La police arrête les organisateurs derrière le fonds de cautionnement des manifestants de Cop City

0
305

Cette histoire a été initialement publiée dans Truthout le 31 mai 2023. Elle est partagée ici avec permission.

Les forces de l’ordre en Géorgie ont arrêté trois des principaux organisateurs derrière un fonds de cautionnement à Atlanta qui a aidé les manifestants contre Cop City.

La police d’Atlanta a arrêté les organisateurs, le PDG, le directeur financier et le secrétaire du groupe à l’origine de l’Atlanta Solidarity Fund, chez eux le mercredi matin. Selon le Georgia Bureau of Investigation (GBI), les trois ont été accusés de blanchiment d’argent et d’escroquerie caritative.

Les militants ont qualifié ces arrestations d’escalade dans la tentative de l’État d’écraser le mouvement Stop Cop City, les participants étant frappés d’accusations de plus en plus sévères.

“Il s’agit d’une escalade majeure – ils arrêtent ceux qui défendent les personnes arrêtées”, a écrit l’organisateur d’Atlanta Michée Herskind. « Les implications de ces arrestations sont que non seulement vous ne pouvez pas protester, mais vous ne pouvez pas défendre ceux qui sont arrêtés pour avoir manifesté. Il n’y a pas de premier amendement à Atlanta.

Dans un communiqué, le gouverneur de Géorgie, Brian Kemp (R), s’est exprimé comme si les organisateurs et d’autres militants anti-Cop City avaient déjà été reconnus coupables de leurs accusations par le GBI. Il a dit qu’il était «fier» d’avoir arrêté les «criminels» qui, selon lui, «ont facilité et encouragé le terrorisme intérieur», se référant aux accusations de terrorisme contre les manifestants de Cop City.

La ville d’Atlanta poursuit un plan de 90 millions de dollars soutenu par des républicains comme Kemp et le maire démocrate Andre Dickens pour construire un complexe de militarisation de la police de 85 acres dans une forêt de la région. S’il était construit, Cop City serait le plus grand centre de formation de la police du pays, et les militants disent que cela ne ferait qu’aggraver la brutalité de la police locale, comme en témoigne la réponse violente aux manifestants non violents – tout en rasant une forêt pour le faire.

Le compte Twitter du mouvement Defend the Atlanta Forest/Stop Cop City, pointait du doigt hors cela le Fonds de solidarité d’Atlanta a aidé dans les procès contre le département de police d’Atlanta pour ses arrestations d’un journaliste et de manifestants du mouvement. “Ce sont des représailles”, a écrit le groupe.

Les militants ont également souligné que la déclaration du GBI sur l’arrestation, ainsi que celle de Kemp, semblent suggérer que l’État se prépare à utiliser les accusations d’organisations influencées et corrompues par les racketteurs (RICO) contre le fonds de cautionnement, ce que le Fonds de solidarité d’Atlanta prédit depuis des mois.

Les organisateurs ont dit que l’État semble créer un « récit fragile » selon lequel le groupe est une organisation criminelle. Jusqu’à présent, plus de 40 militants ont été accusés de terrorisme domestique pour avoir protesté contre l’enceinte.

Le Fonds de solidarité d’Atlanta a joué un rôle crucial dans la lutte contre Cop City, aidant à apporter un soutien aux manifestants frappés de cautions qui ont parfois dépassé 300 000 dollars, selon l’un des organisateurs arrêtés.

“Il s’agit de cibler des organisateurs et des mouvements par la police et l’État”, a déclaré l’activiste Kamau Franklin, de Community Movement Builders, dans un communiqué. «Les fonds de caution ont fait partie de l’organisation du mouvement des droits civiques et du mouvement ouvrier. Nous continuerons à lutter contre la ville policière et l’arrestation politique de nos amis et camarades.

Les militants soutiennent depuis longtemps que les accusations portées contre les militants anti-Cop City sont fausses et que les forces de l’ordre créent de faux récits afin de justifier les arrestations.

L’argument des militants est soutenu par le fait que la police a déjà été surprise en train de mentir au sujet de l’une des actions les plus cruciales et les plus inhumaines prises contre les manifestants jusqu’à présent : le meurtre de Manuel Paez Terán, dont le nom choisi était Tortuguita, en janvier. Bien que la police ait affirmé que Tortuguita avait tiré en premier, une autopsie du comté de DeKalb a révélé qu’il n’y avait aucun résidu de poudre à canon sur les mains de Tortuguita lorsque la police leur a tiré dessus 57 fois, les tuant.

Licence Creative Commons

Republiez nos articles gratuitement, en ligne ou sur papier, sous une licence Creative Commons.

Source: https://therealnews.com/police-arrest-organizers-behind-cop-city-protester-bail-fund

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire