La cause américaine en Ukraine : faire avancer la liberté ou le cours de l’empire ?

0
148

Photographie de Nathaniel St. Clair

Les désastres de la guerre en Ukraine n’ont pas encore trouvé leur Francisco Goya, mais les reportages des journalistes donnent une image graphique de la mort et de la destruction là-bas. Cette guerre, comme toutes ses prédécesseurs, c’est l’enfer. Écrivant sur la supposée bonne guerre de 1939-1945, Nicholson Baker dans Fumée humaine a décrit ses débuts comme l’avènement de la fin de la civilisation avec les archives des deux côtés entachées par les crimes de guerre les plus horribles. Le reportage de Nicholas Turse dans Tirez sur tout ce qui bouge sur la guerre du Vietnam et de Vincent Bevins dans La méthode Jakarta sur les massacres soutenus par Washington dans le monde entier pendant la guerre froide ont montré que les Américains dans ces deux cas étaient les auteurs de crimes de guerre. Chalmers Johnson dans le Retour de flamme trilogie et Démantèlement de l’Empire compilé de longues listes d’énormités américaines dans ce qu’il appelait nos obsessionnelles guerres d’empire en Irak et en Afghanistan.

Le bilan de Vladimir Poutine en Ukraine est peut-être aussi mauvais que le proclament ses pires ennemis, mais même dans ce cas, il reste bien dans la norme de la guerre, malgré l’indignation sélective à son sujet. La guerre et les crimes vont de pair. Une question plus large que celle sur les crimes de guerre de Poutine concerne les origines de la guerre elle-même. Qui ou quoi a causé la guerre ? De cette première cause découlaient des conséquences inéluctables d’un caractère criminel.

Partant du principe que l’analyse historique nécessite une tentative de comprendre les motivations de toutes les parties à une guerre, l’argument russe mérite une audition équitable. Roy Medvedev, l’un des historiens les plus éminents de Russie et un partisan de longue date de Vladimir Poutine, a accordé une interview le 2 mars 2022 au Corriere della Sera. Medvedev, âgé de quatre-vingt-seize ans, a succinctement exprimé la vision du Kremlin de la crise ukrainienne comme un affrontement impliquant bien plus que l’inquiétude de Poutine concernant l’expansion de l’OTAN aux frontières de son pays. La métastase de l’OTAN a illustré mais n’a pas défini pour la Russie la question fondamentale, qui avait à voir avec l’incapacité de l’Amérique à comprendre que le moment unipolaire de son ordre fondé sur des règles était terminé. Le temps est venu d’un changement de paradigme dans les relations internationales.

Comme exemple des échecs de l’hégémonie américaine, Medvedev a commenté les effets du rôle de supervision de Washington dans la transition de la Russie vers le capitalisme. Il faisait référence à la misère qui s’abattait sur la Russie à la fin de la guerre froide et décrite avec aplomb par Joseph Stiglitz, économiste de l’Université de Columbia, lauréat du prix Nobel, dans La mondialisation et ses mécontentements (2002). En général, Stiglitz ne trouvait rien de moral ou de compétent dans la manière dont la mondialisation avait été imposée au monde par le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et le département du Trésor américain. La mondialisation s’est transformée en un programme d’enrichissement pour les élites internationales mettant en œuvre et bénéficiant du Consensus néolibéral de Washington.

Lorsque Stiglitz est venu discuter de la reconfiguration de l’économie russe après la guerre froide, dirigée par les États-Unis, qui a évolué selon des lignes qui plaisaient à l’école de Chicago des capitalistes du marché libre convaincus, il a montré en détail ce à quoi Medvedev faisait allusion dans son entretien avec le président italien. journal de premier plan. Ce cours accéléré sur l’économie de marché avait provoqué une augmentation effroyable de la pauvreté dans le pays. Le PIB russe a diminué des deux tiers entre 1989 et 2000. Le niveau de vie et l’espérance de vie ont chuté tandis que le nombre de personnes vivant dans la pauvreté a augmenté. Les niveaux d’inégalité ont augmenté lorsque les oligarques ont profité d’informations privilégiées pour dépouiller le pays de ses actifs, qu’ils n’ont pas investis en Russie, mais sur le marché boursier américain. Des milliards de dollars se sont déversés du pays avec une émigration croissante de jeunes gens talentueux et instruits qui ne pouvaient voir aucun avenir pour eux-mêmes là-bas.

Revenant sur l’expérience russe des années 1990, Medvedev a cité les conséquences sociales de ces années terribles comme la principale raison de la popularité de Poutine en Russie aujourd’hui. Après dix ans de tutelle démocratique occidentale, le pays s’est effondré. Medvedev a crédité Poutine pour avoir relancé la Russie et l’avoir ramenée au statut de grande puissance. Les accusations portées contre lui dans les médias occidentaux, comparant son gouvernement à la tyrannie meurtrière de Staline, ont été rejetées par Medvedev comme une mauvaise interprétation complète de l’histoire russe. Il avait vécu sous ces deux dirigeants. Il n’y avait aucune comparaison entre eux. La Russie était une société contrôlée, bien sûr, mais Poutine n’a pas présidé son système politique complexe en tant que dictateur.

Fort d’un prestige personnel élevé dans tout le pays, Poutine avait le soutien du peuple russe lors de l’intervention en Ukraine. On peut déduire de l’interview de Medvedev qu’ils avaient accepté le double raisonnement de Poutine pour les actions de la Russie. Premièrement, pour les Russes, l’alliance de facto entre les États-Unis et l’OTAN avec l’Ukraine constituait une menace existentielle, rendue encore plus dangereuse par l’inclusion d’éléments antirusses de droite radicale dans les forces militaires de ce pays. Depuis la réunion au sommet de 2008 à Bucarest, l’administration George W. Bush a fait pression pour que l’Ukraine et la Géorgie deviennent membres de l’OTAN, par définition et pratiquent une alliance anti-russe.

Par la suite, la marche des événements dans cette partie du monde avait été dans une direction menant le 10 novembre 2021 à la Charte américano-ukrainienne de partenariat stratégique. Cet accord prévoyait un processus d’intégration de ce pays dans l’Union européenne et l’OTAN. En effet, le succès militaire de l’Ukraine contre la Russie révèle l’ampleur du programme d’entraînement incessant de l’OTAN. Du point de vue du Kremlin, une invasion est devenue nécessaire pour empêcher une menace encore plus mortelle de se matérialiser à sa porte.

Au lendemain de la promulgation de la Charte et du refus américain de reconnaître les préoccupations de la Russie, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que son pays avait atteint son « point d’ébullition ». Même ces mots crus n’ont pas réussi à impressionner les décideurs politiques à Washington. Le secrétaire d’État Antony Blinken a fait une déclaration franche sur le droit de l’Ukraine de choisir sa propre politique étrangère et de demander à devenir membre de l’OTAN si elle le voulait, sans tenir compte de l’inapplicabilité pratique de ce principe noble au Canada ou au Mexique si l’un ou l’autre ces nations découvrent leur droit de conclure une alliance militaire avec la Russie ou la Chine. La mobilisation ultérieure des troupes russes à la frontière ukrainienne a incité Blinken à plus de franchise : « Il n’y a pas de changement. Il n’y aura pas de changement. »

Ce qui ne changerait pas pour l’essentiel concernait la Doctrine Wolfowitz. La cause américaine en Ukraine découle de cette doctrine. Son objectif proclamé est le point central de la deuxième partie du raisonnement de Poutine sur l’Ukraine.

En tant que sous-secrétaire à la Défense pour la politique dans l’administration George Herbert Walker Bush, Paul Wolfowitz est l’auteur du mémorandum d’orientation de la politique de défense de 1992. Ce document fondamental de politique étrangère appelait au maintien de la suprématie américaine dans l’après-guerre froide. Aucune superpuissance rivale ne serait autorisée à émerger. La domination unipolaire des États-Unis serait maintenue à perpétuité. Les démocrates n’ont pas hésité. Sous l’administration Clinton, la secrétaire d’État Madeleine Albright a annoncé que les États-Unis jouissaient d’un statut unique au monde en tant que nation indispensable. Préserver la primauté économique et militaire des États-Unis bénéficierait de la faveur bipartite.

Le fait que Poutine ait avant tout à l’esprit les préoccupations concernant le credo du suprémacisme américain est devenu évident le 4 février 2022, lorsque lui et le président chinois Xi Jinping ont publié leur déclaration conjointe sur les relations internationales de la nouvelle ère et le développement durable. Ils ont déclaré qu’au lieu de l’hégémonie américaine, la Charte des Nations Unies serait une meilleure base pour les relations internationales. Bref, le moment unipolaire dont Medvedev parlera un mois plus tard, devrait passer dans l’histoire.

Le danger de la crise actuelle avec la Russie en Ukraine et celle à venir avec la Chine à Taïwan implique la façon dont toutes les principales puissances s’envisagent face à des menaces existentielles. Pour les Russes et les Chinois, les enjeux immédiats sont territoriaux, pour les Américains, leur hégémonie mondiale. L’ordre réglementaire dont parle l’administration Biden pour défendre sa politique ukrainienne est celui que nous avons conçu et défendu depuis la conférence financière de Bretton Woods de juillet 1944. La Doctrine Wolfowitz prend place comme l’un des nombreux appendices et codicilles de la mentalité du siècle américain qui a pris une forme institutionnelle tangible avec la création du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale ainsi que les systèmes d’investissement et de soutien militaire du plan Marshall et de l’OTAN.

Toute cette panoplie de puissance américaine est maintenant confrontée à son premier défi direct et franc depuis la fin de la guerre froide. Comment y faire face ? Nous pourrions continuer à attiser la guerre en Ukraine avec de l’argent, des armes et des sanctions économiques tout en espérant que notre implication directe pourra être évitée. Compte tenu de notre implication déjà multiforme, le brouillard de la guerre réduit considérablement les chances de succès de nous tenir à l’écart des combats réels. Dans la guerre prolongée désormais envisagée, une retenue lucide et durable de part et d’autre serait un pari risqué. Un règlement négocié serait une étape rationnelle, mais les puissances s’imaginant être dans une bataille douteuse sur les plaines du Ciel pensent rarement au compromis tant que toutes les alternatives n’ont pas été épuisées. Ces alternatives incluent les échanges d’armes nucléaires.

Avec la perpétuation de l’hégémonie américaine comme notre problème principal en Ukraine et le motif fondamental de la réponse à quatre feux de l’administration Biden au défi de Poutine, il nous incombe en tant que nation de regarder franchement la politique que nous défendons. Nous ne sommes pas là pour sauver le peuple ukrainien de la mort ou l’Ukraine de la destruction, deux objectifs atteints le plus efficacement en travaillant à mettre fin à la guerre le plus rapidement possible, au lieu de la perpétuer comme nous le faisons. En prime, les bénéfices sont en hausse pour les sociétés de défense, qui doivent se sentir ennoblies par leur aide à une cause ukrainienne presque universellement bénie par le système des médias de masse.

En dehors des États-Unis, cependant, la réaction internationale aux sanctions économiques inspirées par Washington contre la Russie donne un aperçu de la division dans le monde sur la règle que nous défendons. Même dans les pays de l’OTAN sous le niveau officiel, la résistance aux sanctions monte par crainte de difficultés économiques pour les populations européennes. Les prix de l’essence et de la nourriture augmentent tandis que les revenus stagnent ou diminuent, avec des tendances bien pires envisagées à court terme lorsque les sanctions prendront pleinement effet. Pour un nombre croissant d’Européens, le coût total de l’adhésion à l’OTAN est déjà trop élevé.

Au-delà de l’Europe, la réaction à la crise ukrainienne favorise Poutine en partie parce que les pays du Sud savent qu’ils seront les plus vulnérables aux effets néfastes des sanctions imposées à la Russie. De plus, les souvenirs vifs de l’impérialisme occidental dans les nations non blanches ont un effet étouffant sur leur réception du récit de l’OTAN sur ses objectifs iréniques et philanthropiques. Les guerres de l’OTAN menées récemment en Serbie, en Irak et en Libye ont le même effet.

Que l’Afrique, l’Amérique latine et l’Asie n’aient généralement pas signé les sanctions économiques suggère que la guerre en Ukraine est devenue un test décisif pour la thèse de Pankaj Mishra en L’âge de la colère : une histoire du présent.Il dépeint un monde bouillonnant de ressentiment et de haine en raison de l’humiliation des peuples et des cultures privés des protections des élites au pouvoir. La preuve la plus visible de l’urgence mondiale qu’il décrit consiste en l’aggravation des inégalités de revenus et de la dégradation de l’environnement. L’ordre fondé sur des règles pour lequel nous nous battons en tant que mandataires fournisseurs d’armes en Ukraine manque de fondement moral et nécessite une refonte en profondeur.

En persistant dans notre politique ukrainienne actuelle, nous pouvons espérer que cette fois, contrairement à toutes les autres fois depuis que Woodrow Wilson a mis les États-Unis sur la voie d’un monde sûr pour la démocratie, une guerre sauvage sera autre chose qu’un enclos meurtrier mis au service de ce que Thorstein Veblen aimait appeler « le bon vieux plan ». Il voulait dire la sécurisation, le maintien et l’extension du contrôle du pays d’origine sur les territoires, les marchés et les ressources du monde. Cette critique fondamentale de la politique étrangère américaine vient dans sa forme la plus développée de deux de nos plus grands historiens, Charles Austin Beard et William Appleman Williams, dont le travail mérite d’être reconsidéré aujourd’hui alors que nous essayons de nous sevrer de l’empire en tant que mode de vie.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/18/the-american-cause-in-ukraine-advancing-freedom-or-the-course-of-empire/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire