Qu’est-ce qui façonne l’affrontement présidentiel Macron-Le Pen ? — Nouvelles du monde RT

0
59

Les électeurs plus âgés qui préfèrent le statu quo, ou les jeunes insatisfaits – qui est le plus motivé ?

Lorsque les électeurs français se rendront aux urnes dimanche pour choisir leur prochain président, le résultat reflétera-t-il celui de l’élection de 2017 ? Il y a cinq ans, le même affrontement Macron-Le Pen s’était soldé par une explosion, Macron l’emportant avec 66 % des voix contre 34 % pour Le Pen. L’éternel phénomène des Français “Front républicain” encore frappé. En d’autres termes, tous les autres électeurs du premier tour ont voté contre Le Pen plutôt que pour Macron. Les électeurs français plus âgés, en particulier, ont une peur inhérente du “extrème droite,” et voter massivement par réflexe contre. Mais pourquoi est-ce le cas?

Tout a commencé lorsque le prédécesseur du Rassemblement national de Le Pen – le Front national, dirigé par son père, Jean-Marie Le Pen – a bénéficié de l’ouverture de l’ancien président socialiste français François Mitterrand à la participation électorale des petits partis lors des élections législatives de 1985, et a remporté 35 sièges à l’Assemblée nationale. Mitterrand a longtemps été accusé d’ouvrir les portes des couloirs du pouvoir à l’extrême droite comme un stratagème astucieux pour diviser en permanence la droite de l’establishment, assurant ainsi de nombreuses années de domination par son Parti socialiste de gauche conventionnel.

Mais beaucoup de choses ont changé depuis lors. La droite et la gauche conventionnelles ont complètement implosé. Après avoir échoué à obtenir le minimum de 5 % des voix nécessaires au remboursement par l’État des dépenses de campagne au premier tour des élections de cette année, la candidate du Parti républicain de droite conventionnelle Valérie Pécresse lance actuellement un appel aux dons du public français pour éviter d’avoir à couvrir 7 millions d’euros. de dépenses (dont 5 millions d’euros de sa propre poche). Dans la gauche traditionnelle, le Parti socialiste dirigé par la maire de Paris Anne Hidalgo n’a recueilli que 1,7 % de voix.




Aujourd’hui, Macron a bricolé des personnalités conventionnelles de droite et de gauche et les a qualifiées avec succès de défenseurs centristes et pragmatiques du statu quo de l’establishment français et européen. Non pas que les Français soient ravis de sa performance. Les sondages montrent constamment que la popularité de Macron oscille autour de 40 %. L’approbation de Macron est la plus élevée parmi les retraités et la plus faible parmi les jeunes âgés de 25 à 34 ans, selon un sondage Odoxa, ainsi que parmi la classe ouvrière non dirigeante.

Cela ne devrait guère surprendre puisque les chiffres reflètent l’impact des deux plus grandes crises que Macron a gérées au cours de son premier quinquennat : la pandémie de Covid-19 et le conflit en Ukraine. Les retraités sont les moins touchés négativement par – et sans doute les plus grands bénéficiaires – des mandats lourds de gestion de la pandémie et de vaccination de Macron, qui ont entraîné la perte d’emplois de la classe ouvrière pour non-conformité. La population plus âgée n’est pas non plus affectée par le vœu de Macron de relever l’âge de la retraite à 65 ans. Ils sont plus averses au risque et sensibles à la suggestion, souvent citée par les analystes de la presse française, qu’un vote pour Le Pen pourrait entraîner une instabilité politique et des événements imprévus. conséquences tant pour la France que pour l’Europe. Pendant ce temps, les jeunes travailleurs ayant des familles ressentent le pincement des politiques de Macron qui ont contribué à contrarier la Russie à propos de son opération militaire en Ukraine en l’absence d’un plan pour gérer le retour de bâton sur les économies française et européenne à la suite des sanctions anti-russes. .

Les électeurs français plus jeunes et de la classe ouvrière sont donc plus disposés à prendre un risque sur quelque chose de nouveau, étant donné l’échec évident de Macron à atténuer le chaos au cours des cinq dernières années.

Selon une nouvelle enquête de l’Institut de la démocratie auprès des électeurs français, le problème le plus important pour eux, de loin, est l’inflation, avec plus de répondants désapprouvant la gestion par Macron de la crise ukrainienne qui y a contribué, et plus de la moitié affirmant que l’Union européenne les sanctions contre la Russie, défendues par Macron, ont fait plus de mal à la France qu’à la Russie. Seuls 20% des répondants considèrent la Russie comme “la plus grande menace pour la France” (avec la Chine et le terrorisme en tête), et plus d’électeurs français sont d’accord qu’ils ne sont pas d’accord avec la position de Le Pen selon laquelle la France devrait quitter à nouveau le commandement intégré de l’OTAN.


Macron est d'accord avec Le Pen sur le mandat présidentiel

Ainsi, en réalité, même avec des électeurs plus âgés qui soutiennent massivement Macron, les postures moins conventionnelles et non-establishment de Le Pen séduisent néanmoins les électeurs français qui ne sont pas ravis du leadership de Macron, en particulier dans le domaine économique.

Les scandales jouent également un rôle dans les derniers jours de la campagne. Macron a tenté de justifier l’utilisation accrue des “gros conseil” entreprises par le gouvernement français sous sa direction, à hauteur de centaines de millions d’euros de fonds publics, selon un rapport du Sénat français. Ces facilitateurs du mondialisme ont conseillé le gouvernement français sur les vaccins Covid tout en représentant les fabricants de vaccins de la grande technologie et de la grande pharma, pour Exemple. Il n’est pas difficile d’imaginer comment de tels conflits d’intérêts peuvent aboutir à des mandats imposés par le gouvernement qui favorisent des intérêts particuliers par rapport à la science au détriment de la démocratie et des libertés fondamentales.

Mais Le Pen fait également face à une divulgation gênante avant le tour final. L’agence anti-fraude de l’Union européenne vient de l’accuser d’avoir détourné des fonds publics alors qu’elle était députée au Parlement européen. Cette décision est l’aboutissement d’une enquête qui traîne depuis des années, qui a soulevé des soupçons sur les motivations politiques quant au moment de l’annonce.

Le Pen est connue pour son opposition à la gouvernance supranationale descendante de l’UE – contrairement à la coopération de Macron avec elle – et a toujours été ouverte sur la nécessité pour la France de retrouver plus d’indépendance et de souveraineté. Son adversaire d’extrême gauche, Jean-Luc Mélenchon du parti France Insoumise, a une position similaire à celle de Le Pen sur l’UE. Et si tous ses électeurs du premier tour soutenaient Le Pen dans une grande coalition anti-establishment pour vaincre Macron, cela provoquerait un tremblement de terre politique. Les deux candidats ont insisté sur une coopération moins aveugle avec l’UE au détriment des citoyens français, tandis que Macron a passé les cinq dernières années à se comporter comme sa plus grande pom-pom girl, tout en refusant de protéger les intérêts de ses citoyens de l’impact de la politique militaire et économique américaine. ambitions.


Macron affrontera Le Pen lors du second tour des élections françaises

Mélenchon et Le Pen convergent également sur la nécessité de moins obéir à Washington. Mélenchon est favorable à un filet de sécurité socialiste tandis que Le Pen s’oriente progressivement vers davantage de politiques de laissez-faire qui obtiennent des résultats similaires avec moins d’ingérence gouvernementale. Par exemple, alors que Macron favorise les “chèques” pour compenser la hausse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires, Le Pen s’est engagé à réduire la taxe de vente sur ces articles afin de laisser plus d’argent dans les poches des consommateurs.

Pourtant, malgré les similitudes dans leurs objectifs, Mélenchon a appelé ses partisans à ne pas accorder une seule voix à Le Pen au second tour. Son point de vue de longue date est que Le Pen – qui est contre les mandats Covid de Macron et s’est prononcé contre la position de Macron d’armer les néo-nazis en Ukraine – doit être combattu à tout prix. En conséquence, 30% des voix de la troisième place de Mélenchon à la qualification de Le Pen au deuxième tour (22% contre 23%) devraient aller à Macron, selon un nouveau sondage BVA, contre seulement 18% pour Le Pen. On estime que 52% des électeurs de Mélenchon prévoient soit de s’abstenir, soit de voter en blanc lors du tour final.

Et c’est précisément cette abstention, ce vote blanc ou non déclaré où cette élection pourrait se jouer. Selon la moyenne pondérée de tous les sondages disponibles à ce jour du Financial Times, seuls 7 % séparent Macron de Le Pen avant le vote de dimanche. Il semble donc que le résultat puisse finalement dépendre de la motivation des électeurs. Les Français de plus de 65 ans qui voient l’approche conventionnelle de Macron seront-ils plus motivés à aller voter pour maintenir coûte que coûte le statu quo, malgré la déception de la direction générale du pays ? Ou les jeunes électeurs de la classe ouvrière se mobiliseront-ils pour saisir le droit d’essayer quelque chose de nouveau avec la seule chance qu’ils auront de le faire pendant les cinq prochaines années ?



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire