La crise du gaz en Australie prouve qu’il est temps de renationaliser l’énergie

0
189

Dans la majeure partie de l’Australie, les factures d’énergie ont augmenté rapidement en raison de la flambée mondiale des prix du charbon et du gaz. Les causes à court terme sont évidentes : l’invasion russe de l’Ukraine et les sanctions qui ont suivi contre la Russie ont réduit l’offre mondiale de charbon et de gaz. En outre, environ un quart des centrales électriques au charbon inefficaces et obsolètes d’Australie se sont déconnectées en raison d’entretiens et de pannes imprévus. En plus des pics de demande de chauffage dus au temps froid, il en résulte une flambée des prix de l’énergie.

Pour atténuer la pression, l’opérateur australien du marché de l’énergie (AEMO) est intervenu pour imposer des plafonds de prix dans le Queensland, l’Australie du Sud, la Nouvelle-Galles du Sud et Victoria. Le seul problème est que les grandes compagnies de gaz et de charbon ont décidé qu’elles n’étaient pas intéressées à porter un coup à leurs bénéfices pour approvisionner les consommateurs nationaux. Ils ont retiré l’approvisionnement du marché, menaçant des pannes dans les États de l’est de l’Australie.

Cette décision a contraint l’AEMO à suspendre le marché national de l’électricité dans son intégralité, imposant à la place un système dans lequel l’opérateur du marché fixe des prix fixes et peut demander aux entreprises énergétiques de fournir l’approvisionnement. C’est la preuve évidente que la production et la distribution d’énergie privées ont échoué – et cela rend le cas de la propriété publique évident et urgent.

L’Australie est l’un des trois premiers exportateurs mondiaux de charbon et de gaz naturel. Compte tenu de cela, l’idée que la nation est confrontée à une «pénurie de gaz» est absurde. C’est précisément parce que la majeure partie du gaz australien est exportée que nous sommes confrontés à cette crise.

Pendant des décennies, les gouvernements libéral et travailliste ont conclu des accords encourageant la vente de gaz à l’étranger par des fournisseurs privés comme Santos, qui gère l’usine Gladstone LNG dans le Queensland. Grâce à la hausse du prix mondial du gaz, ces entreprises ont réalisé d’énormes profits. Mais cela a également exposé les marchés gaziers australiens à la volatilité des prix mondiaux du gaz, affectant particulièrement les États de l’Est. En fin de compte, ce sont les Australiens ordinaires qui paient le prix des surprofits des compagnies gazières.

Le PDG de Santos, Kevin Gallagher, insiste sur le fait que l’industrie ne peut pas “faire apparaître du gaz comme par magie”. Pourtant, Santos n’a eu aucun problème à exporter 23,28 millions de tonnes de gaz l’an dernier. En effet, la production globale de gaz a massivement augmenté sous les gouvernements de coalition précédents, tandis que la consommation intérieure de gaz n’a augmenté que légèrement. Parce que les compagnies gazières australiennes exportent environ 80% du gaz qu’elles produisent à l’étranger, l’augmentation de la production a stimulé les bénéfices mais n’a pas fait grand-chose pour empêcher la crise actuelle.

C’est pourquoi nous ne sommes pas confrontés à un problème d’approvisionnement ; nous sommes confrontés à un problème de profit. Les entreprises énergétiques privées n’ont aucun intérêt à répondre aux besoins énergétiques de la population locale si ce n’est pas suffisamment rentable.

Chris Bowen, ministre fédéral travailliste chargé du changement climatique et de l’énergie, a récemment convoqué une réunion des ministres de l’énergie des États. Ils ont convenu d’étudier la possibilité de donner à l’AEMO le pouvoir d’acheter et de stocker du gaz, à utiliser en temps de crise. Il y a du mérite à cette proposition. L’Australie-Occidentale, qui a réussi à éviter la crise jusqu’à présent, a une politique de réserve intérieure qui garantit que 15 % de tout le gaz produit dans le pays est réservé à l’usage domestique. Lorsque l’explosion de gaz de l’île de Varanus a décimé l’approvisionnement en gaz de l’Australie-Occidentale en 2008, ces réserves nationales ont permis à l’approvisionnement national en gaz de l’État de se poursuivre. Et contrairement à la plupart des États de l’Est, l’Australie-Occidentale est entièrement propriétaire de son système d’approvisionnement en électricité.

Cependant, ce n’est pas une solution à court terme à la flambée des prix actuelle, comme l’a reconnu Bowen. Il a cependant tort de prétendre qu'”il n’y a pas de solution facile cette année”. Il y a beaucoup de choses que le gouvernement pourrait faire pour atténuer la crise. Pour commencer, le gouvernement pourrait suivre le Premier ministre britannique Boris Johnson et introduire un impôt sur les bénéfices exceptionnels pour les sociétés énergétiques. Le raisonnement est simple : si les compagnies gazières réalisent d’énormes profits à court terme grâce à la guerre en Ukraine, alors ces profits supplémentaires devraient être partagés. Les gens ordinaires ne devraient pas rester figés dans le froid pendant que les producteurs de gaz réalisent des gains exceptionnels.

L’utilisation des impôts pour redistribuer ces bénéfices pourrait aider les gens à payer leurs factures d’énergie coûteuses et à atténuer les pressions du coût de la vie. Malheureusement, Chris Bowen a récemment déclaré à l’Australian Broadcasting Corporation que le gouvernement d’Anthony Albanese avait décidé d’exclure un impôt sur les bénéfices exceptionnels. Ce n’est pourtant pas inattendu. Comme la Coalition, le Parti travailliste australien est dans la poche de l’industrie pétrolière et gazière – l’année dernière, les entreprises de combustibles fossiles ont fait don de 392 354 $ au parti travailliste.

La leçon supplémentaire de la crise actuelle devrait être claire : le marché national australien de l’électricité a été un désastre absolu pour les gens ordinaires. Les vagues de privatisation qui ont commencé dans les années 1990 ont entraîné une hausse des prix, un accès moins fiable à l’électricité et une moins bonne efficacité. Comme l’a souligné le secrétaire national par intérim de l’Electrical Trades Union, Michael Wright, “le système de réglementation actuel nous fait défaut pendant les bons moments, avec des profits effrénés et des prix abusifs, et nous fait défaut quand les temps vont mal”.

Le charbon et le gaz privés n’ont jamais été bons que pour les grandes entreprises qui tirent d’énormes profits des services publics.


Les problèmes du marché national australien de l’électricité doivent être résolus à la base. Le gouvernement devrait le supprimer, nationaliser les compagnies gazières et nationaliser les monopoles de distribution d’énergie. Les pénuries et les flambées de prix auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui ne se produiraient tout simplement pas si les États de l’Est n’avaient pas privatisé leurs réseaux électriques dans les années 1990 et au début des années 2000. En outre, les biens essentiels tels que l’eau, le gaz et l’électricité doivent appartenir à l’État et être exploités dans le but de répondre aux besoins fondamentaux de la population.

Le coût de la renationalisation de l’industrie de l’énergie n’est guère un problème. L’achat d’un actif rentable signifie qu’il finira par s’autofinancer. Le seul coût réel serait donc les intérêts payés sur la dette pour l’acheter, un fait que même les critiques de la nationalisation sont prêts à reconnaître. Et étant donné que les subventions aux combustibles fossiles ont déjà coûté au gouvernement la somme absurde de 11,6 milliards de dollars l’année dernière, ce n’est pas comme si les gouvernements n’étaient pas disposés à dépenser beaucoup pour maintenir l’industrie à flot.

Cependant, il y a une raison beaucoup plus importante pour nationaliser le secteur de l’électricité : cela ouvre la possibilité au gouvernement de planifier une transition vers les énergies renouvelables. Retirer les entreprises privées à but lucratif du tableau libérerait les milliards de dollars qu’elles reçoivent du gouvernement en subventions. Si vous ajoutez les revenus existants des combustibles fossiles, qui sont actuellement privatisés, cela mettrait à disposition un pool de financement considérable pour alimenter une transition juste vers les énergies renouvelables.

Bien qu’à court terme, nous soyons toujours dépendants de l’industrie du gaz destructrice pour l’environnement, à long terme, elle doit être éliminée. Comme l’a souligné Matt Bruenig du People’s Policy Project, ce sont exactement des industries comme celles-ci qui devraient être détenues et gérées par l’État. Le marché privé a déjà montré qu’il ne peut pas nous conduire vers la décarbonation — et maintenant, il ne peut même plus garantir un approvisionnement fiable. Il est temps de renationaliser l’énergie.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire