Jimmy Carter n’était pas si mal

0
34

Malgré un nombre considérable d’occasions manquées, de gaffes, de moments maladroits et de mensonges éhontés, le président Jimmy Carter a réussi à accumuler des réalisations assez impressionnantes au cours de ses quatre courtes années à la Maison Blanche. En voici dix.

1. Création du ministère de l’Énergie. Le DOE a fourni à l’administration les outils bureaucratiques nécessaires pour formuler et mettre en œuvre ce qui aurait pu être une stratégie énergétique nationale globale à long terme. Si les normes agressives de consommation d’essence de Carter avaient continué à être poursuivies par les administrations suivantes, nous serions aujourd’hui – près de 50 ans plus tard – considérablement moins dépendants du pétrole saoudien.

2. Créé le ministère de l’Éducation. Malgré les hurlements des groupes antigouvernementaux qui se sont opposés à une autre agence fédérale, la décision de retirer l’éducation du ministère déjà surchargé. de la santé, de l’éducation et du bien-être (maintenant le ministère de la santé et des services sociaux) était audacieuse et nécessaire.

3. A soutenu SALT II (pourparlers sur la limitation des armements stratégiques). Cela semble anodin aujourd’hui, mais dans les années 1970, un pacte de non-prolifération nucléaire, même très défectueux, était considéré comme une étape importante dans l’établissement d’une paix durable avec l’URSS. Il y a un demi-siècle, les gens avaient vraiment peur d’un holocauste nucléaire. Bien que Carter et le dirigeant soviétique Leonid Brejnev aient signé l’accord, le Congrès américain, à la suite de l’invasion soviétique de l’Afghanistan, a refusé de le ratifier.

4. A négocié le traité de paix israélo-égyptien. En initiant les Accords de Camp David entre le Premier ministre israélien Menachem Begin et le président égyptien Anouar Sadate (qui a ensuite été assassiné pour sa complicité « pro-israélienne »), Carter a jeté les bases d’une amélioration des relations israélo-arabes en faisant un premier pas historique. Le fait que la paix dans la région n’ait jamais été réalisée n’était pas la faute de Carter. Si nous voulons « blâmer » quelqu’un, blâmez Israël.

5. Installation de panneaux solaires à la Maison Blanche. Ce n’était pas seulement un geste pratique, c’était aussi un geste symbolique, démontrant au monde (1) que les États-Unis gloutons étaient sérieux au sujet de la conservation de l’énergie, et (2) que la conservation commence effectivement chez soi.

Carter voulait « mandater » que toutes les nouvelles maisons soient installées à l’énergie solaire, mais personne n’y croyait. Imaginez à quoi ressembleraient aujourd’hui près de 50 ans d’énergie solaire. Parce que Ronald Reagan pensait que les panneaux solaires donnaient l’impression que l’Amérique était “faible” et nécessiteuse, il les fit retirer de la Maison Blanche.

6. A boycotté les Jeux olympiques de 1980. En réponse à l’invasion soviétique de l’Afghanistan, Carter a boycotté les jeux de Moscou, une décision qui lui a valu le ridicule et le mépris, malgré le fait que des dizaines d’autres pays, dont le Japon, l’Allemagne de l’Ouest, la Chine et le Canada, ont soutenu sa décision. Les boycotts sont délicats. Certains fonctionnent (c’est-à-dire l’apartheid), mais la plupart ne le font pas. Qui sait ce qui se serait passé si le monde avait boycotté les Jeux olympiques de 2004 pour protester contre l’invasion américaine de l’Irak ? Cela aurait pu faire une différence.

7. Accordé l’amnistie aux réfractaires du Vietnam. Même si Carter a accordé ces grâces inconditionnelles le 21 janvier 1977 (le premier jour de son mandat), les retombées politiques ont été suffisamment graves pour lui coûter des voix aux élections de 1980. Aussi controversé soit-il, cet appel audacieux a contribué à faire avancer le pays, mettant fin à l’un des problèmes les plus controversés de l’histoire américaine.

8. Relations diplomatiques établies avec la Chine. Transférer officiellement la reconnaissance diplomatique américaine de Taïwan à la Chine continentale semble aujourd’hui une évidence, mais en 1979, c’était une décision singulièrement audacieuse et progressiste. S’il s’agissait d’une décision facile et « automatique », elle aurait été prise des décennies plus tôt.

9. Poussé pour une réforme complète des soins de santé. Le plan de Carter était plus grand, meilleur, moins cher et – dès le départ – avait une plus grande chance de réussir dans sa forme originale que le plan de Clinton ou d’Obama. L’inertie, la timidité et la politique à l’ancienne (à la fois démocrate et républicaine) l’ont finalement tué.

10. Retour du canal de Panama au Panama. Ce fut une autre décision audacieuse et controversée, qui lui a sans aucun doute coûté des voix. En cédant le canal au minuscule Panama, les puissants États-Unis semblaient confiants et magnanimes… plutôt que paranoïaques et égoïstes. Bien que Carter ait pu obtenir le soutien bipartite nécessaire, sur les 20 sénateurs qui ont voté en faveur du traité sur le canal (et étaient candidats à la réélection), seuls 7 ont été réélus.

De toute évidence, les commentateurs, les consultants et les experts peuvent dire ce qu’ils veulent. Ils peuvent le jouer aussi directement que possible, ou ils peuvent le jouer aussi amèrement cynique ou aussi abjectement pharisaïque qu’ils le souhaitent. Rien de tout cela n’aura d’importance. Mais une chose est certaine : Jimmy Carter restera dans les mémoires comme l’un des présidents américains les plus incompris de l’histoire.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/17/jimmy-carter-wasnt-all-bad/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire