La Commission du travail trouve le bien-fondé des allégations antisyndicales contre Amazon et Starbucks – Mother Jones

0
58

Jason Anthony, organisateur du syndicat du centre de distribution Amazon JFK8, s’adresse aux médias le vendredi 1er avril 2022.Eduardo Muñoz Alvarez/AP

Les faits comptent : Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones Quotidien bulletin. Soutenez nos rapports à but non lucratif. Abonnez-vous à notre magazine imprimé.

Depuis que les travailleurs de Starbucks et d’Amazon ont lancé le processus de syndicalisation lieu par lieu, les militants syndicaux ont accusé les deux entreprises d’activités antisyndicales allant de la manipulation à l’illégalité. Le Conseil national des relations de travail, l’agence qui applique la législation fédérale du travail, a récemment trouvé le bien-fondé de certaines de ces réclamations, un signe potentiel que les deux sociétés pourraient être tenues responsables de leurs actions.

Selon une plainte déposée par l’Amazon Labour Union, le géant de la vente au détail a forcé les travailleurs à assister à des réunions «d’audience captive» où les responsables de l’entreprise ont diffusé des points de discussion antisyndicaux. À l’heure actuelle, cette pratique est autorisée en vertu du précédent du NLRB, mais l’avocat général du conseil, qui a été nommé par Biden, a publié le mois dernier une note affirmant qu’elle est en fait illégale.

Lors d’un entretien avec CNBC, un porte-parole d’Amazon n’a pas contesté que l’entreprise avait tenu des réunions obligatoires, mais les a présentées comme des tentatives légales pour s’assurer que “tout le monde comprend les faits concernant l’adhésion à un syndicat et le processus électoral lui-même”.

Cependant, Amazon a contesté les allégations selon lesquelles il s’était engagé dans une multitude d’autres activités antisyndicales, notamment en laissant entendre à tort que des travailleurs pourraient être licenciés pour avoir voté pour se syndiquer et en menaçant de suspendre les avantages, alors même que le conseil d’administration a affirmé que ces accusations étaient fondées.

Matt Jackson, un avocat du NLRB, a déclaré au New York Times que l’agence déposerait bientôt une plainte à moins qu’Amazon n’accepte de régler.

Presque simultanément, le conseil d’administration a trouvé le bien-fondé des allégations selon lesquelles Starbucks s’était livré à des pratiques de travail déloyales, déposant une plainte accusant la société de café d’avoir commis plus de 200 violations du droit du travail. Selon CNBC, le conseil a allégué que Starbucks avait menacé des travailleurs en réduisant leur rémunération, en surveillant et en licenciant les travailleurs favorables aux syndicats et en fermant des magasins dans la région de Buffalo, où les efforts de syndicalisation ont commencé.

La plainte fait suite à un dossier similaire que le conseil d’administration a déposé le mois dernier dans lequel il demandait à un juge de forcer Starbucks à réembaucher trois militants syndicaux que l’entreprise avait licenciés.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire