Julian Assange a besoin d’un support de porte-voix fort, pas de plus de trahison dans les coulisses

0
43

Le ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, a approuvé l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis, où il devra faire face à 18 accusations d’espionnage portées contre lui par le ministère de la Justice. Les accusations sont passibles d’une peine combinée pouvant aller jusqu’à 175 ans de prison. C’est une autre coupe dans la longue et tortueuse crucifixion du fondateur de Wikileaks, qui a osé embarrasser et exposer les crimes de guerre de l’empire américain et de ses alliés.

Wikileaks a pris de l’importance en 2010 lorsqu’il a publié une vidéo, surnommée Meurtre collatéral, d’un massacre d’au moins douze civils en 2007 filmé depuis le viseur d’un hélicoptère américain Apache en Irak. La vidéo montre des soldats américains en train de plaisanter alors qu’ils abattent des civils dans une rue de Bagdad. Deux des personnes tuées étaient des journalistes de Reuters et deux enfants ont été blessés. Wikileaks a également publié des journaux de guerre sur les invasions de l’Irak et de l’Afghanistan, ainsi que 250 000 câbles diplomatiques. Les fuites ont révélé des crimes de guerre généralisés et des transactions sordides et secrètes de la part des États-Unis et de nombreux autres gouvernements.

Mais ceux au pouvoir n’étaient pas concernés par la poursuite de ces crimes de guerre. Au lieu de cela, ce sont les dénonciateurs et les journalistes qu’ils ont poursuivis. Assange est rapidement devenu l’ennemi public numéro un des agences de renseignement américaines et de leurs homologues australiens et britanniques. Leur détermination à le détruire n’a fait que croître avec de nouvelles fuites, des révélations d’Edward Snowden en 2013 sur des programmes massifs de surveillance illégale, à la publication par Wikileaks d’énormes trésors de fichiers sur le piratage de la CIA, surnommés “Vault 7”, en 2017.

Suite aux fuites de Vault 7, Wikileaks a été officiellement reclassé par Mike Pompeo, alors directeur de la CIA, en tant que « service de renseignement hostile non étatique », ouvrant la voie à une action beaucoup plus agressive. Il a récemment été révélé que la Maison Blanche et la CIA envisageaient des enlèvements et des assassinats pour faire face à la menace posée à l’impérialisme américain par Assange. En fin de compte, la stratégie de persécution légale sans fin, commencée sous l’ancien président Barack Obama, s’est poursuivie pendant les années Trump et maintenant sous le président démocrate Joe Biden.

Bien qu’il n’ait jamais été reconnu coupable d’une infraction administrative mineure – rupture de la caution pour une accusation qui a ensuite été abandonnée – Assange a passé la dernière décennie privé de sa liberté et sous surveillance constante, d’abord à l’ambassade d’Équateur, puis depuis 2019 à la prison de Belmarsh à Londres.

Les États-Unis accusent Assange en vertu de la loi de 1917 sur l’espionnage, une loi antidémocratique destinée à persécuter les opposants à l’implication américaine dans la Première Guerre mondiale. Comme l’écrit le journaliste brésilien Glenn Greenwald, l’acte signifie que « l’accusé est non seulement coupable dès qu’il est prouvé qu’il a divulgué des informations classifiées sans autorisation, mais il lui est également interdit d’invoquer une défense de « justification », ce qui signifie qu’il ne peut pas soutiennent devant le jury de leurs pairs qu’il était non seulement permis mais moralement nécessaire de divulguer ces informations en raison des actes répréhensibles graves et de la criminalité qu’ils ont révélés de la part des responsables politiques les plus puissants du pays. En d’autres termes, cette loi de 1917 est rédigée pour n’offrir que des procès-spectacles mais pas des procès équitables ».

La persécution incessante d’Assange par les gouvernements occidentaux est une attaque si flagrante contre les droits démocratiques, la liberté d’expression et la liberté de la presse, que l’on pourrait s’attendre à ce que l’ensemble de l’establishment libéral se lève. Mais alors que des publications comme le Gardien et New York Times ont publié des colonnes désapprouvant le traitement d’Assange, leur réponse a été incroyablement discrète et ils ont souvent régurgité les calomnies utilisées contre Assange : en particulier, l’affirmation répandue selon laquelle, contrairement à des journalistes respectables comme eux, Assange est non professionnel et imprudent, des câbles qui fuient sans penser aux conséquences. Ceci est en partie tiré d’un Gardien livre, Wikileaks : Au cœur de la guerre contre le secret de Julian Assangeécrit par deux Gardien des journalistes qui ont fait semblant de travailler en collaboration avec Assange en 2011, tout en le faisant sécher. Ce livre a été utilisé à plusieurs reprises contre Assange par les procureurs américains lors d’audiences devant les tribunaux britanniques, malgré le démenti de bon nombre de ses affirmations.

En fin de compte, la mission de Wikileaks s’est heurtée à ce que ces publications représentent – donner un visage plus libéral et plus humain au capitalisme et à l’impérialisme occidental. Assange et d’autres lanceurs d’alerte font honte à tout journaliste libéral servile en disant la vérité au pouvoir. Il a donc été condamné non seulement par la presse Murdoch et la droite trumpienne, mais aussi par la presse libérale, les démocrates américains et le parti travailliste australien. Un exemple des plus flagrants est celui de PEN America, une organisation censée se consacrer à la lutte pour la liberté de la presse, mais dont la PDG, Suzanne Nossel, a justifié les accusations et les tentatives d’extradition contre Assange. Nossel travaillait auparavant pour le groupe de travail spécial du département d’État américain mis en place pour répondre à Wikileaks, sous la direction de la secrétaire d’État Hillary Clinton, qui a ensuite tenté de blâmer Wikileaks pour sa défaite à l’élection présidentielle de 2016.

Beaucoup espèrent que le Premier ministre Anthony Albanese pourrait enfin signaler un changement de direction en Australie et se battre pour Assange, qui est, après tout, un citoyen australien. Alors qu’il était dans l’opposition en 2021, Albanese a déclaré qu’il “ne voyait pas à quoi servait la poursuite en cours de M. Assange”. Mais depuis qu’il est devenu Premier ministre, il est resté silencieux, se cachant derrière des affirmations selon lesquelles “toutes les affaires étrangères ne se font pas mieux avec le porte-voix”. Il y a une terrible ironie là-dedans, car un élément clé de l’objectif de Wikileaks était d’exposer et de renverser précisément ce genre de diplomatie secrète, secrète et irresponsable.

Les travaillistes ont la forme de soutenir la persécution d’Assange par les États-Unis. C’est l’ancienne Première ministre travailliste Julia Gillard qui, en 2011, a déclaré, sans qu’aucune accusation ne soit portée et encore moins un procès ou une condamnation, qu’Assange avait agi “illégalement” – seulement pour que la police fédérale australienne annonce deux semaines plus tard qu’elle ne pouvait trouver aucune lois qu’Assange avait enfreintes. L’ancien Premier ministre travailliste de Nouvelle-Galles du Sud, Bob Carr, a déclaré publiquement qu’Albanese devrait exiger que les États-Unis cessent de poursuivre Assange, mais il oublie de mentionner que lorsqu’il était ministre des Affaires étrangères de Gillard, il n’a rien fait de tel. L’ALP fait à nouveau le show de l’État australien, avec ses budgets militaires en expansion, son alliance impérialiste AUKUS renouvelée et sa détermination à maintenir sa domination sur la « famille » du Pacifique contre son rival, la Chine. Des dénonciateurs comme Assange et le témoin K, qui ont dénoncé les écoutes téléphoniques australiennes illégales du gouvernement du Timor oriental, ne font que faire obstacle à un tel programme.

Le lent lynchage légal d’Assange visait toujours à faire taire un critique populaire et courageux de l’impérialisme et des gouvernements menteurs, et à envoyer un message à tous les autres dénonciateurs et journalistes potentiels que posséder à la fois une conscience et une colonne vertébrale serait une carrière et une vie. fin. Le fait qu’Assange n’ait même jamais commis ces “crimes” de dire la vérité sur le sol américain, mais qu’il risque d’être extradé vers ce pays, signifie que personne n’est en sécurité. Exprimez-vous, où que vous soyez dans le monde, et vous pourriez croupir dans une prison américaine à vie, tel est le message clair. Elle révèle à nouveau à quel point tout engagement démocratique est creux pour les puissances occidentales.

Mais le combat n’est pas terminé. Assange dispose toujours d’options légales pour faire appel et retarder l’extradition, ce qui donne à ses partisans le temps de continuer à demander sa liberté aux gouvernements américain, britannique et australien.

Source: https://redflag.org.au/article/julian-assange-needs-loud-hailer-support-not-more-backroom-betrayal

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire