La Cour suprême étend les pouvoirs du secret gouvernemental dans les affaires liées à la torture

0
201

La Cour suprême des États-Unis s’est récemment prononcée sur l’utilisation par le gouvernement de la doctrine des secrets d’État dans un avis qui permettra aux agences de renseignement d’échapper plus facilement à la responsabilité dans les futures affaires de droits individuels. Dans US v. Zubaydah, la politique gouvernementale en matière de torture et les secrets d’État convergent. Une victime de torture a demandé des informations relatives à son traitement dans un « site noir » de la CIA et le gouvernement a bloqué cette demande, invoquant des intérêts de sécurité nationale. Sept membres de la Cour ont rejoint des parties d’une opinion se rangeant du côté du gouvernement, seuls les juges Sotomayor et Gorsuch étant dissidents. L’affaire a des implications pour d’autres affaires liées à la torture et pour la responsabilité du gouvernement plus largement, car elle étend les pouvoirs du secret d’État sur la base d’une doctrine déjà trop large et suspecte à ses origines.

La Zubaydah l’affaire est inhabituelle sur le plan procédural. Abu Zubaydah est actuellement détenu à Guantanamo, mais l’histoire de son incarcération et de son traitement dans de nombreux sites au cours des deux dernières décennies est bien connue. Le gouvernement a reconnu l’avoir noyé dans l’eau et l’avoir soumis à d’autres formes de torture, et le rapport du Sénat de 2014 sur la torture fait spécifiquement référence à Zubaydah à de nombreux endroits. De plus, l’ancien président Obama a reconnu que Zubaydah avait été torturé. Dans le cadre de la recherche d’un tribunal qui entendrait ses revendications, Zubaydah a demandé au gouvernement polonais d’enquêter pénalement sur les interrogatoires qui ont eu lieu sur un site noir de la CIA en Pologne, Stare Kiejkuty. Étant donné qu’une grande partie des preuves à l’appui se trouvaient aux États-Unis, Zubaydah a dû demander à un tribunal de district américain d’ordonner sa production. La loi fédérale autorise une telle requête, mais lorsqu’elle a été déposée, le gouvernement américain s’y est opposé, invoquant la doctrine des secrets d’État. L’affaire a fait son chemin jusqu’à la Cour suprême et la Cour s’est prononcée pour la première fois depuis des années sur la portée et l’application de la doctrine.

Le privilège des secrets d’État (SSP) est une doctrine de preuve issue de l’affaire US v. Reynolds de 1953, un différend de l’époque de la guerre froide impliquant l’écrasement d’un avion militaire. Dans Reynolds, les familles des victimes ont demandé des informations sur l’accident, en particulier les déclarations des survivants et un rapport d’accident. Le gouvernement s’y est opposé, affirmant que la divulgation de ces informations mettrait en danger la sécurité nationale. La Cour suprême a accepté et sa décision a donné naissance au SSP, dont l’utilisation s’est étendue au cours des sept décennies qui ont suivi. En bref, la décision indique que le gouvernement a le droit de retenir des informations, au cours d’un litige, lorsqu’il existe un «risque que la contrainte de la preuve expose des questions militaires qui, dans l’intérêt de la sécurité nationale, ne devraient pas être divulguées. ” Mais la possibilité d’abus d’un pouvoir de confidentialité aussi largement énoncé est évidente et l’était même à l’époque Reynoldscas lui-même. Comme l’a montré Louis Fisher, les informations retenues dans Reynolds a fait surface sur Internet dans les années 1990 et était assez banale, ne contenant pas des secrets militaires mais plutôt des preuves de la négligence du gouvernement.
Les tribunaux ont appliqué le SSP pour contrecarrer la découverte de preuves dans une affaire où un garçon de douze ans a fait l’objet d’un examen minutieux par la CIA pour avoir écrit des lettres à l’étranger, où des employés du gouvernement ont cherché des informations sur les produits chimiques mortels auxquels ils avaient été exposés (afin qu’ils puissent obtenir un traitement pour leur maladie) et où la victime dans une affaire de torture antérieure a demandé réparation. Mais certaines questions n’avaient pas été réglées. L’objet même d’une affaire pourrait-il être un secret d’État, de sorte qu’aucune demande de découverte ne pourrait même être faite ? Les tribunaux de première instance pourraient-ils ordonner la production de prétendues preuves secrètes en chambre afin qu’un juge puisse les consulter avant de statuer sur le SSP ? Et le plus pertinent pour le cas de Zubaydah, le SSP pourrait-il s’appliquer à des informations déjà dans le domaine public (en d’autres termes, à des informations non secrètes) ?

C’est cette dernière question – celle de savoir si le SSP s’applique à des informations déjà connues – que la Cour a abordée dans son récent avis. L’existence de Stare Kiejkuty est bien connu, décrit dans diverses sources. Et les témoins dont Zubaydah cherchait à obtenir le témoignage avaient déjà témoigné dans des procédures similaires. James Mitchell et Bruce Jessen étaient des sous-traitants du gouvernement – des psychologues spécialisés dans la thérapie familiale qui ont développé des protocoles d’interrogatoire coercitifs et ont ensuite supervisé leur utilisation par la CIA sur place. L’un d’eux a même écrit un livre sur ses exploits, et tous deux avaient déjà témoigné de leur travail d’interrogatoire dans d’autres affaires, comme le procès de Khalid Shaikh Mohamed.

Malgré toutes ces informations accessibles au public, le gouvernement a soutenu que de nouveaux témoignages des psychologues sous-traitants de la CIA mettraient en danger la sécurité nationale s’ils étaient autorisés à continuer. Selon le raisonnement du gouvernement, même si Mitchell et Jessen sont des parties privées, ils avaient connaissance des opérations gouvernementales et, par conséquent, leur confirmation de tout fait serait une admission de son exactitude par le gouvernement. La confirmation par le gouvernement d’un fait donné est différente, ont-ils suggéré, du fait de rapporter ce même fait dans les médias ou d’autres sources ouvertes. La Cour suprême a accepté cet argument et, ce faisant, a élargi la portée du SSP pour les affaires futures. Maintenant, cela couvrirait les non-secrets aussi bien que les secrets. L’affaire a été portée devant la Cour parce que le tribunal de première instance avait initialement rejeté la demande de Zubaydah, mais le neuvième circuit n’était pas d’accord, suggérant que la découverte de certaines questions pourrait se poursuivre malgré les préoccupations potentielles en matière de secrets d’État. Sans surprise, compte tenu de sa composition actuelle, la Cour a tranché en faveur du gouvernement. Entre autres raisons, la Cour a cité le préjudice potentiel aux relations diplomatiques et à la coopération internationale résultant d’une reconnaissance officielle de Stare Kiejkuty.

L’avis est fragmenté et nécessite une lecture attentive pour être compris. Alors que sept juges ont souscrit au raisonnement du juge Breyer sur les secrets connus du public, seuls six d’entre eux ont convenu que l’affaire devait être classée à ce stade (le juge Kagan a refusé de se joindre à cette partie). Le juge Thomas a exhorté la Cour à aller encore plus loin qu’elle ne l’a fait, estimant que le besoin d’informations de Zubaydah n’était pas grand et qu’il n’y avait donc aucune raison pour que la Cour aille plus loin (au-delà de noter ce manque de besoin) dans son analyse. L’accord de Thomas n’est pas convaincant. Il déforme le cadre d’approche des affaires de secrets d’État énoncé dans Reynoldset il nie, à la page 13 de son accord, tout lien entre les précédents anglais et la décision sur le privilège des secrets d’État, ignorant le fait que Reynolds fait spécifiquement référence à son recours à la jurisprudence anglaise.

Le cœur de la décision, approuvée par six juges, est cette confirmation de la Stare Kiejkuty l’existence du site par des sous-traitants de la CIA mettrait en danger la sécurité nationale et, par conséquent, la demande de Zubaydah visant à obtenir le témoignage des sous-traitants doit être rejetée. La Cour a statué ainsi alors même que la Cour européenne des droits de l’homme et l’ancien président polonais ont reconnu l’existence du site noir polonais, et même s’il a été largement relayé dans les médias. Les déclarations du gouvernement polonais sur le site et le fait qu’un procureur polonais enquête sur cette affaire semblent écarter toute inquiétude quant aux répercussions diplomatiques.

Le juge Gorsuch a offert une critique sévère de l’opinion dans sa dissidence. “Il arrive un moment”, écrit-il, “où nous ne devrions pas ignorer en tant que juges ce que nous savons être vrai en tant que citoyens”. Bien qu’il soit quelque peu surprenant de voir Gorsuch adopter ici une position favorable aux libertés civiles, il présente sans ménagement les faits que nous, en tant que public, « savons être vrais ». Les interrogateurs de la CIA “ont noyé Zubaydah au moins 80 fois, simulé des enterrements vivants dans des cercueils pendant des centaines d’heures et effectué des examens rectaux”. Après six jours de ce traitement, il “sanglotait, tremblait et hyperventilait”. Et pourtant, même après de longues périodes de torture, les interrogateurs n’ont pas pu confirmer que Zubaydah était impliqué dans le complot du 11 septembre.

Gorsuch a noté la portée excessive et l’abus du SSP par le gouvernement dans des affaires passées, ainsi que l’augmentation spectaculaire du nombre d’affirmations du SSP entre 2001 et 2021. Compte tenu de ces pratiques, il a mis en garde contre le fait de prendre l’invocation du SSP par le pouvoir exécutif « à valeur nominale.” Une garantie contre les affirmations de secret inutiles et trop générales consiste à permettre aux juges du fond d’examiner des documents prétendument secrets en chambre, puis de décider, sur la base de cet examen, si le SSP a été correctement affirmé. La Reynolds Le tribunal a refusé d’exiger ce processus dans chaque cas de PAS, mais ne l’a pas empêché non plus. Gorsuch a également suggéré que la découverte liée au site noir pourrait se faire sous des noms de code, comme c’est le cas dans d’autres cas. L’utilisation de noms de code et l’inspection en chambre seraient deux façons d’inverser la trajectoire actuelle des affaires SSP, où la Cour a « remplacé l’enquête indépendante par un tampon en caoutchouc ».

Un seul autre membre de la Cour – le juge Sotomayor – s’est joint à Gorsuch en dissidence. Ainsi, l’approche qu’il recommande pour les tribunaux de première instance traitant des affaires de SSP nécessiterait trois adhérents supplémentaires avant de pouvoir avoir force de loi. Jusque-là, la jurisprudence concernant les secrets d’État sera encore plus favorable au gouvernement, et il sera encore plus difficile pour les justiciables individuels de franchir les barrières du secret dans les affaires de sécurité nationale.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/03/the-supreme-court-expands-government-secrecy-powers-in-torture-related-case/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire