La démocratie salvadorienne a été durement gagnée. Maintenant, le président Nayib Bukele le menace.

0
276

ND

Pourquoi nous, Salvadoriens, nous sommes-nous affrontés, en tant qu’enfants d’une même nation ? Les causes ont une origine structurelle, accumulées sur deux siècles — pour donner un point de départ, notamment depuis l’année 1932, un jalon historique qui a culminé par une insurrection populaire qui a été réprimée par la dictature qui a régné pendant soixante ans. Cette insurrection a échoué, mais parce qu’elle a été écrasée militairement dans un massacre de plus de trente-deux mille paysans indigènes.

C’était une période de vagabondage; il n’y avait pas de travail. Il y a eu une dépression mondiale qui a eu un impact national. Il y avait exclusion et marginalisation. La richesse était concentrée dans le pays, entre quelques mains. L’oligarchie a cherché à maintenir son pouvoir.

Dix ans ont passé. Une grève de 1944, le les bras baissés grève, a fait tomber le dictateur, mais les formes dictatoriales de domination sont restées. Il y a eu des efforts pour légaliser la gauche dans les années 1960, mais ils ont échoué.

Le contexte international a également eu une influence : la révolution cubaine, les processus de lutte armée en Colombie, etc. La gauche a commencé à repenser son chemin vers le pouvoir. Il ne s’agissait plus seulement d’une participation légale aux élections. Au lieu de cela, cela pourrait aussi être la voie de la lutte armée. Il y avait un grand débat au sein du Parti communiste, qui avait mené d’énormes luttes, tant judiciaires que clandestines. Tout le débat portait sur la construction d’un parti, la révolution, la stratégie et la tactique de la lutte.

En 1975, les cinq organisations qui formeront le FMLN cinq ans plus tard avaient été formées. Toute cette lutte était souterraine – c’était une guérilla. Mais il était plus axé sur l’autonomisation du développement de la lutte sociale et de l’organisation populaire parce que nous ne voulions vraiment pas de guerre – nous voulions une lutte sociale et politique. Nous avons combiné des formes de lutte.

L’épuisement de la lutte politique a été démontré par les fraudes électorales de 1972 et 1977. Les massacres ont commencé. Les gens se sont rassemblés autour de l’Union nationale de l’opposition, qui était une alliance entre les sociaux-démocrates, les démocrates-chrétiens et le visage légal du Parti communiste – c’était la forme que prenait la gauche. Les secteurs au pouvoir se sont mobilisés pour stopper cette avancée populaire ; à ce stade, ils ont formé des escadrons de la mort.

En 1977, ils ont perpétré un grand massacre pour imposer un autre dictateur qui avait massivement perdu les élections, le général Humberto Romero. Ensuite, ils ont établi un couvre-feu, la loi martiale. Tout le monde a condamné ce massacre, même Monseñor Óscar Romero, qui venait d’être nommé archevêque de San Salvador et que tout le monde croyait conservateur. Quelques jours plus tard, ils ont tué le père Rutilio Grande, qui est sur le point d’être béatifié.

À cette époque, le président Jimmy Carter gouvernait aux États-Unis. Carter a suspendu l’aide au Salvador en 1979 pour violation des droits de l’homme. Le 15 octobre, le dernier coup d’État militaire au Salvador a eu lieu, pour renverser le dictateur. Une junte civilo-militaire révolutionnaire a été proposée et de nombreux gauchistes sont entrés au gouvernement. Mais fin décembre, la gauche a commencé à démissionner de la junte. Les militaires traditionnels commencent à revenir.

La deuxième junte s’est alors engagée dans le génocide. Cette année [1980], le Comité révolutionnaire de coordination des masses (CRM) est fondé et, le 22 janvier, c’est réprimé, il y a un massacre. Quelques jours plus tard, le leader de la jeunesse chrétienne-démocrate est assassiné. Le 24 mars, ils tuent Saint Óscar Romero, qui était devenu non seulement la « voix des sans-voix » mais aussi un facilitateur de paix, car il avait la capacité de dialoguer avec divers secteurs et cherchait une solution politique à la grande confrontation qui venais.

Le 18 avril, le Front révolutionnaire démocratique (FDR) a été fondé, une alliance entre les sociaux-démocrates, les chrétiens-démocrates, le visage politique du Parti communiste, le MRC — une grande alliance, un large front contre la dictature. Au même moment, le processus d’unification du FMLN était en cours. À présent, il y a plus de dialogue entre les cinq organisations, qui se disputaient pour être à l’avant-garde du processus. Ils étaient convaincus qu’aucun groupe n’allait avoir de traction. Il fallait qu’il y ait unité entre les forces révolutionnaires.

Le 10 octobre, le Front Farabundo Martí est fondé. Immédiatement, il a formé une alliance avec le FDR, qui a proposé un programme de gouvernement révolutionnaire et a créé une commission diplomatique pour rechercher une solution politique au conflit.

Malheureusement, Ronald Reagan a remporté les élections aux États-Unis et il a rétabli l’aide militaire [to the right-wing Salvadoran government] immédiatement. L’oligarchie assassine alors la direction du FDR. Le climat de confrontation grandit.

Cela nous a amenés à entreprendre un vaste effort insurrectionnel le 10 janvier 1981. Bien qu’il y ait eu un débat sur la question de savoir s’il s’agirait d’une guerre populaire prolongée, nous étions avant tout des guerriers sociaux, convaincus que tout cela serait bientôt terminé. Mais nous nous sommes trompés, car l’empire s’est impliqué directement pour ne pas répéter ce qui s’est passé au Vietnam. Puisqu’ils considéraient la région d’Amérique centrale comme leur arrière-cour, ils se sont lancés à fond.

Le premier projet de contre-insurrection était d’écraser totalement l’insurrection. Mais cela ne s’est pas produit : nous avons reculé, nous nous sommes organisés, nous avons résisté et nous avons commencé à avancer. Alors quand beaucoup ont cru que le FMLN n’avait plus la capacité de rien, il a refait surface avec certaines actions.

C’est la communauté internationale qui, en août 1981, avec la Déclaration franco-mexicaine, reconnaît le FMLN comme une force représentative de la lutte populaire et légitime les causes qui ont provoqué la guerre civile : exclusion politique, marginalisation socio-économique, inégalités et intervention. Quatre différents projets de contre-insurrection américains ont échoué, bien qu’ils fournissaient une aide de 2 millions de dollars par jour à la fin de la guerre.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire