Je suis membre du Congrès espagnol et l’État a espionné mes messages

0
40

En juin 1995, les enquêteurs ont découvert des écoutes téléphoniques massives d’hommes politiques espagnols par l’agence de renseignement CESID – conduisant à la démission du vice-Premier ministre Narcís Serra, puis du ministre de la Défense García Vargas et d’Emilio Alonso Manglano, qui avait dirigé les services secrets pendant quatorze ans. L’affaire a contribué à la chute du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), qui a fini par perdre les élections l’année suivante. Ce scandale a eu des conséquences car les personnes espionnées étaient des membres de l’élite politique et commerciale espagnole, y compris le roi.

Pourtant, d’autres complots d’espionnage politique ont eu beaucoup moins de conséquences, surtout si les victimes appartenaient aux mouvements indépendantistes basques ou catalans. L’Espagne se présente comme une démocratie exemplaire, mais des continuités avec le franquisme persistent, notamment dans les forces de police, l’armée et la justice. Le régime de 78 – ainsi nommé d’après le règlement institutionnel après la mort de Franco – a été fondé de manière à éviter toute rupture, ce qui a transmis une culture politique autoritaire et un nationalisme fort dans de nombreux domaines du pouvoir d’État.

L’un des piliers de cette continuité était la monarchie, rétablie par Franco : Juan Carlos Ier raconta un jour que le dictateur lui avait ordonné, peu avant sa mort, que sa priorité devait être l’unité de l’Espagne. Donc, tout est bon pour préserver cette unité. Le président du Conseil général du pouvoir judiciaire lui-même l’a dit clairement en 2017, à la veille du référendum sur l’indépendance de la Catalogne : l’unité de la nation espagnole « est un mandat direct pour les juges ».

Maintenant, il a été révélé que l’État espagnol espionnait systématiquement les communications des politiciens catalans, y compris les députés actuels. Des ressources publiques ont été détournées (l’embauche de Pegasus a coûté des millions) pour l’espionnage illégal, puisqu’il n’a aucune autorisation judiciaire. Environ soixante-cinq personnes, probablement plus, ont été espionnées par le biais d’un programme de la société israélienne NSO Group, qui n’est vendu qu’aux États. Donc, il n’y a aucun doute sur qui est derrière.

La vérité est venue de l’extérieur : c’est un institut canadien, Citizen Lab, et un média américain, le New yorkais, qui a révélé le scandale. En revanche, à ce jour, nous n’avons encore reçu aucune forme de soutien ou de solidarité de la part des institutions espagnoles, pas même celles dont certains d’entre nous qui ont été espionnés sont des membres élus. Mon travail en tant que membre du Congrès espagnol a été exposé : conversations, dossiers et tout ce qui concerne ma vie quotidienne et, par conséquent, celle des autres membres. Cela ne semble pas inquiéter le gouvernement espagnol ou la présidence du Congrès, puisque pour eux l’unité de l’Espagne est plus importante que la démocratie.

Nous ne pouvons rien attendre non plus de la justice espagnole : son manque d’indépendance a déjà été prouvé lors du procès de la Cour suprême contre les dirigeants catalans en 2017-2019. L’année dernière, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe a apporté un dur correctif à ce processus judiciaire en approuvant un rapport dans lequel, entre autres, elle soulignait que « certains passages de l’arrêt de la Cour suprême semblent illustrer la difficulté de justifier la présence de violence comme l’exige le crime de sédition ». Il a en outre critiqué ces accusations criminelles comme “obsolètes et excessivement larges pour résoudre ce qui est en vérité un problème politique qui doit être résolu par des moyens politiques”. Le gouvernement espagnol du PSOE et Unidas Podemos ont pris l’initiative de repousser cela par le biais de grâces. Cependant, le crime de sédition restera ce qu’il était, sans être abrogé – un outil entre les mains de juges conservateurs qui pourront l’utiliser à nouveau à des fins politiques.

Parmi les espionnés figurent également des avocats, des journalistes, des militants et des scientifiques. L’Ordre des avocats de Barcelone s’est déjà prononcé : ce qu’ont révélé Citizen Lab et le Nouveau Yorker “peut représenter une atteinte grave aux droits fondamentaux et une violation intolérable du droit à la défense et du devoir de secret professionnel”, et pour cette raison, il a exigé “des explications publiques immédiates” du gouvernement espagnol. L’affaire a eu un grand impact sur les médias catalans ainsi qu’un impact considérable sur les médias internationaux. Les médias espagnols ont été les derniers à arriver, mais font maintenant également état du scandale.

L’espionnage politique n’est pas exclusif à l’Espagne. Le Watergate aux États-Unis est emblématique d’un phénomène qui a touché des démocraties parlementaires établies telles que l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni. Mais dans notre cas, le « Catalangate » s’ajoute à la tradition répressive de l’État espagnol de contrecarrer notre exigence démocratique : pouvoir voter sur notre avenir politique et construire une République indépendante.

Il y a eu des cas d’espionnage antérieurs tels que celui connu sous le nom d'”Opération Catalogne”, qui cherchait à obtenir des données pour diffamer les dirigeants indépendantistes. Il y a eu, comme mentionné ci-dessus, un procès inéquitable. Plus de trois mille personnes font actuellement l’objet de poursuites judiciaires liées à la lutte pour l’indépendance. Et le jour du référendum, la violence policière a été utilisée contre des électeurs sans défense. Il faut s’attendre à ce qu’un gouvernement du parti conservateur Partido Popular et de l’extrême droite VOX durcisse encore plus la répression, car l’extrême droite mentionne fréquemment son intention d’interdire les partis politiques indépendantistes – et il existe déjà un précédent basque.

Les élites espagnoles résistent aux revendications majoritaires du peuple catalan. Le régime de 78 continue de fonctionner comme un système oligarchique pour lequel notre projet républicain est une menace évidente. Et c’est pourquoi ils usent de toutes sortes de moyens répressifs, démontrant la continuité d’un état profond qui n’a pas changé depuis Franco.

À la veille du référendum d’octobre 2017, Julian Assange a déclaré que le processus catalan créerait un précédent “pour le type de démocratie que nous verrons en Europe et dans le monde occidental”. La lutte catalane pour l’indépendance reste ouverte et continue de faire partie de cette bataille plus large pour l’avenir de la démocratie.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire