Un tribunal égyptien emprisonne l’ancien candidat à la présidence pendant 15 ans | Nouvelles

0
37

Un tribunal du Caire condamne Abdel Moneim Aboul Fotouh et plusieurs autres dirigeants islamistes à de longues peines de prison.

Un tribunal égyptien a condamné dimanche l’ancien candidat à la présidentielle Abdel Moneim Aboul Fotouh et plusieurs personnalités des Frères musulmans interdits à de longues peines de prison pour “diffusion de fausses nouvelles” et complot visant à renverser l’État, rapportent l’Agence France-Presse et l’agence de presse Reuters. .

Aboul Fotouh, 70 ans, qui souffre de plusieurs pathologies selon sa famille, a été condamné à 15 ans de prison ferme en appel, a annoncé dimanche le jugement.

Mohamed al-Qassas, chef adjoint du parti Strong Egypt d’Aboul Fotouh, a été condamné à 10 ans de prison.

Mahmoud Ezzat, ancien guide suprême des Frères musulmans, a également été condamné à 15 ans de prison. Il purge déjà plusieurs peines d’emprisonnement à perpétuité pour d’autres chefs d’accusation.

Les groupes de défense des droits ont critiqué à plusieurs reprises ces condamnations massives en Égypte et ont appelé les autorités à garantir des procès équitables.

Les groupes, dont Human Rights Watch et Amnesty International, affirment que les arrestations et les procès de personnes comme Aboul Fotouh et el-Kassas font partie d’une répression gouvernementale contre la dissidence qui visait non seulement les opposants politiques islamistes, mais aussi les militants pro-démocratie, les journalistes, et les critiques en ligne.

Aboul Fotouh est un ancien haut responsable des Frères musulmans qui a été limogé du groupe en 2011 lorsqu’il a décidé de se présenter aux élections présidentielles égyptiennes. Lui et el-Kassas ont été arrêtés en février 2018 après avoir vivement critiqué le gouvernement du président Abdel Fattah El-Sissi.

Le tribunal du Caire a également condamné Moaz el-Sharqawi à 10 ans de prison pour des accusations similaires, y compris l’appartenance à un groupe interdit, les Frères musulmans, que l’Égypte a qualifié d’organisation « terroriste » en 2013.

L’Égypte a interdit les Frères musulmans après que Sisi, alors chef de l’armée, a conduit le renversement du président démocratiquement élu des Frères musulmans, Mohamed Mursi, à la suite de manifestations de masse en 2013.

Morsi est décédé après s’être effondré dans une salle d’audience de la prison en 2019, tandis que d’autres dirigeants du groupe ont été emprisonnés ou ont quitté le pays à la suite d’une répression de grande envergure contre la dissidence politique qui s’est étendue aux critiques libéraux et islamistes.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/29/egypt-court-jails-former-presidential-candidate-for-15-years

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire