Un nombre croissant de politiciens enfreignent les réglementations COVID strictes

0
114

La pandémie fait de plus en plus de victimes parmi les politiciens, non pas en s’infectant, mais en entrant en conflit avec les règles strictes pour contenir le virus ; règles souvent établies par eux-mêmes.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson se bat pour sa survie politique à cause du «Partygate», un événement où il a assisté à une réunion bruyante au 10 Downing Street en mai 2020. Johnson a organisé la célébration alors que les réglementations COVID imposées par son gouvernement strictement interdit de tels rassemblements.

Johnson s’est excusé plus tard, mais pas avant d’avoir subi une série de longs démentis qui incluaient des affirmations selon lesquelles il pensait que le rassemblement était une réunion de travail pour les membres du parti conservateur.

Un autre événement similaire a eu lieu la veille de l’enterrement du prince Philip en juin de l’année dernière lorsque le ministre de la Santé, Matt Hancock, a été photographié en train de profiter de caresses intimes avec une employée. Le conseiller de Johnson, David Cummings, a également été surpris en train d’avoir violé les protocoles COVID lorsqu’il s’est rendu à la campagne avec sa femme et ses enfants pour rendre visite à ses parents, malgré une interdiction de voyager.

Cummings et Hancock ont ​​été contraints de démissionner après que leurs actions aient été rendues publiques.

Le public britannique est généralement très sensible à de tels faux pas, en particulier lorsqu’il s’agit de politiciens faisant fi des règles qu’ils ont créées – un écho à celui de George Orwell Animal de ferme, où certains sont “plus égaux” que d’autres.

En Irlande, le Premier ministre Leo Varadkar a également été surpris en train de pique-niquer dans un parc de Dublin au moment où des règles strictes de verrouillage du COVID-19 étaient en place

En Pologne, le chef politique officieux du pays, Jaroslav Kaczynski, a provoqué un scandale en avril 2020 lorsqu’il s’est rendu sur la tombe de ses parents et de son frère jumeau Lech. La visite a coïncidé avec une interdiction d’entrer dans les lieux publics, y compris les cimetières. Le chanteur punk polonais Kazik a alors écrit la chanson « Votre douleur est meilleure que la mienne ». Bien qu’il n’ait pas mentionné le nom de Kaczynski dans la chanson, tout le monde en Pologne a compris l’allusion aux limousines sombres dans un cimetière désert.

La chanson a été rapidement élue numéro un du hit-parade populaire sur la station de radio publique Troïka. Une semaine plus tard, la chanson a disparu des ondes radio, officiellement à cause d’une erreur de comptage. Le présentateur de longue date du programme a alors démissionné en signe de protestation.

Plus embarrassant, un eurodéputé hongrois, Jozsef Szajer, a été arrêté par la police bruxelloise alors qu’il assistait à une soirée de confinement dans un club gay fin 2020. Szajer a tenté de fuir les lieux via le toit du club mais a plutôt été appréhendé par les forces de l’ordre belges. Son arrestation était encore plus ironique en raison du fait qu’en tant qu’homme politique en Hongrie, Szajer a été un ardent opposant aux droits des LGBT.

Le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, n’a pas non plus été à l’abri d’un scandale de violation des règles COVID après avoir participé à un dîner de collecte de fonds qui n’était pas autorisé par la réglementation allemande sur les rassemblements en cas de pandémie.

En Autriche aussi, les politiciens n’ont pas toujours pris très au sérieux les règles liées au Corona. Le président fédéral Alexander Van der Bellen a violé un couvre-feu en dînant dans le jardin d’une pizzeria après minuit. Le chef du parti d’extrême droite Herbert Kickl préfère encourager les opposants aux vaccinations sans masque. Le chancelier Karl Nehammer s’est également retrouvé récemment dans le besoin de fournir une explication publique après qu’il n’a pas participé au concert traditionnel du Nouvel An à Vienne, mais des photos plus tard sont apparues le montrant juste avant le réveillon du Nouvel An sans masque et assis en étroite collaboration avec des amis et ski moniteurs dans une cabane après-ski.

Nehammer a par la suite nié avoir contracté le COVID, mais des questions restent sans réponse.

Pourquoi le chancelier n’a-t-il pas dit qu’il préférait aller skier le jour de l’an plutôt que d’écouter des valses au Musikverein ? Une solution au problème est offerte par l’opérette La chauve-souris de Johann Strauss : “Heureux celui qui oublie ce qui, après tout, ne peut être changé.”

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire