La Corée du Nord échappe à de nouvelles sanctions alors que la Russie et la Chine exercent leur droit de veto | Nouvelles des Nations Unies

0
107

Les États-Unis expriment leur “déception” après que le Conseil de sécurité n’a pas resserré les sanctions après une série de lancements de missiles interdits.

La Chine et la Russie ont opposé leur veto à un effort visant à renforcer les sanctions des Nations Unies contre la Corée du Nord après une série de lancements de missiles cette année, lors de la première scission entre les cinq membres permanents disposant du droit de veto de l’organe le plus puissant de l’ONU depuis qu’il a commencé à sanctionner Pyongyang en 2006.

Les 13 autres membres du conseil ont tous voté en faveur de la résolution rédigée par les États-Unis et ont proposé d’interdire les exportations de tabac et d’huile vers la Corée du Nord. Cela aurait également mis sur liste noire le groupe de piratage Lazarus, qui, selon les États-Unis, est lié à la Corée du Nord.

Un Conseil de sécurité uni a imposé des sanctions après la première explosion nucléaire de la Corée du Nord en 2006 et les a resserrées au fil des ans dans un total de 10 résolutions visant – jusqu’à présent sans succès – à freiner ses programmes nucléaires et de missiles balistiques et à couper le financement. Cette année seulement, le pays a effectué un total de 23 lancements de missiles, dont trois en moins d’une heure mercredi matin.

L’ambassadrice des États-Unis à l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, a qualifié le vote de “journée décevante” pour le conseil.

“Le monde est confronté à un danger clair et présent de la part de la RPDC (Corée du Nord)”, a-t-elle déclaré au conseil, en utilisant le nom officiel du pays, la République populaire démocratique de Corée. « La retenue et le silence du Conseil n’ont pas éliminé ni même réduit la menace. Au contraire, la RPDC a été enhardie.

Elle a déclaré que Washington avait évalué que la Corée du Nord avait effectué six lancements d’ICBM cette année et se “préparait activement à effectuer un essai nucléaire”.

Les émissaires britanniques, français et sud-coréens ont exprimé des craintes similaires. Pyongyang a effectué un dernier essai nucléaire en 2017.

“Le droit de veto protège le régime nord-coréen et lui donne carte blanche pour lancer plus d’armes”, a déclaré l’ambassadeur de France, Nicolas de Rivière.

Après avoir opposé leur veto à de nouvelles mesures, la Chine et la Russie ont déclaré au Conseil de sécurité que les États-Unis devaient améliorer le dialogue avec la Corée du Nord plutôt que d’opter pour davantage de sanctions.

Les deux pays ont fait pression pour que les sanctions soient assouplies pour des raisons humanitaires.

“L’introduction de nouvelles sanctions contre la RPDC [North Korea] est un chemin vers une impasse », a déclaré l’ambassadeur russe à l’ONU Vassily Nebenzia au conseil. “Nous avons souligné l’inefficacité et l’inhumanité de renforcer davantage la pression des sanctions sur Pyongyang.”

L’ambassadeur chinois à l’ONU, Zhang Jun, a déclaré que des sanctions supplémentaires contre la Corée du Nord ne feraient que conduire à plus “d’effets négatifs et à une escalade de la confrontation”.

“La situation sur la péninsule est devenue ce qu’elle est aujourd’hui, principalement grâce à la volte-face des politiques américaines et à l’incapacité de maintenir les résultats des dialogues précédents”, a-t-il déclaré au conseil.

Les pourparlers de dénucléarisation sont au point mort depuis 2019, lorsqu’un sommet au Vietnam entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président américain Donald Trump s’est effondré sans accord.

L’administration du président Joe Biden a déclaré à plusieurs reprises qu’elle était disposée à parler avec la Corée du Nord sans conditions préalables, mais qu’elle ne conclurait aucun “grand marché”. Pyongyang, quant à lui, a montré peu d’intérêt pour les pourparlers au niveau opérationnel.

L’Assemblée générale des Nations Unies va maintenant discuter de la Corée du Nord dans les deux prochaines semaines en vertu d’une nouvelle règle exigeant que l’organe de 193 membres se réunisse chaque fois qu’un veto est exprimé au Conseil de sécurité par l’un des cinq membres permanents – la Russie, la Chine, les États-Unis États-Unis, France et Royaume-Uni.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/27/north-korea-escapes-further-sanction-as-russia-china-wield-veto

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire