Joe Biden mérite le blâme pour avoir tué l’accord sur le nucléaire iranien

0
40

Le président Joe Biden prend la parole à Greensboro, en Caroline du Nord, le 14 avril 2022.

Photo : Peter Zay/Agence Anadolu via Getty Images

En bref clip vidéo qui est devenu viral à travers le monde cette semaine, le président Joe Biden a conclu un discours en Caroline du Nord par un appel émouvant à l’unité entre les Américains. Puis il s’est détourné du podium et a semblé tendre la main dans les airs pour une poignée de main. Le clip a amusé les nombreux détracteurs de Biden, qui allèguent que le président américain souffre de déclin cognitif, bien que d’autres contestent cette interprétation de la vidéo.

Que ce soit ou non un signe de la détérioration de son acuité mentale, l’image de Biden semblant ne serrer la main de personne est une métaphore appropriée des nombreux échecs diplomatiques de son administration depuis son arrivée au pouvoir. En tête de liste se trouve l’incapacité de Biden à atteindre son objectif fondamental de réintégrer l’accord nucléaire de 2015 avec l’Iran. C’est là qu’intervient la poignée de main : il semblait que Biden se prononçait prêt à conclure un accord, mais sans personne à l’autre bout. Bien qu’il y ait eu des questions sur le fonctionnement du cerveau de Biden à la suite de tels incidents, ce qui peut vraiment tourmenter le président, c’est un manque de cœur.

En 2018, le président Donald Trump a quitté l’accord sur le nucléaire iranien dans un accès de colère visant à saper une réalisation diplomatique clé du président Barack Obama. Biden a d’abord fait campagne sur la promesse de revenir à un accord qui place le programme nucléaire iranien sous un contrôle strict en échange d’un allégement des sanctions.

Cela aurait dû être une victoire facile, renversant une décision de politique étrangère dangereuse prise sur un coup de tête par Trump. Cependant, plus d’un an après le début de sa présidence, Biden n’a absolument pas réussi à retrouver son chemin dans l’accord. Au lieu de préserver l’une des principales réalisations diplomatiques de l’administration Obama, dans laquelle il a été vice-président, Biden se range effectivement du côté de la position de Trump. L’accord nucléaire est maintenant sur le point de s’effondrer complètement – et le blâme en incombe entièrement à Biden.

L’impasse dans les pourparlers actuels, selon les rapports, est une question que Trump a injectée dans le mélange diplomatique précisément pour empêcher son successeur de relancer l’accord : l’inscription du Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran sur la liste des organisations terroristes.

L’inscription du groupe en 2019 par Trump n’était pas directement liée à l’accord sur le nucléaire – il avait déjà abandonné l’accord – mais cela a rendu l’accord pratiquement impossible à relancer.

L’avantage que l’accord nucléaire était censé procurer à l’Iran était l’investissement étranger et le commerce pour sauver l’économie chancelante de la République islamique. Pour le meilleur ou pour le pire, le CGRI est un acteur économique majeur en Iran, et le traiter comme une organisation terroriste rend très peu probable que les entreprises occidentales se sentent à l’aise de faire des affaires dans le pays.

En d’autres termes, faire du CGRI un groupe terroriste bloque effectivement tout gain que l’Iran espère tirer de la conclusion d’un accord en premier lieu. La relance de l’accord devient un non-démarrage – tout comme Trump l’avait prévu.

L’Iran a exigé dans le cadre des pourparlers, que le CGRI soit retiré de la liste des terroristes avant de réintégrer l’accord. L’administration Biden a refusé, affirmant que si le groupe devait être supprimé, l’Iran devra faire des concessions supplémentaires en dehors de l’accord nucléaire, officiellement connu sous le nom de Plan d’action global conjoint.

“Si l’Iran veut une levée des sanctions qui va au-delà du JCPOA, il devra répondre à nos préoccupations qui vont au-delà du JCPOA”, a déclaré le porte-parole du département d’État, Ned Price, interrogé sur la possible radiation des Gardiens de la révolution lors d’une conférence de presse lundi. . “Ils devront négocier ces questions de bonne foi avec réciprocité.”

Price n’a pas juré de retirer le CGRI de la liste, mais en réponse aux questions, il a déclaré que les États-Unis “utiliseront tous les outils appropriés pour faire face au rôle déstabilisateur du CGRI dans la région, notamment en travaillant en étroite collaboration avec nos partenaires en Israël”. On pense que plusieurs alliés des États-Unis dans la région, dont Israël et l’Arabie saoudite, font pression contre un accord renouvelé. Le Premier ministre israélien Naftali Bennett aurait espéré que l’inscription sur la liste du CGRI serait un « briseur d’accord » qui empêcherait un retour à l’accord.

Placer le CGRI sur la liste des terroristes est principalement symbolique du point de vue américain. L’Iran est déjà désigné comme État parrain du terrorisme, et le CGRI est soumis à de nombreuses sanctions qui restent en vigueur, qu’il soit spécifiquement répertorié ou non. L’inscription de l’IRGC a cependant de graves répercussions sur les Iraniens ordinaires et même sur les doubles ressortissants de pays occidentaux qui ont été élevés en Iran. Le CGRI fonctionne sur la base de la conscription et attire des recrues de toute la société iranienne.

Des centaines de milliers d’Iraniens ordinaires figurent désormais potentiellement sur la liste de surveillance terroriste américaine et sont susceptibles d’y rester tant que l’organisation dans laquelle ils ont servi est considérée comme un groupe terroriste par les États-Unis. Outre les préoccupations économiques liées aux sanctions, l’Iran a donc un fort motivation pour voir le CGRI, qui est en fin de compte une branche de son armée, retiré de la liste dans le cadre de tout accord plus large.

“En ce qui concerne les Iraniens, il y a certainement un élément de fierté dans le fait qu’ils ne veulent pas qu’une branche majeure de leur armée soit répertoriée comme une organisation terroriste”, a déclaré Hooman Majd, auteur de “Le ministère de l’Orientation vous invite pour ne pas rester. « Tout aussi important, le JCPOA était également censé apporter un allégement des sanctions à l’Iran. Ce n’était pas seulement un soulagement dans le sens où la banque centrale iranienne ne serait plus sanctionnée ; l’accord était également spécifiquement censé encourager les investissements étrangers en Iran.

“Il y a certainement un élément de fierté dans le fait qu’ils ne veulent pas qu’une branche majeure de leur armée soit répertoriée comme une organisation terroriste.”

Majd était au courant des discussions autour de la négociation initiale du JCPOA et pense que le gouvernement iranien pourrait renoncer à un accord renouvelé s’il calcule que les sanctions contre le CGRI l’empêcheront de récolter les avantages économiques attendus.

“Lorsque d’autres sanctions ont été imposées à l’Iran dans les années 1990, le CGRI est devenu de facto le bras technique du gouvernement iranien”, a-t-il déclaré. « Tout jusqu’à l’aéroport international de Téhéran est géré par le CGRI, et chaque aspect des affaires en Iran a un lien avec le CGRI ou d’anciens membres du CGRI. Si le CGRI est répertorié comme une organisation terroriste, Boeing va-t-il leur vendre des avions ? »

Le nucléaire iranien L’accord était conçu comme une dernière chance d’éviter une autre crise majeure au Moyen-Orient. Compte tenu de la violation évidente par l’administration Trump d’un accord que les États-Unis avaient signé avec le soutien de leurs alliés, Biden aurait pu facilement réintégrer l’accord lors de sa prise de fonction.

Au lieu de cela, les États-Unis ont hésité. Il risque maintenant de relancer un conflit que l’administration Obama avait dépensé un capital diplomatique et politique important pour éviter. Le plus tragique sera le fait qu’il était facilement évitable.

Biden n’a peut-être pas saisi l’air après son discours en Caroline du Nord plus tôt cette semaine. S’il ne parvient pas à ramener les États-Unis dans un accord conforme à leurs propres engagements signés sur l’accord sur le nucléaire iranien, l’image de lui cherchant sans but une main à serrer sera symbolique de sa propre présidence.

La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire