Javier Milei dit qu’il est l’avenir de l’Argentine. Il ressemble beaucoup à son passé. – Mère Jones

0
230

Javier MileyGDA/AP

Lutte contre la désinformation : Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones Quotidien newsletter et suivez l’actualité qui compte.

Après avoir terminé premier Lors des élections primaires argentines dimanche, Javier Milei est le principal candidat pour devenir le prochain président du pays sud-américain. Ancienne tête parlante pugiliste de la télévision, l’économiste libertaire a été surnommée “un nouveau Trump”.

Mais ce n’est pas tout à fait vrai.

Oui, Milei, qui siège au Congrès depuis 2021, représente le type de politicien étranger que nous avons vu partout dans le monde. Il canalise une large méfiance à l’égard du gouvernement et des institutions dominantes vers une anti-politique populiste. Mais dans un profil de 2017, Milei s’est donné des surnoms plus révélateurs de ses convictions : l’héritier d’Adam Smith ; le Mozart de l’économie ; le démolisseur keynésien. Ce qui différencie Milei de son acabit (pas particulièrement) idéologique – notamment les anciens présidents Donald Trump et Jair Bolsonaro, qu’il admire tous les deux – c’est que Milei est un vrai partisan de l’économie libertaire.

Milei veut abolir la banque centrale argentine et dollariser l’économie. Il veut mettre fin à l’enseignement public et le remplacer par un système de bons. Il veut privatiser les soins de santé et légaliser le libre-échange d’organes humains. Milei a déclaré qu’il éliminerait les ministères de la santé, de l’éducation et de l’environnement et les remplacerait par un guichet unique, le «ministère du capital humain». Il minimise le changement climatique et veut faciliter la possession d’armes de poing par les Argentins. Comme il l’a dit pendant la campagne, son plan est de “changer la logique de la politique sociale, où nous passons de donner du poisson aux gens pour leur apprendre à pêcher”.

Ces idées sont profondément ancrées. Milei a nommé ses chiens Mastiff (que je devrais inclure sont des clones de son premier chien Conan, du nom du Barbare) d’après des économistes conservateurs : Milton Friedman, Murray Rothbard et Robert Lucas Jr. Dimanche, il a dédié sa victoire aux canidés.

Dans le système primaire PASO argentin, tous les électeurs sont tenus de voter lors de l’élection primaire de l’un des partis ou alliances politiques, et les candidats qui remportent leur primaire se qualifient pour les élections générales du 22 octobre. Si le vainqueur de l’élection générale ne parvient pas à franchir le seuil de 45%, les deux premiers se qualifient pour un second tour en novembre. Le parti de Milei, Liberty Advances (LLA), a terminé avec 30 % des voix. En deuxième position, avec 28 %, se trouvait le parti de centre-droit Ensemble pour le changement, dont la candidate est l’ex-ministre de la sécurité Patricia Bullrich. À la troisième place, avec 27 %, se trouvait le parti au pouvoir de centre-gauche Unité pour la patrie, dont le ticket est dirigé par Sergio Massa, l’actuel ministre de l’Économie de l’actuel président Alberto Fernández.

L’ascension politique de Milei a été alimentée par un rejet de l’establishment politique, en particulier le « kirchnérisme » du couple au pouvoir politique Néstor Kirchner et Cristina Fernández de Kirchner, qui ont été présidents de l’Argentine de 2003 à 2015. (Fernández de Kirchner est l’actuel vice-président.) “Cette élection mettra non seulement fin au Kirchnerisme, mais aussi à la caste parasitaire, larcineuse et inutile qui coule le pays”, a déclaré Milei dans un discours de victoire.

Dimanche soir, Milei s’est décrit comme une nouvelle force dans l’histoire de la politique argentine. “Nous sommes la véritable opposition”, a-t-il déclaré. « Nous sommes les seuls à vouloir un vrai changement. Parce que rappelez-vous : une Argentine différente est impossible avec les mêmes anciens, qui ont échoué. Sauf que Milei représente une très ancienne souche de la politique argentine dont ses principaux partisans, dont beaucoup ont moins de 30 ans, sont peut-être trop jeunes pour s’en souvenir.

Un gars obsédé avec Milton Friedman est familier à quiconque a lu l’histoire de la guerre froide en Amérique latine. En 1976, la présidente argentine Isabel Perón a été évincée par un coup d’État militaire dans le cadre du réseau terroriste transnational soutenu par les États-Unis appelé Opération Condor. Perón avait succédé à son mari Juan, décédé en 1974 après avoir récupéré la présidence l’année précédente. (Juan Perón a été évincé lors d’un coup d’État séparé en 1955 après neuf ans en tant que président.) Le nouveau gouvernement a cherché à éliminer le « péronisme » favorable aux travailleurs en interdisant les syndicats et en lançant une « sale guerre » qui traquerait, torturerait et assassiner entre 10 000 et 30 000 gauchistes et dissidents politiques présumés au cours des sept prochaines années. La colistière de Milei, Victoria Villarruel, a parlé ouvertement de son admiration pour ces jours.

La junte militaire a nommé Adolfo Diz, un ancien étudiant de Friedman à l’Université de Chicago, à la tête de la banque centrale du pays. Le plus haut poste économique est allé à José Alfredo Martínez de Hoz, fils d’une famille d’élite argentine. Comme l’écrit Naomi Klein dans La doctrine du choc, Les « Chicago Boys » argentins et Martinez de Hoz ont transformé l’économie argentine dans l’intérêt des riches : gel des salaires, levée du contrôle des prix, vente d’entreprises publiques et ouverture du pays aux investissements étrangers.

Dans une réalisation des idées que son héros Murray Rothbard a encouragées dans un article intitulé “Right-Wing Populism”, Milei combine cette logique économique plus ancienne avec un conservatisme social moderne de guerre culturelle. Il veut lancer un référendum pour rendre l’avortement illégal après sa légalisation en 2020 ; il dit que l’éducation sexuelle et de genre est un complot marxiste culturel pour détruire la famille. “Je ne m’excuserai pas d’avoir un pénis”, a déploré Milei pendant la campagne. “Je n’ai pas à avoir honte d’être un homme, blanc, blond aux yeux bleu clair.” (Il n’est pas blond.)

En raison de sa politique d’extrême droite idiosyncrasique et de son succès en tant qu’analyste des informations télévisées, Le conservateur américain a comparé l’ascension de Milei à si Tucker Carlson se présentait à la présidence des États-Unis. Sauf que Milei est tellement plus bizarre (barre haute !). Il a une tignasse négligée de cheveux et de côtelettes de mouton. Il porte souvent des vestes en cuir. Ancien membre d’un groupe de reprises des Rolling Stones, Milei affirme avoir vu la tenue de Mick Jagger 14 fois en concert. Il collectionne également les disques d’Elvis. Milei dit qu’il est un coach sexuel tantrique et s’est vanté de ses prouesses dans la chambre. Pourtant, il est célibataire et a déclaré que sa sœur remplirait le rôle de Première Dame. Selon Le fouune nouvelle biographie du journaliste argentin Juan Luis González, Milei affirme avoir vu trois fois la résurrection du Christ.

Cette excentricité joue bien en ligne. Milei compte 1,2 million d’abonnés sur TikTok, plus que tous ses adversaires réunis. Son compte est géré par Inaki Gutiérrez et Eugénie Rolon, un couple qui se décrit comme « anti-communiste » et « anti-féministe » dans leur biographie Twitter et ressemble à des enfants. (Pensez : et si les adolescents de Gravel étaient d’extrême droite ?).

C’est la jeunesse argentine qui dirige la campagne de Milei. Mila Zurbriggen, ancienne dirigeante de l’aile jeunesse du parti de Milei, a décrit son appel des jeunes à Open Society : « L’indignation de ma génération est très profonde. Il a un dégoût profond pour les politiciens. Je pense que Javier [Milei] a su très bien canaliser ce rejet.

Les libertariens de la niche idéologique spécifique de Milei de l’École autrichienne d’économie (qui se font souvent appeler «anarcho-capitalistes»), écument pratiquement à la bouche que le prochain président argentin pourrait être un «rothbardien». Mais ces détails peuvent échapper à l’esprit des jeunes électeurs argentins, qui considèrent plutôt Milei comme un vote de protestation.

Les sondages, toujours à prendre avec des pincettes, ont montré que la plupart des Argentins n’étaient pas d’accord avec ses propositions. Les électeurs sont moins intéressés par les idées de Milei que par ce qu’il représente en politique, a déclaré le sondeur Juan Germano Profil: Il a été “un excellent véhicule pour canaliser la colère”. Dans un pays où l’inflation est supérieure à 100 % et où 40 % vivent dans la pauvreté, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi les gens sont en colère et résonnent avec le slogan de Milei, qui se traduit par “Vive la liberté, bon sang !”

Le succès de quelqu’un comme Milei devrait inciter les progressistes du pays à se remettre en question. Pour un modèle, ils voudront peut-être regarder de l’autre côté de la frontière au Brésil. Luiz Inácio Lula Da Silva, qui a battu Bolsonaro en 2023 pour reconquérir la présidence, l’a dit en diagnostiquant la montée de l’extrême droite mondiale et le défi pour ceux qui souhaitent les vaincre : « Lorsque vous créez la haine au sein d’une société ; lorsque vous créez un sentiment anti-politique ; quand vous enlevez tout espoir aux gens ou aux institutions existantes : alors, eh bien, tout est permis. Il a ensuite paraphrasé l’écrivain mozambicain Mia Couto : “En période de terreur, nous choisissons des monstres pour nous protéger”.



La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire