Israël n’enquêtera pas sur les soldats qui ont tiré sur un journaliste

0
34

La police militaire d’Israël aurait décidé de ne pas ouvrir d’enquête pénale sur l’assassinat par balle de la journaliste palestinienne américaine Shireen Abu Akleh, même si la vidéo récemment publiée semble contredire l’affirmation de l’armée israélienne selon laquelle la journaliste se tenait à proximité de militants palestiniens lorsqu’elle a été abattue la semaine dernière à la Cisjordanie occupée.

Amos Harel, le correspondant militaire principal du journal israélien Haaretz, a rapporté jeudi que la décision de ne pas enquêter sur les soldats israéliens qui auraient pu tirer le coup mortel est intervenue après un examen interne par l’unité de commando des Forces de défense israéliennes “a trouvé six cas de tirs de Tsahal sur des Palestiniens armés qui se trouvaient près d’Abou Akleh », alors qu’elle faisait un reportage sur un raid israélien sur un camp de réfugiés à Jénine.

Selon Harel, la division des enquêtes criminelles de l’armée israélienne s’est contentée d’accepter les récits des soldats qui ont ouvert le feu, mais “ont témoigné qu’ils n’avaient pas du tout vu le journaliste et avaient dirigé leurs tirs sur des hommes armés, qui se trouvaient effectivement à proximité”.

Cependant, quelques heures après le reportage de Harel, une vidéo publiée sur Twitter par Rushdi Abualouf, un journaliste palestinien de la BBC, semblait contredire l’affirmation selon laquelle Abu Akleh se trouvait à proximité d’hommes armés palestiniens engagés dans une fusillade avec les troupes israéliennes. Le clip montre qu’Abu Akleh et plusieurs autres journalistes, tous portant des gilets bleus marqués “Presse”, marchaient plutôt en direction des soldats israéliens, alors que de jeunes hommes derrière eux se tenaient autour d’eux pour parler et plaisanter, lorsque des coups de feu ont soudainement retenti et Abu Akleh et un collègue ont tous deux été touchés.

Comme l’écrivain et analyste politique Yousef Munayyer expliqué sur Twitter, “Au début de la vidéo, vous pouvez voir que l’ambiance est détendue, ce qu’ils disent n’est pas vraiment clair, principalement parce qu’ils rient.” Après que plusieurs coups de feu ont été entendus et que les jeunes hommes se sont dispersés, une voix se fait entendre disant: “Quelqu’un a-t-il été touché?” et appeler une ambulance. Puis, après plusieurs tirs, quelqu’un crie : « Shireen ! Shireen !” et, au milieu des appels effrénés à l’ambulance, l’avertissement désespéré : « Restez où vous êtes, ne bougez pas !

Une vidéo publiée le jour du meurtre la semaine dernière semble montrer que des personnes qui ont tenté d’atteindre Abu Akleh, mortellement blessée, ont été tirées dessus alors qu’elles s’approchaient d’elle.

Harel a également rapporté qu’il n’y avait pas de véritable projet d’enquête criminelle sur les soldats israéliens car « une telle enquête, qui nécessiterait un interrogatoire en tant que suspects potentiels de soldats pour leurs actions lors d’une opération militaire, provoquerait une opposition et une controverse au sein de Tsahal et dans La société israélienne en général.

Cette dernière preuve de l’impunité de l’armée israélienne a indigné les détracteurs de l’occupation israélienne en cours, qui impose un régime militaire à des millions de Palestiniens vivant sur un territoire saisi pendant la guerre en 1967. “, observé Edo Konrad, rédacteur en chef de +972, un magazine en ligne à but non lucratif dirigé par un groupe de journalistes palestiniens et israéliens. “Il sait que personne ne le tiendra responsable, que l’argent continuera à couler, tout en veillant à ce que personne ne sache jamais vraiment qui a tué Shireen Abu Akleh”, a ajouté Konrad.

Alors que des commentateurs aux États-Unis ont demandé comment l’administration Biden réagirait à la nouvelle selon laquelle l’armée israélienne refusait de mener l’enquête approfondie à laquelle elle s’était engagée il y a à peine une semaine, de hauts responsables américains se sont mis en quatre ces derniers jours pour démontrer ce que le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan a qualifié de “soutien à toute épreuve la sécurité d’Israël”.

Alors que Sullivan rencontrait le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, à la Maison Blanche jeudi, l’armée israélienne célébrait une visite amicale en Israël du lieutenant-général Michael Kurilla, le nouveau commandant du commandement central américain.

Le meurtre d’Abou Akleh n’a peut-être pas ébranlé les relations d’Israël avec les États-Unis, mais il a déstabilisé le fragile gouvernement de coalition du pays. Jeudi, une députée de gauche a cité l’attaque de la police israélienne contre des personnes en deuil lors des funérailles du bien-aimé correspondant américano-palestinien à Jérusalem la semaine dernière comme l’une des raisons pour lesquelles elle retirait son soutien au gouvernement, ce qui pourrait forcer de nouvelles élections.

Ghaida Rinawie Zoabi, une citoyenne palestinienne d’Israël qui représente le parti Meretz, a écrit dans une lettre expliquant sa décision, que son espoir que les Arabes et les Juifs pourraient travailler ensemble pour créer « une nouvelle voie d’égalité et de respect », avait été anéanti par une série de « positions bellicistes, dures et de droite », prises par les dirigeants de la coalition. La vue de la police attaquant les personnes en deuil lors des funérailles d’Abu Akleh, et les faisant presque tomber le cercueil, l’a incitée à prendre ce qu’elle a appelé « une décision morale » de cesser de soutenir le gouvernement.



La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire