Kevin McCarthy a lancé Adam Schiff pour “mentir”. Mais qu’en est-il de ses mensonges ? – Mère Jones

0
60

Ron Sachs/CNP/Zuma

Lutte contre la désinformation : Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones Quotidien newsletter et suivez l’actualité qui compte.

Mardi, Le chef de la majorité à la Chambre, Kevin McCarthy (R-Calif.) s’en est pris aux journalistes qui ont remis en question sa décision de retirer le représentant Adam Schiff (D-Calif.) du House Intelligence Committee, dont Schiff était le démocrate de rang.

McCarthy, qui a été répéter ces points de discussion depuis près d’un an, semble convaincant quand il dit que Schiff et le représentant Eric Swalwell (D-Californie) ont fait des mensonges qui devraient les disqualifier pour siéger au comité du renseignement. Mais ses propos ne tiennent pas la route.

En 2019 et 2020, Schiff était le responsable principal de la procédure de destitution contre l’ancien président Trump. L’enquête a été déclenchée par une plainte d’un dénonciateur suggérant que Trump avait retenu l’aide militaire à l’Ukraine pour faire pression sur le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy pour qu’il enquête sur Joe et Hunter Biden. McCarthy a suggéré que Schiff avait des informations sur le lanceur d’alerte qu’il ne partageait pas avec le public.

“Quand un lanceur d’alerte s’est manifesté, [Schiff] a dit qu’il ne connaissait pas l’individu”, a déclaré McCarthy aux journalistes hier, “même si son personnel l’avait rencontré et l’avait mis en place”. C’est partiellement vrai. Un membre du personnel de Schiff a rencontré le lanceur d’alerte, un fait que Schiff a nié lorsqu’il s’est adressé aux médias. Mais rien ne prouve que Schiff savait qui était le lanceur d’alerte, comme l’explique Glenn Kessler dans le Poste de Washington.

McCarthy a également accusé Swalwell d’avoir menti concernant sa relation apparente avec un espion chinois, pour laquelle le FBI l’avait disculpé d’actes répréhensibles. C’est un tout, expliqué ici.

Schiff et Swalwell ont tous deux fait le genre de rotation et d’exagération courantes chez les politiciens. Mais il est clair que McCarthy sélectionne des moments de malhonnêteté pour retirer les politiciens démocrates les plus francs de l’un des comités les plus importants du Congrès. Qu’en est-il des inquiétudes de mauvaise foi de la représentante Elise Stefanik (RN.Y.) concernant l’intégrité de l’élection de 2020, des inquiétudes connues sous le nom de « gros mensonge » ?

Peu importe que le menteur habituel, le représentant George Santos (RN.Y.) ait été jugé apte à siéger au Comité des petites entreprises et au Comité de la science, de l’espace et de la technologie. Ou que McCarthy lui-même occupe le poste de président malgré son mensonge flagrant selon lequel il n’avait jamais appelé Trump à démissionner. Comme nous l’avons signalé en avril, McCarthy a appelé un New York Times rapport sur son châtiment de Trump à la suite de l’insurrection du 6 janvier 2021 “totalement faux et faux”. Ah :

Mais ensuite, dans une tournure extraordinaire, les journalistes sont allés au Rachel Maddow Show et ont joué un honnête à Dieu enregistrement de McCarthy détaillant un plan pour faire pression sur Trump pour qu’il démissionne de ses fonctions.

Les commentaires ont eu lieu lors d’une réunion le 10 janvier avec des législateurs républicains, en réponse à une question de la représentante Liz Cheney. Dans l’enregistrement, McCarthy dit qu’il prévoyait d’appeler Trump et de lui recommander de quitter ses fonctions volontairement, en utilisant la menace de destitution comme levier.

“Je ne serai pas comme les démocrates et je ne ferai pas de politique avec eux”, a déclaré McCarthy aux journalistes hier. Mais il est difficile de penser à une autre façon de décrire ce qu’il fait.



La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire