Pourquoi les transports en commun sont-ils si nuls à Melbourne ?

0
58

Après quatorze ans, le système de billetterie des transports publics de Melbourne, Myki, est en cours de remplacement. La plupart d’entre nous ne le manquerons pas. Il est peu probable que le successeur de Myki offre une réelle amélioration aux graves insuffisances des transports publics à Victoria. Mais regarder en arrière le système déroutant et coûteux de Myki à ses derniers jours est un autre rappel de l’illogisme et du gaspillage du capitalisme.

La gestion privée des services publics comme les transports publics a rendu les services pires et simultanément plus chers, les entreprises essayant de tirer profit à chaque étape du processus.

L’achat de billets est déroutant et compliqué pour les passagers novices qui supposent raisonnablement mais à tort qu’ils pourront les obtenir à n’importe quel arrêt de tramway ou auprès d’un chauffeur de bus. Au lieu de cela, 7-Eleven et un assortiment aléatoire de pharmacies et de marchands de journaux constituent l’infrastructure centrale du système de billetterie des transports publics de Victoria.

L’introduction du système Myki a coûté plus de 1,5 milliard de dollars et a pris sept ans de plus que prévu pour se déployer. Lorsque le contrat a été renouvelé en 2016, le gouvernement victorien a versé 700 millions de dollars supplémentaires.

En comparaison, les estimations rapportées dans le Âge l’année dernière, le coût mensuel des transports publics gratuits à Victoria était de 75 millions de dollars par mois. En d’autres termes, les redevances contractuelles versées à Myki pourraient à elles seules couvrir près de deux ans et demi de gratuité des transports publics.

Myki n’est qu’une partie du problème. Les entreprises privées qui gèrent les services ferroviaires font tout le temps des économies. Des documents divulgués en 2015 ont révélé que les trains de métro annulaient des services et sautaient des stations pour atteindre les objectifs de ponctualité afin d’obtenir un financement gouvernemental supplémentaire.

La classe capitaliste valorise les infrastructures de transport public car elles permettent à des millions de travailleurs de se rendre au travail. Mais cela ne signifie pas que le transport doit être efficace. L’idée que les travailleurs sont tous individuellement responsables de leur propre transport signifie que ce sont les travailleurs individuels qui finissent par supporter les coûts d’un système de transport public défaillant.

Là où les transports publics sont rares ou peu fiables, les travailleurs doivent supporter les embouteillages tout en payant des milliers d’euros pour les voitures et l’essence. Lorsque les transports publics sont disponibles, on s’attend à ce que nous payions des tarifs exorbitants pour aider les entreprises privées qui les exploitent à réaliser des bénéfices.

Il serait préférable, et moins coûteux, de remettre les transports publics entre les mains du public.

Source: https://redflag.org.au/article/why-public-transport-so-crap-melbourne

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire