Jacky met en lumière le racisme et l’exploitation

0
276

“Tu n’es qu’un putain de singe performant”. Une barbe raciste et l’un des nombreux moments pointus de Jacky, une production de la Melbourne Theatre Company qui joue actuellement au Arts Centre. Jacky parle de la politique des singes interprètes. Il s’agit de racisme et d’exploitation, d’hypocrisie et de résistance.

Le dramaturge Declan Furber Gillick et le réalisateur Mark Wilson ont réussi à inculper le système politique et économique derrière le racisme, tout en décrivant de manière authentique comment il se déroule au niveau local. Il n’y a rien de didactique ni d’exagéré dans la pièce. Le scénario est riche de politique, de chaleur et d’esprit. Les dialogues sont naturels même quand ils sont lourds, mais aussi entrecoupés de nombreux moments d’humour que les acteurs livrent bien. C’est une production serrée.

Jacky (joué par Guy Simon) est au centre : un jeune aborigène qui a grandi dans une mission dans le nord et est venu à Melbourne pour faire sa vie. C’est un personnage multidimensionnel et crédible, déchiré entre le sens du devoir envers sa famille et son peuple et le désir de s’intégrer et d’avancer dans une société profondément injuste.

Jacky est clairement une référence à Jacky-Jacky, un guide autochtone qui a reçu des médailles pour son service à la colonie de NSW. Jacky-Jacky est devenu un nom désobligeant pour un collaborateur autochtone, un subordonné aux colonialistes blancs.

Les trois personnages qui entourent Jacky ont chacun une relation particulière avec lui. Deux l’exploitent et l’autre est son frère. Les relations de Jacky avec ces personnages deviennent des micro-mondes connectés qui, ensemble, construisent une image de cette société injuste. La société représentée n’est pas celle de l’apartheid ouvert et de la brutalité raciste (non pas que cela n’existe pas encore dans certaines parties de l’Australie). Ce n’est pas non plus une situation dans laquelle les micro-agressions et les faux pas culturels sont l’alpha et l’oméga du racisme.

Il s’agit plutôt d’une image d’une société dans laquelle les Autochtones sont disproportionnellement pauvres et marginalisés, alors même que l’inclusion, l’avancement et l’appréciation culturelle des Autochtones sont des sujets de discussion courants. C’est une société dans laquelle on s’attend à ce que quelques chanceux Autochtones « se comportent bien » et fassent preuve de gratitude envers les patrons et les bureaucrates qui leur offrent généreusement des « opportunités ». Et c’est l’image d’une société divisée en classes, gouvernée par les forces du marché, où tout a un prix.

Cette image prend vie avec une mise en scène et un design exceptionnels. Le décor (de Christina Smith) est un pub stérile, un lit d’hôtel stérile et un salon d’appartement confortable, représentant les trois relations qui composent les mondes de la pièce.

Le premier de ces mondes est le blackwashing et la symbolique qui sévissent dans les bureaucraties des entreprises. Les entreprises et les agences se bousculent pour obtenir des subventions et des financements pour «l’avancement des autochtones» des gouvernements et des grandes entreprises. En établissant un partenariat avec une organisation autochtone ou un programme de formation pour les jeunes autochtones, toutes sortes d’entreprises peuvent se qualifier pour ce financement supplémentaire, y compris les agences de recrutement bidon qui font de l’argent en volant les travailleurs. Jacky est mis au monde par Linda (Alison Whyte). Les avantages sont réels mais précaires et conditionnels à ses performances.

La « culture » est une partie très importante de cet arrangement. Comme le dit Linda avec une lueur impatiente et désespérée dans les yeux : « Nous avons besoin d’autant de culture que possible ». Les remerciements et les bienvenues au pays sont devenus omniprésents. Bien que cela reflète des gains contre le racisme, ces cérémonies sont généralement hypocrites et cyniques, en particulier dans le monde de l’entreprise. Le traitement de Jacky à ce sujet est parfaitement cinglant. L’une des scènes les plus brillantes de la pièce est une reconnaissance du pays qui fera sans aucun doute se tortiller de nombreux habitués de la Melbourne Theatre Company.

Un autre monde est l’industrie du sexe, en particulier la relation entre le client et la travailleuse du sexe. Malgré la confiance en soi de Jacky et l’affirmation que son arrangement avec le client Glenn (Greg Stone) est un « gagnant-gagnant », la pièce explore les nombreux aspects exploitant et dégradants du travail ; d’être précaire et en dehors de l’économie formelle, jusqu’à être un site d’abus racistes.

La transaction n’est jamais égale, car elle implique qu’une personne paie une autre pour les utiliser – dans ce cas pour jouer un “petit fantasme misogyne et raciste”. Au fur et à mesure que Glenn devient plus à l’aise dans leur relation, le fantasme de domination raciale devient plus manifeste, bien qu’il essaie de le dissimuler avec une mode d’auto-assistance : « J’explore ». Cette tentative de domination relève à la fois du paternalisme et de la brutalité. Dans un geste de gentillesse apparente, Glenn offre à Jacky un disque vinyle qui révèle tout sur leur relation. En fin de compte, la brutalité ressort également : un racisme aigu, nu et violent qui était auparavant caché sous la surface. Jacky, cependant, n’est pas une victime unidimensionnelle. Il est maltraité à la fois par Linda et Glenn mais pas détruit.

Le troisième monde de la pièce est celui habité par Jacky et son frère, Keith (Ngali Shaw). Keith est le diseur de vérité et le support des messages les plus radicaux de la pièce. Il entre dans la vie de Jacky et voit immédiatement la dureté derrière les sourires, les promesses et les « opportunités ». Il a une conscience aiguë de la classe et de la race, non pas parce qu’il est un politicien, mais parce qu’il peut reconnaître l’exploitation et refuse d’être un singe performant. Keith défie constamment toutes les règles et conventions sociales sur lesquelles Jacky s’est appuyé pour sortir de l’oppression. Keith refuse de jouer avec le prétexte que le racisme est terminé, que la société est égalitaire et que les patrons sont nos amis. Si vous voulez être comme Keith, rendez-vous service et allez voir cette pièce.

Jacky, écrit par Declan Furber Gillick et réalisé par Mark Wilson, est au Fairfax Studio de Melbourne jusqu’au 24 juin.

Source: https://redflag.org.au/article/jacky-shines-light-racism-and-exploitation

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire