Le plan de logement abordable de Disney est l’intérêt personnel, pas le socialisme

0
58

Les gauchistes ont saupoudré de poussière de fée magique sur Disney et l’ont rendu marxiste. C’est en tout cas le message qui filtre actuellement dans les médias conservateurs. Pour entendre le commentateur conservateur Mark Levin le dire, “Le Magic Kingdom est maintenant un asile éveillé.”

Si vous deviez prendre ces fausses affirmations au pied de la lettre, peut-être que la récente décision de l’entreprise de construire 1 300 logements abordables dans la région d’Orlando est une prochaine étape logique. “Nous sommes investis dans la collaboration avec notre communauté pour résoudre des problèmes complexes”, a déclaré Jeff Vahle, président de Walt Disney World Resort. “Le manque de logements abordables affecte de nombreuses personnes à travers notre pays, y compris ici même dans le centre de la Floride.”

Résoudre les problèmes des travailleurs ! Quel avenir pour la gauche radicale ? Donald Duck va-t-il exproprier le château de Cendrillon ? M. Toad fera-t-il face à la guillotine ? Disney va-t-il bientôt déployer Mr Marx’s Wild Ride ?

À peine. La vérité est que le nouvel engagement de Disney à élargir les options de logement pour ses travailleurs est un signe de l’intérêt personnel de l’entreprise, et non une inclination au socialisme.

Il est ironique que Main Street USA soit toujours une attraction populaire dans les parcs à thème Disney.

Le simulacre de centres-villes centenaires reflète une nostalgie teintée de rose d’une époque où les quartiers urbains étaient plus denses, plus conviviaux et moins étouffés par les voitures. Ce que Disney ne dira pas, c’est qu’une partie de la raison pour laquelle les barbiers, les employés de magasin, les pompiers et d’autres travailleurs ont eu la chance de prospérer ensemble était un logement moins cher.

En 1920, vous pouviez louer un appartement à New York pour 60 $ par mois, soit moins que le coût d’un pass journalier à Disney World aujourd’hui, et profiter probablement d’un court trajet pour vous rendre au travail. Même ajusté en fonction de l’inflation, cela ne représente encore que 850 $ par mois aujourd’hui.

C’est raisonnable par rapport aux prix exorbitants que ceux qui font du cosplay à Main Street USA doivent débourser pour vivre près de Disney World. Le loyer moyen d’un appartement à Orlando en 2022 est de 1 820 $, soit une augmentation d’environ 40 % par rapport à l’année précédente.

C’est formidable que le salaire minimum des employés de Disney World soit passé de 10 $ à 15 $ de l’heure à partir d’octobre dernier (grâce aux efforts des syndicats d’employés et à la pression politique de Bernie Sanders), mais la hausse des coûts du logement ainsi que la hausse de l’inflation dans d’autres secteurs de l’économie continue de pousser les travailleurs dans la précarité financière et dans les périphéries éloignées de la ville.

Pour que les «membres de la distribution» de Disney vivent dans un appartement de deux chambres à proximité du travail (dans le code postal 32801), il faudrait un salaire horaire de près de 30 $, selon un rapport de la National Low Income Housing Coalition. C’est le double du montant que gagnent la grande majorité des 77 000 travailleurs de la station. Dans un marché du travail restreint, Disney a eu du mal à embaucher suffisamment de chauffeurs de bus, de serveurs, de personnel de garde et d’autres personnes pour assurer le bon fonctionnement de la station.

Il n’est donc pas étonnant que Disney vient d’annoncer son intention de désigner quatre-vingts acres de terrain dans le comté d’Orange (qui comprend Orlando) pour la construction de 1 300 logements. Sans ces travailleurs essentiels, la magie a disparu du Magic Kingdom, et Disney ne pourrait pas justifier les 6 000 $ qu’il en coûte pour une famille de quatre personnes pour un séjour moyen de cinq jours.

Ce faisant, Disney suit l’exemple des entreprises d’autres destinations touristiques haut de gamme où la hausse des loyers dépasse la croissance des salaires – du parc à thème de Dolly Parton, Dollywood, aux petits restaurateurs du comté de Door, dans le Wisconsin. Le voisin de Disney World, Universal Parks & Resorts, a déclaré qu’il avait également promis vingt acres de terrain à Orlando à utiliser pour mille unités de logements abordables et «à revenus mixtes».

Disney voudrait vous faire croire que sa décision de construire des logements abordables reflète les valeurs chères à l’entreprise. “Nous donnons un coup de main pour avoir un impact réel et significatif dans notre communauté en puisant dans le meilleur des forces de notre entreprise”, lit-on dans leur communiqué de presse.

Mais pour croire qu’il faudrait être aussi crédule que Blanche-Neige chantant aux colombes alors que la Méchante Reine prépare sa mort.

Au plus fort de la pandémie de COVID-19 fin 2020, Disney a licencié plus de 32 000 de ses travailleurs les moins bien rémunérés. Quelques mois plus tard, en mars 2021, les actions de la société ont atteint un nouveau record historique de 203 dollars par action, et le PDG Bob Chapek a fini par doubler ses revenus à 32 millions de dollars l’année dernière.

Désolé, Fox and Friends, mais Disney croit toujours au capitalisme à la mode. Et ce nouveau développement verdoyant qu’il veut construire n’est guère plus qu’une nouvelle version d’un vieil élément de la vie américaine qui n’est pas représenté sur Main Street USA : la ville de la compagnie.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire