Israël insiste uniquement sur l’espionnage “légal” des citoyens — RT World News

0
83

Israël n’a pas nié avoir utilisé une “technologie de pointe” pour suivre la population, mais a rejeté les allégations selon lesquelles cette pratique était illégale

Un ministre israélien a démenti les informations selon lesquelles la police aurait utilisé illégalement le logiciel de surveillance Pegasus pour espionner les propres citoyens du pays, appelant le “revendication centrale” – que la pratique était illégale – “pas vrai.”

Plusieurs enquêtes gouvernementales ont été lancées la semaine dernière après que le journal israélien Calcalist a rapporté que les forces de l’ordre avaient utilisé le tristement célèbre logiciel espion Pegasus du groupe NSO pour intercepter illégalement les appels des citoyens.

Le journal a affirmé que la police utilisait le logiciel espion depuis 2013 pour surveiller les citoyens “qui n’étaient pas des criminels ou des suspects.”

Omer Bar-Lev, ministre israélien de la Sécurité publique, a déclaré samedi à la Douzième chaîne que les allégations étaient fausses, “sauf pour le fait que la police israélienne a utilisé une technologie de pointe.”

“L’affirmation centrale selon laquelle la police espionne illégalement n’est pas vraie”, a-t-il déclaré, citant les assurances du commissaire de police Kobi Shabtai, avant de prétendre être “très heureux que la police israélienne dispose d’outils technologiques avancés pour aider à lutter contre les organisations criminelles graves qui utilisent une technologie de pointe.”

Le commissaire Shabtai a juré vendredi que la police “utilisation légale des outils technologiques” voudrais “Continuez,” et dit que la force continuerait “développer et améliorer ces outils.”




La police israélienne et ses défenseurs ont fait valoir que la surveillance des citoyens était légale parce qu’ils avaient d’abord obtenu un mandat. Cependant, Calculist a allégué que la surveillance avait eu lieu avant l’octroi des mandats et que les preuves découvertes avaient ensuite été utilisées pour justifier les mandats.

En 2020, il a été révélé que Pegasus avait été vendu par NSO Group aux Émirats arabes unis (EAU) parmi d’autres clients de l’État, où il a ensuite été utilisé pour espionner des journalistes, des politiciens et des militants des droits de l’homme.

Le logiciel espion a été découvert sur les appareils d’au moins 9 membres du personnel du département d’État américain et Pegasus aurait même été utilisé pour espionner des dirigeants mondiaux, dont le président français Emmanuel Macron.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire