La Corée du Nord enregistre une augmentation des cas de fièvre dans le cadre d’une initiative visant à assouplir les restrictions COVID | Actualités sur la pandémie de coronavirus

0
114

Le décompte quotidien de la fièvre dépasse les 100 000 pour la première fois en trois jours alors que des informations indiquent que les restrictions de mouvement à Pyongyang pourraient avoir été assouplies.

La Corée du Nord a signalé lundi une légère augmentation des cas suspects de COVID-19 alors que les médias rapportaient que les restrictions de mouvement imposées dans la capitale, Pyongyang, pourraient avoir été levées.

L’agence de presse centrale coréenne (KCNA) a déclaré que 100 710 personnes ont présenté des symptômes de fièvre au cours de la période de 24 heures qui s’est terminée dimanche à 18 heures.

Ce décompte est la première fois que les infections présumées au COVID-19 en Corée du Nord rebondissent au-dessus de 100 000 en trois jours et porte le nombre total de cas signalés depuis fin avril à plus de 3,55 millions.

Le pays avait signalé 89 500 cas de fièvre au cours des 24 heures précédentes.

Le bilan officiel des morts reste à 70.

La Corée du Nord est aux prises avec une vague de COVID-19 sans précédent depuis la déclaration de l’état d’urgence et l’imposition d’un verrouillage national ce mois-ci, ce qui accroît les inquiétudes concernant le manque de vaccins, de fournitures médicales et de pénuries alimentaires.

Une affiche représente un travailleur de la désinfection en Corée du Nord sur cette image non datée publiée le 23 mai 2022 par l’Agence centrale de presse coréenne [KCNA via Reuters]

Depuis l’admission le 12 mai d’une épidémie d’Omicron, le pays n’a annoncé que le nombre de patients présentant des symptômes fébriles quotidiennement, mais pas ceux atteints de COVID-19, apparemment en raison d’une pénurie de kits de test pour confirmer les cas de coronavirus en grand nombre.

Le décompte quotidien de la fièvre a culminé à plus de 392 000 le 15 mai et a suivi une tendance à la baisse depuis.

L’agence de presse japonaise Kyodo, citant une source anonyme à Pékin, a déclaré que les restrictions de mouvement avaient été levées dimanche dans la capitale nord-coréenne, tandis que l’agence de presse sud-coréenne Yonhap a déclaré que les fermetures avaient été “partiellement assouplies”.

Mais un porte-parole du ministère sud-coréen de l’unification chargé des affaires intercoréennes a déclaré qu’il ne pouvait pas confirmer le rapport, car les médias d’État du Nord n’avaient pas annoncé la décision.

Les informations faisant état d’un assouplissement des restrictions sont intervenues peu de temps après que le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a présidé une réunion du bureau politique pour discuter de la révision des restrictions anti-épidémiques.

Il a estimé que la situation au cours de la première épidémie de COVID-19 dans le pays « s’améliorait », selon la KCNA.

“Le Bureau politique a examiné la question de la coordination et de l’application efficaces et rapides des réglementations et directives anti-épidémiques compte tenu de la situation anti-épidémique stable actuelle”, a-t-il ajouté.

De nombreux experts extérieurs affirment que la Corée du Nord sous-estime son taux de mortalité pour éviter tout dommage politique à Kim chez lui.

Ils disent que la Corée du Nord aurait dû subir beaucoup plus de décès parce que ses 26 millions d’habitants ne sont en grande partie pas vaccinés contre le COVID-19 et qu’elle n’a pas la capacité de traiter les patients dans des conditions critiques. D’autres soupçonnent la Corée du Nord d’avoir exagéré ses premiers cas de fièvre pour tenter de renforcer son contrôle interne sur sa population.

Yang Un-chul, analyste à l’Institut Sejong en Corée du Sud, a déclaré à l’agence de presse Associated Press que les restrictions récemment renforcées par le Nord devaient porter un sérieux coup à ses secteurs du charbon, de l’agriculture et d’autres secteurs industriels à forte intensité de main-d’œuvre.

Mais il a déclaré que ces difficultés n’atteindraient probablement pas un niveau qui menacerait l’emprise de Kim sur le pouvoir, car l’épidémie de COVID-19 et les freins renforcés lui ont donné une chance de renforcer son contrôle sur la population.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/30/n-korea-logs-jump-in-fever-cases-amid-move-to-soften-covid-curbs

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire