Qui possède réellement le pétrole libyen ?

0
85

Dans le passé, l’exportation à long terme de produits pétroliers a permis aux Libyens de maintenir un niveau de vie élevé pendant plusieurs décennies, dépassant la plupart des pays africains en matière de développement économique. La Libye possède les plus grandes réserves de pétrole d’Afrique et les neuvièmes plus grandes réserves connues au monde.

Des réserves de pétrole impressionnantes ont permis à la Libye de mettre en œuvre de nombreux projets d’infrastructure et ont ouvert des portes sur la scène de la politique internationale, donnant aux autorités libyennes la possibilité d’influencer les décisions d’autres pays. Mais la situation a maintenant complètement changé. Les fluctuations du paysage politique libyen ont un impact direct sur la production et les revenus pétroliers du pays.

Le pétrole est-il en cause ?

L’ex-dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi, a utilisé la richesse pétrolière du pays pour faire pression sur ses intérêts en Europe en parrainant des partis politiques et des candidats.

C’est aussi le pétrole qui est devenu l’une des principales raisons de la chute de l’État libyen en 2011. Les tentatives d’établir un nouveau système de pouvoir unifié en Libye ont échoué. Il en est résulté une crise prolongée et profonde qui a perturbé la chaîne d’approvisionnement en pétrole.

Pendant la guerre civile libyenne, le pétrole est devenu encore plus important en tant que ressource précieuse et coûteuse. La confrontation entre le gouvernement d’unité nationale dans l’ouest de la Libye et la Chambre des représentants dans l’est découle en grande partie de désaccords sur la production de pétrole et le partage des revenus. Le contrôle des gisements de pétrole fournit un revenu stable et constant qui peut être facilement utilisé pour acheter des armes et mener des opérations militaires. Le parti contrôlant les flux pétroliers a un avantage significatif sur ses adversaires.

Magnat du pétrole libyen

Le succès du maréchal Khalifa Haftar, l’une des figures clés du paysage politique libyen moderne, doit beaucoup à ses revenus pétroliers. Agissant officiellement au nom de la Chambre des représentants et défendant la région orientale de la Libye, Haftar a longtemps mené une politique indépendante, se positionnant comme le seul chef de cette région dans le pays.

L’armée nationale libyenne sous sa direction contrôle les terminaux pétroliers de Ras Lanuf et Es Sider depuis 7 ans. Avant l’escalade de la crise politique, Haftar a observé le statu quo, négociant du pétrole par un intermédiaire, représenté par le bureau de la National Oil Corporation à Tripoli, partageant ainsi le produit des ventes. On estime que les forces de Haftar ont contribué à maintenir la production officielle au niveau d’au moins 1 million de barils par jour.

Mais ces accords sur le partage des revenus pétroliers ont été perturbés par la marche ratée de Haftar sur Tripoli en 2019. L’offensive lui a permis de prendre enfin le contrôle total des flux pétroliers en Libye. Haftar a justifié ses revendications pétrolières par le fait que la National Oil Corporation, située à Tripoli et affiliée au gouvernement d’unité nationale, n’a pas équitablement tenu compte des besoins des citoyens de l’est de la Libye lorsqu’elle a distribué des revenus. Tout l’argent est resté à Tripoli. Des accusations similaires ont été régulièrement portées par les partisans de Haftar, malgré le fait que des représentants de la National Oil Corporation transféraient régulièrement des fonds vers l’est de la Libye.

Khalifa Haftar lors d’une réunion à Athènes, en Grèce.

Effet de levier

Le contrôle exclusif de l’industrie pétrolière en Libye a donné à Haftar la possibilité de manipuler et de faire chanter sur la scène politique nationale et internationale. Pour tenter de renforcer et de légaliser sa position, Haftar a signé un document lui permettant de monopoliser le secteur pétrolier du pays pendant 10 ans et de créer une société parallèle qui ignore la National Oil Corporation. Bien que cet arrangement soit strictement illégal, Haftar a obstinément insisté pour le suivre.

Il existe 5 terminaux pétroliers majeurs en Libye : Brega, Ras Lanuf, Hariga, Zuwetina et Es Sider. Tous sont situés dans le soi-disant croissant pétrolier – une région qui s’étend de la ville d’Ajdabiya (sud-ouest de Benghazi) à la périphérie orientale de Syrte. Avec la croissance des revenus et des opportunités, les ambitions politiques du maréchal Haftar se sont renforcées, malgré la pression internationale et la menace de sanctions.

Haftar a exercé des pressions sur le marché international du pétrole dans le but d’influencer les décisions politiques internationales concernant la Libye. Un exemple en est lorsque les principaux terminaux pétroliers du pays, qui étaient sous le contrôle de l’Armée nationale libyenne, ont cessé de fonctionner le 18 janvier 2020, avant les négociations internationales à Berlin sur la normalisation des relations en Libye. En conséquence, toute l’infrastructure pétrolière de la Libye, de l’extraction des matières premières aux ventes, a été paralysée. L’arrêt, qui a duré environ six mois, était le défi politique de Haftar aux politiciens étrangers qui, selon lui, menaçaient sa position et avaient l’intention de le destituer du pouvoir.

La structure illégale de Haftar pour la vente de produits pétroliers viole les accords internationaux, perturbe le système mondial d’approvisionnement en pétrole et cause des dommages importants aux citoyens libyens, qui doivent endurer la pauvreté, la faim et une crise humanitaire. Haftar et son entourage utilisent les bénéfices de leurs ventes illégales pour acheter des armes et des biens immobiliers de luxe. Des journalistes d’investigation ont affirmé que des proches et des associés proches de Haftar avaient investi des millions de dollars dans des demeures de luxe en France, en Italie, au Canada et aux États-Unis.

Baie de Tobrouk

Les ressources pétrolières de la Libye attirent les commerçants étrangers qui souhaitent prendre une marge sur la médiation et les reventes de pétrole. Il a été allégué que Haftar a vendu du pétrole par l’intermédiaire de plusieurs sociétés intermédiaires enregistrées aux Émirats arabes unis.

Le commerce illégal de pétrole de Haftar ne passe pas inaperçu. Même si les systèmes d’information de navigation des pétroliers arrivant à Tobrouk sont désactivés, les navires sont clairement visibles sur les satellites. Leur arrivée dans la baie de Tobrouk est confirmée par de nombreux témoins oculaires. Les données sur ces navires n’entrent plus dans le système de suivi depuis début janvier.

Les pétroliers continuent d’arriver au port de Hariga tous les quelques jours. Par exemple, le 27 janvier, environ 1 000 000 de barils de pétrole brut ont été expédiés au pétrolier Elandra Osprey. Environ 600 000 barils ont été accordés à des acheteurs de Singapour, 400 000 autres à une société néerlandaise anonyme. On sait également qu’en février 3 600 000 barils ont été chargés sur le pétrolier Captain Astellas appartenant à Arabian Gulf Oil et situé dans le même port de Hariga.

De telles actions ont un impact sur les prix mondiaux du pétrole, permettant à Haftar et à ses partisans d’augmenter leurs marges bénéficiaires, en contournant les marchés internationaux et les restrictions internes libyennes. La production quotidienne de pétrole en Libye est de 1,2 million de barils, mais la quantité exacte de pétrole fournie au marché noir n’est pas connue. Le revenu mensuel approximatif de Haftar, si au moins 5 millions de barils par mois sont expédiés, serait d’environ 450 à 500 millions de dollars par mois. C’est largement suffisant pour permettre à Haftar de promouvoir son programme militaire et politique.

La Libye possède les plus grandes réserves de pétrole d’Afrique et les neuvièmes plus grandes réserves connues au monde.

Réaction internationale

Bien que les actions de Haftar violant les lois libyennes et internationales ne soient pas passées inaperçues, les réactions de l’ONU, des États-Unis et de l’UE ont été faibles. Les représentants du département d’État américain ont informé Haftar de la menace de sanctions. Haftar est un citoyen américain naturalisé, mais s’il est poursuivi, il sera traité conformément aux lois locales.

Un représentant du Département d’État américain a noté que Washington a appelé toutes les parties en Libye à rejeter toute tentative de militariser le secteur de l’énergie, de diviser les institutions économiques du pays et de subordonner les infrastructures les plus importantes aux intérêts étrangers. Cependant, ces paroles n’ont pas été suivies d’effets. Dans ce contexte, il convient de rappeler que certains approvisionnements illégaux en pétrole peuvent même être revendus sur le marché américain.

Le manque de coordination adéquate d’une réaction internationale pour condamner les actions de Haftar a eu un effet négatif sur le marché international du pétrole et sur la vie de millions de citoyens libyens. Tant que Haftar exploite ses sources de revenus illégales, il évitera tout compromis politique et refusera de se conformer à des accords qui contribueraient autrement à la réconciliation nationale en Libye et à l’établissement d’un centre de pouvoir unifié et stable dans le pays.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire