La crise à Cuba exige la fin immédiate du blocus américain

0
78

Image par Richard IV Taille.

Les amis de Cuba socialiste aiment les bonnes nouvelles de ce pays. Maintenant, les mauvaises nouvelles ont leur utilité. Le chagrin et les difficultés sont actuellement tels que, clairement, le blocus économique américain de Cuba doit cesser immédiatement. Les détails crus, apparaissant ci-dessous, témoignent de la déstabilisation potentielle à Cuba, du danger pour le projet socialiste de Cuba et du rôle néfaste du blocus. Une grande mobilisation contre le blocus s’impose. La nécessité d’agir est évidente.

Le blocus, une relique de l’histoire vieille de 60 ans, impose peu de lourdes exigences au public américain. Aucun financement gouvernemental n’est requis. Le département du Trésor inflige des amendes et les présidents font des déclarations rituelles. Les gens esquivent les restrictions de voyage. C’est une affaire au ralenti. Les militants pro-Cuba distraits peuvent perdre la trace des détails du harcèlement. Ici, ils reçoivent un cours de remise à niveau, pour la motivation vers l’action. Il met l’accent sur les effets du blocus sur la vie des gens.

Au début

La vulnérabilité de Cuba est principalement le résultat des politiques américaines visant à « refuser de l’argent et des approvisionnements à Cuba… pour provoquer la faim, le désespoir et le renversement du gouvernement ». Les mots sont ceux d’un mémorandum du département d’État du 6 avril 1960.

Le flux d’argent vers Cuba – prêts internationaux et revenus d’exportation – a longtemps été faible. Les banques internationales, les institutions financières et les sociétés manipulant des dollars au nom de Cuba risquent de lourdes amendes du Département du Trésor américain. La législation américaine empêche Cuba d’importer les produits de sociétés multinationales ayant des succursales aux États-Unis – même de la nourriture et des fournitures médicales. Pendant près de 30 ans, les navires de pays tiers accostant à Cuba se sont vu interdire d’entrer dans un port américain pendant les six mois suivants. Depuis 2019, le gouvernement américain sanctionne les navires vénézuéliens transportant du pétrole vers Cuba.

Le gouvernement américain harcèle l’industrie du tourisme de Cuba, la source de la plupart des devises étrangères de Cuba. Des restrictions, plus ou moins réglementées, s’appliquent aux déplacements des citoyens américains vers l’île. Pourquoi? Ils y dépenseraient de l’argent. Pour décourager les investisseurs potentiels, la législation américaine permet aux héritiers de propriétés nationalisées à Cuba d’intenter une action en justice devant les tribunaux américains contre les investisseurs qui font usage de ces propriétés.

Le commerce de Cuba avec les États-Unis est nul depuis 60 ans, à l’exception des exportations agricoles cubaines fortement réglementées. Le voisin du nord était et pourrait toujours être le partenaire commercial le plus pratique de Cuba.

Les gens souffrent

Le blocus américain constitue le principal obstacle à la production industrielle et au développement économique global de Cuba. Les nations du bloc soviétique fournissaient autrefois des secours. Depuis lors, les restrictions imposées aux importations ont provoqué des pénuries de matières premières, de pièces de rechange, de biens de consommation, de nouveaux outils et machines et de réactifs pour la fabrication de médicaments et de vaccins.

Le blocus a récemment compliqué des vies déjà assiégées par la pandémie de Covid-19 et une récession économique de 11 % résultant de la pandémie.

Un rapport de l’Associated Press du 22 juin met en lumière le manque de nouveaux logements et les obstacles à la réparation des maisons. En 2019, 44 000 logements ont été construits, en 2000, 32 000 logements, et en 2021, 18 000. Les matériaux de construction se font rares. Les ouragans et la pandémie ont aggravé la situation.

Les Cubains âgés ont connu l’isolement et le manque de ravitaillement pendant la pandémie. Pendant deux ans, ils ont connu des services culturels et de soutien affaiblis et des options de logement réduites. Les pénuries de carburant à la fin de 2021 ont entraîné une diminution des trajets en bus à La Havane. Les temps d’attente étaient encore plus longs. Les pharmacies en 2020 ne disposaient que de 35% de leur stock normal.

Ces derniers temps, les taux de mortalité infantile à Cuba correspondaient aux taux favorables des pays bien nantis et étaient inférieurs aux taux américains. Étonnamment, le taux de mortalité infantile à Cuba en 2021 était de 7,6 décès infantiles pour 1000 naissances, contre 4,9 en 2000 et 5,0 en 2019. mères en 2000 et 37,4 en 2019.

Les augmentations découlent de la mortalité par infection à Covid-19 ajoutée aux décès en période non-Covid. Les experts disent que les décès d’enfants et de mères peuvent refléter des facteurs sociaux – le faible niveau d’instruction des mères, un accès réduit aux soins de santé et à d’autres services, et une mauvaise nutrition. Par conséquent, le blocus américain, qui affecte le bien-être social, a peut-être aussi fait des ravages dans ce domaine.

L’approvisionnement alimentaire de Cuba est instable avec une production alimentaire réduite, une distribution inefficace, une commercialisation basée sur les niveaux de revenu et des variations de qualité. À un coût annuel de 2 milliards de dollars, le gouvernement cubain doit encore importer 60 à 70 % de la nourriture consommée à Cuba.

Les niveaux de production restent faibles malgré les réformes introduites après 2008, parmi lesquelles : la répartition des terres, les allocations pour l’utilisation permanente des terres par les agriculteurs, les réformes de la commercialisation, l’aide gouvernementale aux agriculteurs individuels et aux coopératives agricoles, les nouveaux systèmes de distribution, la prise de décision locale sur l’aide et les politiques, et des méthodes écologiquement durables.

Le blocus économique américain n’est pas responsable des carences des sols, de l’inaction des autorités, des conditions de sécheresse, de la prolifération de plantes envahissantes et de l’attrait de la vie urbaine pour les jeunes ruraux. Les effets du blocus se manifestent dans l’accès réduit des agriculteurs au crédit et le manque de fonds pour les engrais, les semences, les animaux reproducteurs, les pièces de rechange, les nouveaux équipements et le carburant.

L’inflation domine maintenant à Cuba. Les prix, en hausse depuis deux ans, sont en hausse aujourd’hui de 70 % et plus. L’accès aux biens essentiels est compromis. La frustration face aux prix élevés et aux pénuries a contribué à déclencher des manifestations à l’échelle de l’île le 11 juillet 2021 et a contribué à une émigration record.

Le blocus américain a ouvert la voie à l’inflation. Après avoir perdu son partenariat commercial avec le bloc soviétique, disparu en 1991, Cuba est en difficulté. Le blocus a bloqué l’accès aux prêts internationaux et a interféré avec les revenus tirés des exportations, ce dernier effet découlant des restrictions à l’exportation. Par conséquent, les fonds ont manqué pour importer des produits essentiels et pour développer l’économie.

Cuba avait désespérément besoin de devises étrangères et a donc amené des touristes sur l’île pour dépenser de l’argent qui se retrouverait avec le gouvernement. À partir de 1993, leur argent a été capté via une nouvelle monnaie appelée le peso convertible cubain (CUC). Les touristes ont cédé leurs propres devises en échange des CUC.

Les Cubains, pas tous, ont acquis des CUC et ont pu acheter des biens et des dollars indisponibles pour les Cubains sans CUC. Des inégalités sont apparues. En réponse, le gouvernement a progressivement retiré les CUC de la circulation, à partir de janvier 2021. Anticipant les difficultés, il a augmenté les salaires et les pensions payables en « peso national » cubain.

L’argent frais en circulation stimule l’inflation, surtout lorsque les biens à vendre sont rares, comme à Cuba. La monnaie nationale a perdu de sa valeur. Les touristes, exclus pendant la pandémie, sont revenus fin 2021. Leur argent, en circulation, a ajouté aux pressions inflationnistes. Les CUC qui jouaient un rôle de premier plan dans l’économie informelle de Cuba, et qui circulent toujours, ont fait de même. Le rôle des CUC suggère la contribution indirecte du blocus à l’inflation.

Persévérant

Les défenseurs de Cuba inquiets de la diminution de l’engagement du gouvernement cubain à améliorer la vie des gens pourraient avoir besoin d’être rassurés. À noter :

* Le président cubain Miguel Díaz-Canel Bermúdez s’est adressé le 21 juin à une réunion qui a élevé le rôle du travail social. La discussion a porté sur les mères vivant en ville en « situation de vulnérabilité ».

* Des programmes de soutien sont en place pour les Cubains âgés en situation d’isolement, par exemple, le projet d’assistance téléphonique « Accompagne-moi (Acompáñame) » et le Programme national d’attention intégrale aux personnes âgées.

* En 2021, 423 projets dits de développement local ont promu la production alimentaire, les petits lieux de travail et le tourisme ainsi que des programmes socioculturels, environnementaux et de recherche.

* Le gouvernement promeut son programme connu sous le nom de « micro, petites et moyennes [size] entreprises.” Ces entreprises, pour la plupart privées, au nombre de 1 188 l’année dernière, produisent des produits alimentaires, des matériaux de construction, des meubles, des produits textiles, des chaussures, des produits de nettoyage, des accessoires informatiques, des services de recyclage, etc.

* En avril 2021, le gouvernement a approuvé 43 mesures visant à accroître la production agricole et la disponibilité alimentaire. Les résultats sont loin d’être idéaux, note un observateur.

* Le Premier ministre Manuel Marrero Cruz s’est rendu le 24 juin dans un quartier de Cardenas pour évaluer les progrès accomplis dans “l’amélioration des routes, de l’approvisionnement en eau, de la construction de logements et du travail social”.

Que faire

La résistance au blocus américain à l’intérieur des États-Unis est constante depuis des décennies, mais en vain. Grâce à la loi Helms-Burton de 1996, l’obstacle oblige maintenant le Congrès à agir. Pour que cela se produise, des masses de gens doivent se lever ensemble et peser.

Mais cela n’arrivera pas, semble-t-il, tant que les militants continueront à considérer le blocus comme un problème isolé. Ce qu’il faut, c’est une action collective sur de nombreuses questions pour changer la direction du gouvernement américain lui-même. Le terrain d’entente serait la justice et une vie décente pour tous les peuples du monde, y compris les Cubains.

Il faudrait également une nouvelle compréhension du fait que l’assaut américain contre Cuba se produit dans le cadre du projet américain plus vaste de capitalisme mondial et de domination impérialiste. La grande mobilisation pour mettre fin au blocus ferait partie d’une mission plus large visant à démanteler ce projet américain. Les nations opprimées et pillées seraient sauvées, Cuba parmi elles.

Un ajustement : les progressistes américains devraient rejeter ce vieux dicton selon lequel “la politique s’arrête au bord de l’eau”. Cela envoie le message que la solidarité et la lutte pour les peuples opprimés à l’étranger n’ont pas d’importance. Ce n’est pas vrai.

Ces suggestions ne porteront en aucun cas leurs fruits à temps pour mettre bientôt fin au blocus. L’espoir et la lutte resteront. L’opinion publique américaine est favorable à la fin du blocus. Aux États-Unis, les gens qui combattent actuellement le blocus sont expérimentés et veulent élargir le mouvement. Peut-être que le chaos qui accompagne les échecs du capitalisme, les nouvelles guerres et les divisions internationales détournera le gouvernement américain de s’occuper de Cuba. Peut-être que la solidarité internationale avec Cuba continuera de croître. Cuba révolutionnaire, avec son unité et son leadership efficace, est connue pour surmonter les défis.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/07/07/crisis-in-cuba-requires-end-of-us-blockade-now/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire