La brutalité de la “justice au bulldozer” en Inde

0
100

Source photo : shankar s. – CC BY 2.0

Cela ressemble trop étrangement à une méthode : l’expulsion d’individus de leur maison, la démolition de ladite maison et la punition de familles entières. Le tout excusé par une lecture sévère des réglementations locales. Mais cette méthode, utilisée par les autorités israéliennes depuis des années contre les Palestiniens vulnérables, est devenue une arme de choix pour le parti nationaliste hindou Bharatiya Janata dans l’Uttar Pradesh, le Madhya Pradesh et le Gujarat.

Le 12 juin, l’activiste musulman Javed Mohammed, membre du Welfare Party of India, a goûté à une telle justice punitive en voyant la maison familiale démolie par la Prayagraj Development Authority (PDA). Les actions ont également été infligées à deux autres domiciles appartenant à des individus accusés d’avoir lancé des projectiles après la prière du vendredi. Des mesures similaires ont été mises en œuvre à Saharanpur et Kanpur.

Comme pour toutes ces violences brutales du BJP sanctionnées par l’État, la mesure reçoit un vernis juridique en victimisant les occupants. Ce sont eux qui ont tort, sans les permis de construire valides ni les papiers. Le PDA insiste sur le fait que Javed a été notifié le 10 mai pour faire raser sa construction illégale d’ici le 9 juin. Mais cette affirmation n’a été faite que dans une note grossière qui exigeait qu’il quitte les lieux avant 11 heures le 12 juin.

Au-delà des imputations associées à des papiers douteux, les références religieuses des victimes sont ce qui dérange le plus les autorités. Ce sont également eux qui ont été jugés fautifs lorsqu’ils ont protesté contre le comportement répréhensible des responsables du BJP, notamment dans le cadre de propos incendiaires tenus contre la foi musulmane.

Une telle « justice au bulldozer », comme on l’appelle de manière grotesque, est devenue à la mode contre les dirigeants musulmans accusés d’avoir participé et suscité des protestations en réponse aux remarques sur le prophète Mahomet faites par les anciens dirigeants du BJP Nupur Sharm et Naveen Jindal. Les manifestations de ce mois-ci organisées à Prayagraj et Saharanpur sont ensuite devenues violentes. Treize policiers ont été blessés et 300 personnes arrêtées.

Les forces de l’ordre et la PDA se sont particulièrement intéressées aux activités de Javed, l’ont arrêté et détenu sa femme et sa deuxième fille, Somaiya. Afreen, sa fille incendiaire et étudiante à l’Université Jawaharlal Nehru, a également suscité l’intérêt des autorités pour son rôle dans la protestation inspirante. Son pedigree en tant que marcheuse et organisatrice était déjà assuré dans son rôle dans les manifestations contre la méchante loi sur la citoyenneté.

Qu’en est-il alors de la réponse à des sanctions aussi brutales et extrajudiciaires ? La démolition de la maison de Javed et d’autres militants n’a pas vraiment vu les politiciens de l’opposition exprimer leurs inquiétudes concernant la justice naturelle et le droit à un abri.

En fait, l’indignation contre de tels actes a été rare. Certaines chaînes de télévision sont même allées jusqu’à se réjouir du traitement qu’elles considéraient comme approprié contre les fauteurs de troubles qui avaient organisé des manifestations à Prayagraj. Rahul Gandhi du Parti du Congrès a préféré attirer l’attention sur l’attention indésirable de la Direction de l’application des lois concernant les allégations de blanchiment d’argent liées à la vente du Héraut national un journal.

En plus de la justification spécieuse que les maisons ont été construites illégalement, le ministre en chef de l’UP, Yogi Adityanath, se délecterait d’appliquer le traitement brutal. Son conseiller médiatique, Mrityunjay Kumar, a montré peu de réticence à célébrer l’utilisation du bulldozer et à promettre plus de démolitions avec cette arme annoncée. “Les éléments indisciplinés se souviennent,” il a tweetésous-titrant une photo d’un bulldozer faisant son travail ignoble, “chaque vendredi est suivi d’un samedi”.

Certains membres de la fraternité juridique ont supplié de ne pas être d’accord. “Même si vous supposez un instant que la construction était illégale, ce qui, soit dit en passant, est la façon dont vivent des millions d’Indiens”, a expliqué l’ancien juge en chef de la Haute Cour d’Allahabad, Govind Mathur, “il est inadmissible que vous démolissiez une maison sur un dimanche où les habitants sont en garde à vue.

Un certain nombre d’avocats ont écrit à l’actuel juge en chef de la Haute Cour d’Allahabad, soulignant que la maison de Javed était en fait au nom de sa femme. Ni l’un ni l’autre n’avaient reçu d’avis antérieurs de construction illégale, comme l’affirme la PDA, suggérant qu’une procédure régulière avait été refusée.

Les tribunaux sont devenus le champ de bataille logique, ne serait-ce que le champ de bataille, pour que les victimes demandent réparation. Des contestations ont été lancées devant la Cour suprême, la Haute Cour d’Allahabad et la Haute Cour du Madhya Pradesh, bien que ces affaires restent dans les limbes juridiques. Le retard de l’action judiciaire a suscité des critiques de la part des commentateurs juridiques, douze personnalités, dont d’anciens juges de la Cour suprême et de la Haute Cour, exhortant le juge en chef de la Cour suprême NV Ramana à maintenir son rôle de « gardiens de la Constitution ». “Nous espérons et sommes convaincus que la Cour suprême sera à la hauteur de l’occasion et ne laissera pas tomber les citoyens et la Constitution à ce stade crucial.”

La nature de l’intervention judiciaire dans ces affaires a certainement préoccupé certains juges de la Cour suprême, bien qu’ils prétendent éviter l’activisme. Le juge de la Cour suprême Dhananjaya Y. Chandrachud, appelé à devenir juge en chef en novembre, a récemment prononcé une conférence au King’s College de Londres, observant une « tendance litigieuse croissante dans le pays » qui indiquait « le manque de patience dans le discours politique. Le résultat est une pente glissante où les tribunaux sont considérés comme le seul organe de l’État pour la réalisation des droits – évitant la nécessité d’un engagement continu avec le législatif et l’exécutif.

Craignant un débordement judiciaire, le juge Chandrachud a accepté que la Cour suprême, bien que chargée de « protéger les droits fondamentaux des citoyens », ne devrait pas trancher « les questions nécessitant l’implication des représentants élus ». Ce faisant, la cour s’écarterait de son “rôle constitutionnel” et “ne servirait pas une société démocratique, qui, à la base, doit résoudre les problèmes par la délibération publique, le discours et l’engagement des citoyens avec leurs représentants et la constitution”.

Cette noble représentation de la démocratie est admirable et politiquement difficile à critiquer dans les cas où l’état de droit règne en toute majesté. Mais dans les cas de dépassement exécutif ou législatif, en particulier lorsqu’il s’agit de “justice au bulldozer”, cela semble stérile et sans engagement. Dans le cadre d’une rétribution aussi sauvage, il ne serait que juste que les juges considèrent que tout dialogue entre les autorités, les électeurs et les victimes qui ont perdu et perdront leurs maisons est terminé.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/28/the-brutality-of-bulldozer-justice-in-india/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire