La crise climatique met en lumière les mauvais traitements infligés aux travailleurs migrants du Canada

0
68

Les travailleurs agricoles migrants de la Colombie-Britannique (C.-B.) sont pris au milieu d’un affrontement dévastateur entre une crise d’inondations provoquée par le changement climatique et un système de main-d’œuvre hautement exploiteur.

Le week-end du 13 novembre, certaines parties du sud de la Colombie-Britannique ont connu un mois de pluie en moins de deux jours. Les conditions météorologiques extrêmes ont déclenché des coulées de boue meurtrières qui ont détruit des sections d’autoroutes très fréquentées, forçant des communautés entières à évacuer. De nouveaux avertissements d’inondation et des évacuations sont ordonnés alors que la province se prépare à une autre tempête cette semaine.

Le déluge créé par les précipitations record a emporté des infrastructures vitales. Les inondations ont coupé Vancouver du reste du Canada et ont submergé des routes et des voies ferrées clés. Les observateurs notent que l’intensité et le volume des précipitations sont encore un autre signe incontestable du changement climatique.

Les pluies torrentielles ont été dévastatrices et leurs effets aggravés par l’arrivée des inondations, dans la foulée des incendies de forêt dévastateurs et des vagues de chaleur que la région a connues l’été dernier. Ces catastrophes climatiques ont été particulièrement perturbatrices pour les travailleurs agricoles migrants de la Colombie-Britannique. Faute d’avantages sociaux et privés de la seule catégorie de travail à laquelle ils ont droit, les travailleurs agricoles migrants sont coincés entre le marteau et l’enclume.

Le 15 novembre, Byron Cruz, un militant de Sanctuary Health, a commencé à entendre des ouvriers agricoles migrants à Abbotsford. Les agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) leur avaient ordonné d’évacuer vers Chilliwack, une ville voisine. Parler à jacobin, Cruz dit qu'”il y avait beaucoup de problèmes parce que l’employeur n’était pas là lorsque la GRC s’est présentée aux maisons des travailleurs”. La barrière de la langue entre les policiers et les travailleurs migrants a également créé de la confusion.

Après coordination avec les bureaux du consulat local et les employeurs, certains des travailleurs ont finalement pu se réfugier dans des abris et d’autres ont été transférés dans différentes fermes. « La situation à l’époque pour certains travailleurs était plutôt effrayante », dit Cruz. « Certains d’entre eux n’ont pas pu obtenir leur passeport à temps.

De nombreux logements d’ouvriers et les biens qui s’y trouvaient ont été complètement submergés par les inondations. Le gouvernement provincial a placé environ deux cents travailleurs dans des refuges; Les résidents de Chilliwack ont ​​ouvert leurs maisons à ceux qui ne pouvaient pas trouver un logement sûr. Les travailleurs des refuges improvisés comptaient sur des dons pour se nourrir, en coordination avec des organisations caritatives et à but non lucratif locales.

Pendant ce temps, d’autres travailleurs ont été laissés dans des fermes dans des endroits où aucun ordre d’évacuation n’a été émis, mais où les conditions météorologiques extrêmes ont encore inondé certains logements. Cela a forcé des groupes plus importants de travailleurs à se rassembler dans des logements déjà surpeuplés.

Des dizaines de travailleurs – qui gagnent généralement le salaire minimum de la Colombie-Britannique de 15,20 $ l’heure, moins les déductions, ou parfois même moins s’ils sont payés à la pièce – se sont rendu compte qu’ils n’étaient pas payés par leur employeur pour les jours où ils ont travaillé avant les inondations, ou pendant l’arrêt de travail. « Dans certaines situations, ils ne reçoivent aucune information », explique Cruz. « L’employeur ne s’est pas présenté au refuge pour leur faire savoir ce qui se passe.

Avec certaines fermes totalement sous-marines, les systèmes informatiques utilisés pour traiter les paiements ont été perdus, explique Cruz. Certains des contrats des travailleurs stipulent qu’ils doivent être payés pour un nombre minimum d’heures, mais d’autres n’ont même pas cette garantie de base.

Cruz dit que le ministère provincial du Travail a déclaré que les employeurs doivent honorer les contrats, mais on ne sait pas si le ministère a l’intention, ou même la capacité, de faire respecter ces obligations à court terme. De nombreuses familles de travailleurs dépendent des chèques de paie, qui sont généralement renvoyés dans leur pays d’origine.

Malgré leurs cotisations à l’assurance-emploi, plusieurs travailleurs n’ont pas pu accéder aux fonds auxquels ils devraient avoir droit. C’est l’un des nombreux aspects profondément injustes d’un système hautement exploiteur. Les visas des travailleurs agricoles migrants sont généralement liés à un employeur, mais, dans des circonstances ordinaires, seuls les migrants titulaires d’un permis de travail ouvert peuvent accéder à l’assurance-emploi (AE), explique Cruz.

Le ministère de l’Emploi et du Développement social traite les demandes au cas par cas, explique Cruz. Alors que certains employeurs aident les travailleurs ayant des permis fermés à présenter une demande, de nombreux travailleurs ne savent pas encore s’ils ont travaillé le nombre minimum d’heures nécessaires pour être éligibles à l’allocation. Ce qui manque, observe Cruz, c’est un système en place pour soutenir les travailleurs en cas de catastrophes telles que celles qui se déroulent actuellement.

La majorité des travailleurs agricoles migrants sont employés dans le cadre du Programme des travailleurs agricoles saisonniers (SAWP). Le programme fournit des visas temporaires aux ouvriers agricoles du Mexique et des pays des Caraïbes. Harsha Walia, avocate et écrivaine pour la justice pour les migrants, explique que le programme est profondément abusif par conception :

C’est censé être un vivier de main-d’œuvre bon marché, légale mais constamment expulsable, qui travaille souvent pour un salaire inférieur au salaire minimum, qui est dans des conditions de travail incroyablement dangereuses, qui est soumise à l’exploitation au travail, aux longues heures, aux conditions exiguës, au vol de salaire , et plus.

Le programme remonte à 1966, lorsque le gouvernement fédéral a lancé un projet pilote avec la Jamaïque pour permettre à 264 travailleurs de venir temporairement au Canada pour récolter du tabac en Ontario. Son objectif était de donner à la classe capitaliste du pays l’accès à des travailleurs prêts à travailler pour le salaire minimum dans des conditions exténuantes.

Les propriétaires agricoles ont également profité du fait que de nombreux codes du travail provinciaux excluaient explicitement les travailleurs agricoles de la syndicalisation. Lorsque le gouvernement canadien a établi le PTAS en 1966, cette disposition a servi de « forme de protection contre les incursions de travailleurs communistes ».

Les premiers jours du programme ont mis en évidence une contradiction entre le racisme explicite du gouvernement canadien et la dépendance de l’industrie agricole canadienne à l’égard de l’exploitation des travailleurs noirs et bruns. Un mémo de 1966 du sous-ministre adjoint de l’Immigration déclarait : « L’un des facteurs politiques était une inquiétude quant à la sagesse à long terme d’une augmentation substantielle de l’immigration noire au Canada.

En fin de compte, les besoins de capitaux ont prévalu, et aujourd’hui, les propriétaires agricoles du Canada emploient entre cinquante mille et soixante mille travailleurs agricoles migrants de douze pays chaque année. Le récent chaos dans le sud de la Colombie-Britannique est un exemple de travailleurs agricoles, déjà exploités par leurs employeurs, qui souffrent le plus des effets du changement climatique créés en grande partie par les membres de la même classe capitaliste qui les emploie.

D’après Walia :

[The workers’] la précarité est complètement exacerbée dans cette urgence climatique, car non seulement ils sont déplacés, mais en plus ils ne sont souvent pas en mesure d’accéder aux mêmes services de l’État en raison de leur statut d’immigration précaire.

Au moment des inondations, note Walia, le gouvernement du Nouveau Parti démocratique de la Colombie-Britannique a alloué des ressources à une invasion policière de style militaire du territoire Wet’suwet’en dans le nord, où les défenseurs des terres autochtones s’opposent à la construction d’un gazoduc liquéfié. Cette infrastructure transportera les combustibles fossiles qui alimentent le réchauffement planétaire et les événements météorologiques extrêmes de la province, y compris les fortes pluies qui ont entraîné les récentes inondations.

Comme cela est bien documenté, les impacts de la crise climatique affectent de manière disproportionnée les pays du Sud. Au cours des dernières années, le changement climatique a contribué aux événements météorologiques extrêmes dans les pays des Caraïbes qui ont laissé des travailleurs migrants bloqués au Canada et ont désespérément besoin de programmes de soutien qui n’existent pas.

La récente vague d’inondations n’était que le dernier événement météorologique extrême alimenté par la crise climatique. Comme ceux qui ont précédé, cela a rendu la vie encore plus difficile pour les travailleurs migrants de la Colombie-Britannique. L’été dernier, la province a connu une vague de chaleur record qui a fait des centaines de morts et brûlé un village entier.

Cruz dit que de toutes les fermes qu’il a visitées pendant l’été, seules deux avaient un système de refroidissement. Les propriétaires de ferme n’ont pas pris la peine de vérifier les travailleurs pour s’assurer qu’ils étaient suffisamment hydratés. Certains travailleurs se sont évanouis au travail.

Les événements météorologiques extrêmes exacerbent également les inégalités existantes qui étaient déjà amplifiées par la pandémie. Avec moins de travailleurs admis au Canada en raison de préoccupations concernant COVID-19 l’année dernière, ceux qui ont été autorisés à entrer ont été contraints d’entreprendre des charges de travail excessives pour éviter les perturbations de la chaîne d’approvisionnement.

Le ministère du Travail de l’Ontario a récemment inculpé une ferme où une épidémie de COVID-19 a infecté deux cents travailleurs migrants pour vingt infractions à la santé et à la sécurité. Le gouvernement provincial a également ordonné à la ferme de payer des dommages-intérêts à un travailleur qui a été licencié pour avoir parlé aux médias des conditions de vie surpeuplées sur le lieu de travail.

Les assurances du gouvernement fédéral selon lesquelles les logements des travailleurs doivent être « adéquates, convenables et abordables » ont peu fait pour garantir des conditions de sécurité aux travailleurs agricoles, en particulier pendant la pandémie. Les ouvriers agricoles ont longtemps été contraints de vivre dans des locaux exigus, à proximité de fosses septiques nauséabondes, de câblages électriques cassés, de systèmes de chauffage inaccessibles, d’infestations de parasites, d’installations de stockage de nourriture inadéquates et d’un manque d’accès à l’eau potable.

Malgré quelques brefs succès, la syndicalisation à long terme des travailleurs agricoles migrants est pratiquement impossible. C’est en grande partie parce que les employeurs peuvent mettre sur liste noire ou simplement choisir de ne pas réembaucher des travailleurs prosyndicaux pour les saisons à venir. Certains propriétaires de ferme utilisent également des tactiques de division pour régner qui opposent les travailleurs de différentes nationalités les uns contre les autres.

Chris Ramsaroop, un organisateur de Justicia pour les travailleurs migrants, raconte jacobin comment « les employeurs exercent un contrôle sur la vie des travailleurs migrants, tant ici au Canada que dans leur pays d’origine ». Nous devons, ajoute Ramsaroop, comprendre le rôle que joue la main-d’œuvre migrante dans le Nord global pour faciliter la « domination impériale agricole ». Il note que le résultat final de l’exploitation de la main-d’œuvre des migrants canadiens est principalement de produire de la nourriture pour l’exportation, et non pour les communautés locales.

Cruz dit avoir rencontré des travailleurs dans la soixantaine qui viennent au Canada depuis près de quarante ans pour des périodes de trois à six mois. Ils n’ont aucun moyen réaliste de demander la résidence permanente. Le gouvernement fédéral a récemment introduit un programme promettant une voie vers la résidence permanente pour quatre-vingt-dix mille travailleurs « essentiels ». Cependant, la majorité de ces places étaient réservées aux diplômés universitaires et aux travailleurs de la santé, ne laissant que trente mille places pour d’autres « professions essentielles sélectionnées ».

Les militants notent que le programme offre peu aux travailleurs agricoles qui sont piégés dans une boucle précaire de départ et de retour chaque saison. L’architecture du programme rend impossible pour beaucoup de rester dans le pays assez longtemps pour devenir éligibles aux voies de naturalisation.

Les défenseurs des droits des migrants demandent depuis longtemps que les travailleurs obtiennent la résidence permanente ou la citoyenneté à leur arrivée. Les « voies » vers le statut ne sont pas une panacée, explique Walia. Les travailleurs doivent accumuler un certain nombre d’heures pour devenir éligibles, ce qui fournit aux patrons un autre outil d’exploitation. D’après Walia :

Si un travailleur n’est qu’à cinq mois d’atteindre sa note pour devenir éligible au cheminement vers la citoyenneté, soudainement la demande des employeurs peut augmenter parce qu’ils savent que le travailleur va juste faire tout ce qu’il peut pour s’engager sur ce chemin.

Les luttes récentes auxquelles sont confrontés les travailleurs migrants au milieu des inondations ont fait l’objet d’une certaine attention dans les médias. Ramsaroop, cependant, s’empresse de souligner que le récit médiatique dominant se concentrait massivement sur les difficultés auxquelles les propriétaires agricoles étaient confrontés. Il y a eu, dit-il, un « effacement total des voix des travailleurs et des luttes de la classe ouvrière ».

Les dangers auxquels sont confrontés les travailleurs agricoles migrants pendant les inondations, selon Ramsaroop, soulignent l’urgence avec laquelle les gouvernements fédéral et provinciaux doivent s’engager à mettre en œuvre des changements qui répondent aux problèmes fondamentaux auxquels sont confrontés les travailleurs agricoles. Celles-ci devraient inclure l’octroi du statut de travailleurs migrants à leur arrivée, un accès complet à l’assurance-emploi pour tous les travailleurs et des permis de travail ouverts immédiats. Des réformes au coup par coup, insiste Ramsaroop, ne suffiront pas.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici