Kimi de Steven Soderbergh est un thriller lisse et inoubliable

0
59

Je me demande quelles critiques du thriller HBO Max Qui ressemblerait si le nom prestigieux du réalisateur Steven Soderbergh était supprimé et remplacé par tout nom aléatoire. Je suis prêt à parier qu’ils ne seraient pas à moitié aussi brillants. Lorsque des cinéastes moins célèbres font des films de genre conventionnels, ils sont susceptibles d’être ignorés ou battus partout par les critiques, mais lorsque l’auteur vénéré Soderbergh les fait, les critiques se lient dans des nœuds lyriques le louant :

De tous les cinéastes hollywoodiens actuels, Soderbergh est le plus physique, celui qui se rapproche le plus de l’idéal pictural du toucher de l’image. Il fait depuis longtemps son propre travail de caméra (sous le pseudonyme de Peter Andrews) et aussi son propre montage (comme Mary Ann Bernard), et la façon dont il aborde son sujet évoque une musique corporelle, quelque chose comme la danse – un swing cinématographique. . Son nouveau film, « Kimi ». . . a-t-il. C’est une agréable surprise, car la substance du film n’est pas apparente au premier plan – il est construit comme une pièce de genre ordinaire.

Il est certainement construit comme une pièce de genre ordinaire – si ordinaire que vous vous souviendrez d’autres films à suspense paranoïaques pendant toute la durée de quatre-vingt-neuf minutes, à commencer par Alfred Hitchcock Fenêtre arrière (1954) et continuant à travers d’innombrables descendants jusqu’en 2021 La femme à la fenêtre. C’est un film écrit par David Koepp (Jurassic Park, Mission : Impossible, Spider-Man) à propos d’une technicienne informatique agoraphobe nommée Angela Childs (Zoë Kravitz) qui travaille comme “interprète de flux vocal”. Son travail consiste à écouter les interactions anonymes avec les propriétaires d’enceintes intelligentes Kimi afin d’éradiquer les erreurs dans le logiciel de Kimi. Au cours de son travail, elle surprend ce qui ressemble à une violente agression contre une femme, presque ensevelie sous un mur de son. Obsédée par les responsables de l’entreprise qu’elle contacte, Angela est finalement forcée de quitter son appartement pour signaler le crime, avec des résultats prévisibles déchirants.

L’actualité insistante du film souligne à quel point même une personne agoraphobe ne peut obtenir aucune intimité dans l’état de surveillance, car elle interagit si constamment avec les autres au téléphone ou à l’ordinateur et si implacablement suivie et espionnée via la même technologie qui domine son espace Loft de Seattle. Avec une utilisation intelligente des lentilles, Soderbergh obtient l’effet d’une étendue apparemment vaste dans l’appartement où Angela erre librement – ce qui contraste ironiquement avec un sentiment soudain d’espace restreint lorsqu’elle finit par sortir. Tout semble se presser contre elle en plein air, alors qu’Angela marche à pas rapides et tendus, se frottant pratiquement contre les côtés des bâtiments qu’elle passe, voûtée défensivement dans son sweat à capuche orange.

Dans un geste supplémentaire vers l’actualité, le film évoque aussi la pandémie. Quand Angela s’aventure enfin à l’extérieur, elle est la seule à porter un masque et à utiliser constamment un désinfectant pour les mains, une situation difficile qui peut sembler tristement familière aux téléspectateurs. Et Angela n’est pas le seul personnage du film qui essaie de ne jamais quitter sa maison – il y a un homme tout aussi agoraphobe en face (Devin Ratray) qui regarde presque toujours Angela par la fenêtre quand elle regarde dehors, d’une manière qui pourrait représentent soit un désir mélancolique de connexion, soit un voyeurisme menaçant.

L’actrice-chanteuse-mannequin Zoë Kravitz tient bien l’écran dans un rôle qui l’oblige à porter tout un film. Elle est seule dans la plupart des scènes, les autres acteurs ne jouant que des rôles mineurs : Byron Bowers dans le rôle de son petit ami avocat patient qui vit de l’autre côté de la rue et ne peut la voir que chez elle, Alex Dobrenko dans le rôle de son collègue vivifiant d’Europe de l’Est, Rita Wilson dans le rôle de l’officiant dirigeant de l’entreprise faisant semblant de l’aider à signaler le crime dont elle a été témoin, et un assortiment d’acteurs énergiques jouant les méchants.

Soderbergh est un technicien habile, et il fait des tournages et des montages sophistiqués, cela ne fait aucun doute. Il est capable de faire de grands films, comme tout le monde le sait — je suis un grand fan de Le Tilleul (1999), L’Informateur ! (2009), et quelques autres. Je suis reconnaissant qu’il continue d’expérimenter et de prendre d’énormes risques dans le cinéma et la télévision, alternant les paris les plus risqués avec ceux qui sont commercialement plus sûrs.

Mais je dois dire qu’en général, il m’a perdu au fil des ans. Je ne sais pas si quelque chose est arrivé à Soderbergh ou à moi, mais à un certain moment, juste au moment de Contagion (2011), mon intérêt pour sa « paternité » de film a commencé à décliner. je me souviens de Contagion parce que, comme Qui, c’est un autre thriller d’actualité, bien qu’il soit entièrement axé sur la propagation désastreuse d’un virus hyper-contagieux. Il a été très apprécié lors de sa sortie et a fait encore plus de bruit lorsque COVID-19 a frappé, mais cela m’a frappé comme Soderbergh à son plus faible. Il y avait beaucoup d’intrigues et de fioritures formelles trépidantes, mais le film est resté en quelque sorte distant et étrangement hypothétique, ne se connectant pas vraiment à un niveau viscéral, bien que cela semble être exactement ce que Soderbergh vise dans les deux cas. Contagion et Qui – et exactement ce qu’un bon thriller d’actualité devrait faire.

Bref, je suis content que Soderbergh fasse encore des films, mais je ne me soucie pas particulièrement de les regarder.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire