La bombe à retardement climatique – CounterPunch.org

0
230

Photo de Mika Baumeister

La bombe fait tic-tac

Les chances sont contre nous. C’est la ligne de fond dans le dernier rapport du GIEC du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) sur le réchauffement climatique, le rapport scientifique le plus complet à ce jour. Une fois de plus, on nous dit que 2030 est l’année de la vie dangereuse – lorsque l’humanité doit réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre, puis les arrêter complètement d’ici 2050.

Sinon, la planète fait face à toutes les catastrophes climatiques dont nous assistons déjà à l’évolution. « La bombe à retardement climatique fait tic-tac », a déclaré le secrétaire général de l’ONU. « Le taux d’augmentation de la température au cours du dernier demi-siècle est le plus élevé depuis 2 000 ans. Les concentrations de dioxyde de carbone sont à leur plus haut depuis au moins deux millions d’années.

Les chances de maintenir le réchauffement climatique à 1,5 °C, ce que les scientifiques nous disent être l’objectif si nous voulons survivre à ces catastrophes, sont très faibles. La planète s’est déjà réchauffée à 1,1 °C au-dessus des niveaux préindustriels, et chaque année, des records de chaleur sont établis dans le monde entier.

Les intérêts nationaux constituent une autre partie importante du problème : les gouvernements violeront leurs engagements en matière de changement climatique chaque fois que leurs économies auront besoin d’être stimulées, comme la décision de la Chine d’autoriser la construction de 168 nouvelles centrales électriques au charbon, ou la décision des États-Unis d’aller de l’avant avec le projet de forage pétrolier Willow en Alaska.

Ensuite, il y a le refus des populations, surtout dans les pays les plus riches, de changer leurs habitudes. Ils (nous !) veulent plus d’emballages en plastique, plus de climatisation, plus d’accès à la nourriture de loin, plus de pétrole et de gaz, plus de bois provenant de forêts anciennes, plus d’eau pour lutter contre la sécheresse qu’ils ont contribué à créer, plus de maisons où ils ne devraient pas être construit, et plus de renflouements gouvernementaux quand les choses tournent mal.

Plus de mauvaises nouvelles

Les climatologues ne disent pas que le monde finira alors que nous approchons de 2,0 degrés Celsius de réchauffement. Ce qu’ils disent, c’est que les conditions de vie de presque tout le monde seront profondément affectées par les changements climatiques, y compris la santé et la sécurité de plusieurs millions de personnes et d’autres espèces.

Nous sommes tous conscients de ce que ces changements seront probablement, mais ils sont régulièrement mis à jour, invariablement avec des nouvelles pires qu’avant. Par exemple (les mots cités proviennent du rapport du GIEC) :

* L’écart entre les riches et les pauvres en matière d’émissions de gaz à effet de serre (GES) continue de croître : « Les 10 % de ménages ayant les émissions par habitant les plus élevées contribuent à hauteur de 34 à 45 % des émissions mondiales de GES des ménages basées sur la consommation, tandis que les 50 % les plus pauvres contribuent 13 –15%.”

* La sécurité alimentaire et hydrique est menacée : “Environ la moitié de la population mondiale connaît actuellement une grave pénurie d’eau pendant au moins une partie de l’année en raison d’une combinaison de facteurs climatiques et non climatiques.” Pas moins de 2,4 milliards de personnes connaîtront une pénurie d’eau d’ici 2050, et des millions d’autres n’auront pas accès à un assainissement sûr dans les approvisionnements en eau.

* La chaleur extrême est responsable de l’augmentation des décès, des maladies d’origine hydrique et des personnes déplacées dans toutes les régions du monde. « Les vagues de chaleur et les sécheresses composées devraient devenir plus fréquentes. . . En raison de l’élévation relative du niveau de la mer, il est prévu que des événements extrêmes du niveau de la mer se produisant tous les 100 ans se produisent au moins une fois par an dans plus de la moitié de tous les emplacements des marégraphes d’ici 2100 dans tous les scénarios envisagés. D’autres changements régionaux prévus comprennent l’intensification des cyclones tropicaux et/ou des tempêtes extratropicales, et l’augmentation de l’aridité et du temps de feu.

* Chaque incrément d’augmentation du réchauffement climatique augmentera les risques et les rendra plus difficiles à gérer. «De multiples facteurs de risque climatiques et non climatiques vont interagir, ce qui aggravera le risque global et les risques en cascade dans les secteurs et les régions. L’insécurité alimentaire et l’instabilité de l’approvisionnement liées au climat, par exemple, devraient augmenter avec l’augmentation du réchauffement climatique, interagissant avec des facteurs de risque non climatiques tels que la concurrence pour les terres entre l’expansion urbaine et la production alimentaire, les pandémies et les conflits.

Bonne nouvelle, mais pas assez

Comme d’habitude, le rapport du GIEC mentionne de multiples façons dont l’adaptation et l’atténuation peuvent affecter le changement climatique. Tous sont assez familiers, tels qu’une utilisation plus efficace des ressources, une meilleure gestion des forêts, la capture du carbone des combustibles fossiles, l’utilisation durable des terres, les véhicules électriques et des bâtiments plus efficaces. Il n’y a jamais eu de problème à imaginer un monde à zéro carbone net. Ici et là, ces changements sont acceptés. Mais pour chaque bonne nouvelle, il y a un « d’un autre côté ». Par exemple:

* À partir de 2035, les voitures neuves à essence et la plupart des poids lourds ne peuvent plus être vendues en Californie, et seules les voitures zéro émission peuvent être vendues à New York. Ce sont deux grands États, mais il en reste 48 autres.

* Greenpeace rapporte qu’un groupe international élabore actuellement un traité mondial sur les plastiques juridiquement contraignant. (Le pire contrevenant ? Coca-Cola.) Mais seule une infime partie des plastiques est recyclée et plus de 170 000 milliards de particules de plastique se trouvent dans l’océan.

* Le chemin de l’énergie douce se propage. Comme le rapporte le GIEC : « De 2010 à 2019, il y a eu des baisses soutenues des coûts unitaires de l’énergie solaire (85 %), de l’énergie éolienne (55 %) et des batteries lithium-ion (85 %) et de fortes augmentations de leur déploiement, par exemple, > 10x pour le solaire et > 100x pour les véhicules électriques, variant considérablement d’une région à l’autre. Mais: “Les flux de financement publics et privés pour les combustibles fossiles sont toujours plus importants que ceux pour l’adaptation et l’atténuation du changement climatique.” Vous vous demandez pourquoi les bénéfices des sociétés pétrolières et gazières sont à leur plus haut niveau ? BP, par exemple, a déclaré 28 milliards de dollars de bénéfices en 2022 et ExxonMobil a déclaré 56 milliards de dollars de bénéfices. Ces entreprises ont, sans gêne, annoncé qu’elles réduiraient leurs engagements pour passer aux énergies renouvelables.

* Le gouvernement Macron en France est le premier à soutenir une interdiction de l’exploitation minière en haute mer. D’autres suivront-ils ?

Le ciel tombe

Ce dernier rapport du GIEC a été approuvé par 195 gouvernements et synthétise les résultats d’innombrables autres rapports scientifiques et résume ses six évaluations précédentes. Pourtant, beaucoup de gens les lisent (le cas échéant) comme de simples prédictions plus sombres qui sont soit trop pessimistes, soit qu’il vaut mieux laisser aux générations futures s’en occuper.

Ainsi, les auteurs contributeurs du GIEC continuent d’émettre des avertissements, les gouvernements continuent de faire des promesses douteuses et la détérioration des conditions environnementales ne cesse de se multiplier. Nous approchons d’un point de basculement, mais aucune autorité n’existe pour nous empêcher de le dépasser.

Cette fois, le ciel nous tombe vraiment dessus.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/04/04/the-climate-time-bomb/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire