La police de Hong Kong impose l’interdiction de la veillée d’anniversaire de Tiananmen | Actualités sur les droits de l’homme

0
181

Des dizaines de policiers ont patrouillé samedi dans le parc Victoria de Hong Kong après que les autorités ont interdit pour la troisième année consécutive la commémoration publique de l’anniversaire de la répression meurtrière de la place Tiananmen en 1989.

Pendant des décennies, une veillée aux chandelles annuelle a eu lieu dans le parc pour se souvenir de la répression violente par les troupes des manifestants étudiants réclamant une plus grande démocratie sur la place Tiananmen à Pékin le 4 juin 1989. Des centaines, voire des milliers, ont été tués.

“Se souvenir, c’est résister”, a déclaré l’éminent avocat chinois des droits de l’homme Teng Biao à l’agence de presse américaine Reuters.

“Si personne ne s’en souvient, les souffrances du peuple ne s’arrêteront jamais et les auteurs continueront leurs crimes en toute impunité.”

L’interdiction est considérée comme faisant partie d’une initiative visant à étouffer la dissidence politique et un signe que Hong Kong perd ses libertés alors que Pékin resserre son emprise sur la ville chinoise semi-autonome.

Les organisateurs de la veillée, l’Alliance de Hong Kong pour le soutien des mouvements démocrates patriotiques de Chine, se sont dissous l’année dernière après que plusieurs de ses dirigeants ont été arrêtés, soupçonnés d’avoir violé la loi sur la sécurité nationale, qui a été imposée à la suite de manifestations massives en faveur de la démocratie en 2019.

Les autorités ont cité les risques du coronavirus pour avoir interdit la commémoration publique au cours des trois dernières années. Les critiques disent que la pandémie est utilisée comme excuse pour enfreindre le droit de se réunir.

Vendredi, un communiqué du gouvernement a indiqué que certaines parties du parc Victoria, qui servaient traditionnellement de lieu à la veillée aux chandelles, seront fermées car elles pourraient être utilisées pour des “activités illégales”. La décision visait à “empêcher tout rassemblement non autorisé” dans le parc et à réduire la possibilité de propagation du COVID-19.

La dirigeante de la ville, Carrie Lam, a déclaré cette semaine que tout événement commémorant les personnes tuées lors de la répression de 1989 serait soumis aux lois sur la sécurité nationale.

“Tout le monde reste silencieux parce qu’ils ont peur d’être arrêtés”, a déclaré à Reuters Victor, 57 ans, un résident de Hong Kong, qui a demandé à être identifié uniquement par son prénom, à l’intérieur de Victoria Park.

Plus tôt dans la semaine, un commissaire de police a averti que quiconque se réunissait en groupe “au même endroit, au même moment et dans le but commun d’exprimer certaines opinions” pouvait être considéré comme faisant partie d’un rassemblement non autorisé.

Depuis que les Britanniques ont cédé Hong Kong à la Chine en 1997, la ville est gouvernée selon un cadre “un pays, deux systèmes” qui lui confère des libertés introuvables sur le continent, notamment la liberté d’expression et de réunion.

Pendant des années, Hong Kong et Macao ont été les seuls endroits sur le sol chinois autorisés à commémorer la répression de Tiananmen. En Chine, des mots-clés tels que « massacre de Tiananmen » et « 4 juin » sont strictement censurés en ligne, et les gens ne sont pas autorisés à marquer publiquement les événements.

La répression de Hong Kong contre les commémorations de Tiananmen a suscité des critiques à l’échelle internationale.

“Aujourd’hui, la lutte pour la démocratie et la liberté continue de faire écho à Hong Kong, où la veillée annuelle pour commémorer le massacre de la place Tiananmen a été interdite par la RPC et les autorités de Hong Kong dans le but de supprimer les souvenirs de cette journée”, a déclaré le secrétaire américain. d’État Antony Blinken a déclaré dans un communiqué, faisant référence à la République populaire de Chine.

Blinken a déclaré que les États-Unis continueraient de s’exprimer et de promouvoir la responsabilité des violations des droits de l’homme par la Chine, y compris celles de Hong Kong, contre les minorités musulmanes de la région occidentale du Xinjiang ainsi qu’au Tibet.

“Au peuple chinois et à ceux qui continuent de s’opposer à l’injustice et de rechercher la liberté, nous n’oublierons pas le 4 juin”, a-t-il déclaré.

Le ministère taïwanais des Affaires étrangères a écrit sur sa page Facebook que “lorsque cette période de l’année arrive, il y a beaucoup de choses qu’on ne peut pas dire, beaucoup de choses qu’on ne peut pas écrire et beaucoup qu’on ne peut même pas chercher sur Internet”. .

Le message encourageait les citoyens chinois qui utilisent un VPN à accéder à Facebook, qui est bloqué en Chine, et à rechercher des informations sur le massacre de la place Tiananmen “pour voir ce que leur pays leur cache”.

“Nous espérons que l’individu ne sera plus sacrifié pour le parti, et que la liberté, la démocratie et les droits de l’homme pourront devenir notre langue commune avec eux”, a déclaré le message du ministère.

Au milieu de l’interdiction des événements à Hong Kong, les rassemblements et séminaires à l’étranger aux États-Unis, à Taipei, à Prague et ailleurs ont pris une plus grande importance, avec des appels en ligne encourageant les gens à participer.

Ces dernières années, des institutions, dont des universités, ont également retiré des sculptures et des œuvres d’art qui marquent le massacre de Tiananmen pour se conformer à une loi sévère sur la sécurité nationale que Pékin a imposée à la ville en juin 2020.

Les autorités ont utilisé la loi pour réprimer l’opposition, avec plus de 150 personnes arrêtées soupçonnées d’infractions telles que la subversion, la sécession, le terrorisme et la collusion étrangère pour intervenir dans les affaires de la ville.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/4/china-hong-kong-police-enforce-ban-tiananmen-anniversary-vigil

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire