99

La semaine dernière, le secrétaire britannique à l’Éducation, Nadhim Zahawi, a déclaré antisémite le chant populaire « Du fleuve à la mer, la Palestine sera libre ». Il a en outre laissé entendre que le réciter devrait être considéré comme une infraction pénale.

Le chant, loin d’être raciste, articule une aspiration à la libération complète de la Palestine. Criminaliser une telle aspiration est non seulement draconien mais fondamentalement anti-palestinien.

Mais les commentaires de Zahawi ne sont pas surprenants – ils ont été faits dans un climat de répression croissante de la part du gouvernement britannique contre l’activisme soutenant les droits fondamentaux et la libération des Palestiniens, y compris des efforts accrus pour criminaliser le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS). Les commentaires de Zahawi et les dernières manœuvres du gouvernement britannique surviennent à un moment où la communauté des droits de l’homme renforce son soutien à la lutte palestinienne.

Un nouveau rapport publié par Amnesty International condamnant le régime israélien pour avoir commis le crime d’apartheid du Jourdain à la mer Méditerranée a été publié ce matin. Le droit international coutumier et le Statut de Rome de la Cour pénale internationale définissent l’apartheid comme « des actes inhumains. . . commis dans le contexte d’un régime institutionnalisé d’oppression et de domination systématiques par un groupe racial sur tout autre groupe ou groupes raciaux et commis avec l’intention de maintenir ce régime ». Bien que beaucoup associent l’apartheid à l’Afrique du Sud, la définition est universellement applicable et est un système qui peut adopter diverses caractéristiques et se manifester de diverses manières.

S’appuyant sur des décennies de recherche, y compris des expériences vécues par des Palestiniens, le rapport d’Amnesty explique en détail comment les Palestiniens résistent à un système de domination singulier qui applique des mécanismes et des niveaux de contrôle variables selon l’endroit où vivent les Palestiniens. En effet, il s’adresse aux Palestiniens dans leur globalité : en Cisjordanie, à Gaza, dans les territoires de 48, et ceux en exil. C’est ce système singulier, qui cherche à maintenir l’hégémonie juive israélienne aux dépens de la population non juive, que le rapport d’Amnesty identifie comme apartheid.

En plus d’examiner chaque composante géographique du peuple palestinien, il examine également les manifestations de l’apartheid à travers divers thèmes – par exemple, le déni du droit à une nationalité et à un statut égaux. Alors que les Palestiniens des territoires occupés en 1948 (c’est-à-dire Israël) se voient accorder la citoyenneté, ils se voient refuser une nationalité, ce qui établit en fait une différenciation juridique avec les Israéliens juifs. Les Palestiniens des territoires occupés en 1967 (c’est-à-dire la Cisjordanie et Gaza) ne se voient pas accorder la citoyenneté, même si le régime israélien contrôle tous les aspects de leur vie, et sont considérés comme apatrides.

À Jérusalem, les Palestiniens se voient accorder le statut précaire de résidence permanente, ce qui signifie que s’ils quittent la ville, ils peuvent se voir retirer leur résidence. Les réfugiés palestiniens, quant à eux, se voient refuser le droit de retourner dans leur patrie.

Un autre thème abordé dans le rapport est l’expropriation des terres et des ressources. Il explique que « la définition d’Israël comme l’État du peuple juif et l’engagement en faveur de la colonisation juive de la terre ont exclu toute possibilité pour les Palestiniens de jouir de l’égalité d’accès à la terre, à la propriété et aux ressources, avec des conséquences désastreuses pour leur jouissance de la vie sociale et droits économiques ».

Ce rapport n’est pas le premier du genre. L’année dernière, Human Rights Watch a publié son propre rapport condamnant Israël pour la pratique de l’apartheid. Pendant ce temps, les universitaires et militants palestiniens soutiennent depuis des décennies que l’oppression à laquelle ils sont confrontés découle d’une forme complexe et compliquée d’apartheid. De plus, ils soutiennent que c’est le résultat direct du projet colonial sioniste qui a commencé il y a un siècle en Palestine.

C’est ce contexte particulier — du colonialisme des colons — qui est souvent ignoré par les organisations de défense des droits de l’homme travaillant dans le cadre du droit international. En effet, il existe des dispositions limitées pour lutter contre le colonialisme et le colonialisme des colons dans le droit international. C’est pourquoi de nombreux Palestiniens plaident pour une compréhension plus holistique de la situation en Palestine – une compréhension qui ne repose pas uniquement sur le droit international.

Le contexte du colonialisme des colons est encore plus crucial lorsqu’on pense à la fin du jeu. Le danger est que les appels à mettre fin à l’apartheid ne concernent plus qu’un cadre libéral de l’égalité plutôt qu’un cadre étroitement lié à la justice et à la décolonisation.

Néanmoins, l’importance d’une organisation comme Amnesty International cimentant l’apartheid israélien dans son lexique organisationnel est grande. Il s’agit de la plus grande organisation de défense des droits de l’homme au monde, avec des millions de membres, travaillant dans le monde entier pour, selon ses propres termes, « la justice, la liberté, la vérité et la dignité ». Ses campagnes incluent la lutte contre le changement climatique et le soutien aux droits des demandeurs d’asile et des réfugiés, et il est bien respecté dans les foules progressistes et libérales. C’est pourquoi ce rapport ne manquera pas de faire du bruit – car c’est précisément parmi ces foules que nous voyons une incohérence politique à travers l’incapacité à défendre les droits fondamentaux des Palestiniens et leurs aspirations à la libération. Ce rapport remettra certainement en question ces incohérences.

En conclusion, le rapport propose des « recours juridiques » et des recommandations politiques que les tiers peuvent poursuivre. L’apartheid est déjà inscrit dans le droit international comme un crime contre l’humanité, ouvrant la voie à une pléthore d’actions en justice. Plus précisément, Amnesty appelle des pays comme le Royaume-Uni, qui entretiennent des liens étroits avec le régime israélien, à poursuivre diverses actions, notamment l’arrêt des ventes d’armes et l’exercice de la compétence universelle contre les personnes relevant de leur juridiction qui ont commis des crimes contre l’humanité.

Pourtant, il serait exagéré de s’attendre à un changement de politique immédiat de la part de pays comme le Royaume-Uni à la lumière des conclusions de ce rapport. Le gouvernement britannique a des liens profonds avec le régime israélien, des accords commerciaux aux ventes d’armes. Les sous-traitants britanniques de la défense vendent des quantités record d’armes à Israël, qui sont ensuite utilisées pour commettre des crimes de guerre contre les Palestiniens, principalement à Gaza. Pour ajouter du sel à la plaie, le gouvernement britannique bloque systématiquement les tentatives palestiniennes de tenir Israël responsable. L’année dernière, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé publiquement son opposition à l’enquête en cours de la Cour pénale internationale sur les crimes de guerre israéliens.

Cette relation chaleureuse et le refus du gouvernement britannique de défier l’apartheid israélien ne sont pas une surprise. Margaret Thatcher et son gouvernement ont vivement soutenu le régime d’apartheid sud-africain et ont qualifié le Congrès national africain d’organisation terroriste. Ce n’est pas une coïncidence si, au même moment, le régime israélien aidait le régime d’apartheid sud-africain à développer son industrie de l’armement. Alors que le gouvernement britannique a finalement mis fin à son soutien public au régime d’apartheid sud-africain après d’immenses pressions populaires et internationales, de nombreux membres du gouvernement l’ont toujours soutenu. Thatcher a même fait pression et réussi à combattre des sanctions plus sévères contre le régime d’apartheid.

Ainsi, alors que le rapport d’Amnesty est susceptible d’être un outil utile pour appeler le régime israélien pour ce qu’il est, des changements sismiques sont encore nécessaires dans les échelons supérieurs de l’establishment politique mondial, y compris au Royaume-Uni, afin que nous nous rapprochions du régime palestinien libération. De tels changements ne peuvent être réalisés qu’avec une mobilisation populaire massive qui rejette le colonialisme et l’apartheid en cours dans toutes ses manifestations, et appelle non seulement à l’égalité mais aussi à la justice et à la décolonisation.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire