La Chine et la Russie ne devraient plus prendre la Grande-Bretagne au sérieux — RT World News

0
248

Pas étonnant que Pékin et Moscou soient déconcertés par la Grande-Bretagne – sa politique étrangère post-Brexit surestime sa propre importance

Jeudi, la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, s’est rendue à Moscou pour des entretiens avec la Russie sur la situation en Ukraine, avec sa posture belliqueuse et menaçante habituelle. Cela a été une caractéristique de son passage au bureau, qui l’a vue défavorablement comparée à une version de livre sterling de l’ancienne première ministre Margaret Thatcher.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a répondu à l’attitude agressive et intransigeante de Truss en la fantôme publiquement lors de la conférence de presse, décrivant sa rencontre comme une conversation. « à une personne sourde” et l’a conduite à une gaffe lorsqu’elle a confondu les régions russes de Voronej et Rostov avec des parties de l’Ukraine, affirmant que le Royaume-Uni “ne reconnaîtra jamais la souveraineté russe” au dessus d’eux. La visite désastreuse a refroidi les discussions sur ce qui est largement perçu comme son ambition de devenir Premier ministre.

Au même moment où Truss ébouriffait des plumes en Russie, de retour à Londres, le Premier ministre sous pression Boris Johnson a bouleversé les députés de droite après avoir appris qu’il était sur le point de relancer les négociations commerciales avec la Chine. Cette décision a suscité la colère des suspects habituels du Parti conservateur, Tom Tugendhat et Iain Duncan Smith, qui réclament depuis longtemps une position plus dure contre Pékin.




Smith a été particulièrement agressif dans ses tentatives de saper le gouvernement. Alors que la décision de Johnson est envisagée depuis longtemps, il représente l’une des voix les plus modérées sur la Chine dans un pays qui, à toutes fins utiles, s’est engagé dans une lutte stratégique contre elle, comme en témoignent les efforts de la BBC. façonner l’opinion publique.

Ce que ces deux histoires ont en commun, c’est qu’elles illustrent comment la Grande-Bretagne est devenue une triste blague sur la scène mondiale. Après le Brexit et le recadrage de lui-même en tant que Grande-Bretagne mondiale dans la conviction qu’il est toujours une grande puissance, le Royaume-Uni poursuit une politique étrangère qui montre un manque d’équilibre et de réalisme par rapport à sa situation réelle, exposant une foule de contradictions.

Sans doute, personne n’incarne ce sentiment plus que Truss. Alors qu’elle fait face aux tentatives du Royaume-Uni de grogner contre Moscou, les députés de droite sont simultanément avides de confrontation avec Pékin – tout en essayant de compenser l’impact d’un Brexit qui ne s’est pas déroulé aussi bien qu’espéré.

LIRE LA SUITE:
La Grande-Bretagne sape l’UE pour contrarier la Chine et plaire aux États-Unis

Comme je l’ai mentionné précédemment, le Brexit représente une éruption de 70 ans de confusion sur l’identité et la place de la Grande-Bretagne d’après-guerre dans le monde – le dilemme de se réconcilier avec un empire en déclin et à quoi il appartient vraiment. La Grande-Bretagne fait-elle partie de l’Europe ? Ou est-ce une puissance exceptionnaliste qui devrait travailler main dans la main avec d’autres pays anglophones comme les États-Unis ?

Au fil des ans, il s’agit d’un pendule qui a oscillé d’avant en arrière, avant que de nombreux facteurs contemporains n’aboutissent au Brexit. Cela a changé la donne pour la politique intérieure et étrangère. Cela a mis fin à une ère du Parti conservateur en tant que libéraux centristes sous David Cameron, et avec Boris Johnson aux commandes, a vu un virage vers le populisme et le nationalisme, alimentant le désir de se faire connaître sur la scène mondiale. Aucune carrière de politicien n’a été plus illustrative de ce changement que Truss elle-même, qui est passée du statut de pro-Rester Conservateur en un croisé nationaliste à la poitrine battante.


Le Royaume-Uni adopte une nouvelle loi anti-Russie

Bien que Johnson soit un autoproclamé “Sinophile” et épousant initialement une politique étrangère pro-chinoise dans le sillage du besoin de marchés alternatifs après le Brexit, la pression des députés américains et de droite à la recherche d’un nouvel adversaire après l’Europe, dans un contexte géopolitique changeant, a amélioré les relations avec La Chine intenable. Le Royaume-Uni a besoin de Pékin comme partenaire sérieux, mais il a déjà démontré de quel côté il se situe avec des initiatives telles qu’Aukus.

Compte tenu de tout cela, il n’est pas surprenant que la Russie et la Chine n’aient plus guère envie de considérer que la Grande-Bretagne agit de bonne foi. Pékin a longtemps cherché à établir des liens économiques plus profonds avec la Grande-Bretagne, mais a été surpris par le fanatisme exprimé à son encontre et les mouvements évidents vers l’endiguement. Cela en dit long que l’ancien ministre du cabinet David Davis a été cité dans Politico disant que la Grande-Bretagne a une mission “faire en sorte que la Chine se comporte de manière civilisée” – une déclaration qui ne fait qu’envoyer un message offensant à Pékin selon lequel le Royaume-Uni reste sans vergogne, arrogant et inchangé depuis l’époque impériale.


J'ai passé des mois à analyser la couverture de la BBC sur la Chine.  Les résultats sont révélateurs

Face à une telle attitude, il n’est pas étonnant que la Chine ait cherché à contrer le Royaume-Uni à travers son nouveau partenariat stratégique avec l’Argentine et à réitérer son soutien à Buenos Aires sur la question des îles Falkland. Cela représente un fatalisme dans la pensée chinoise – qu’il est vain de simplement demander à la Grande-Bretagne de changer ou de coopérer, et que l’hostilité manifestée par Londres doit être répondue avec plus de mordant.

À Moscou, le point de vue est susceptible d’être similaire après que l’idée de pourparlers de Truss semble consister à émettre des menaces. Cela soulève la question suivante : la diplomatie avec le Royaume-Uni en vaut-elle vraiment la peine ? Et plus précisément, la Grande-Bretagne est-elle vraiment aussi pertinente qu’elle le prétend ? Après tout, les menaces de sanctions de Truss ne détermineront pas le résultat en Ukraine, quoi qu’il arrive.

En conclusion, nous assistons maintenant à une politique étrangère britannique qui est riche en rhétorique, faible en substance, riche en menaces et faible en solutions, et semble avoir complètement abandonné tout concept rationnel de ce qui constitue l’intérêt national. Le Brexit Grande-Bretagne est devenu une farce qui ne mérite pas d’être prise au sérieux sur la scène internationale.

Les déclarations, vues et opinions exprimées dans cette colonne sont uniquement celles de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire