La diaspora ukrainienne a un rôle crucial à jouer – maintenant et à l’avenir

0
278

Alors que des millions de réfugiés d’Ukraine déchirée par la guerre affluer vers l’UE, la question de la diaspora ukrainienne – actuellement en croissance à un rythme record – a connu une explosion de pertinence politique. Des expatriés du monde entier ont manifesté leur soutien à leurs compatriotes et à leur patrie de manière à la fois stratégique et humanitaire, mais leur apport et leur assistance seront également essentiels à la reconstruction de l’Ukraine de demain.

L’importance d’une relation forte entre une diaspora active et son pays d’origine est bien documentée. Un échange sain permet aux deux parties de profiter d’opportunités et d’avantages économiques élargis. La Grèce offre un exemple archétypal de la façon dont une telle relation peut être conçue avec succès – et l’Arménie pour la preuve de ce qui peut arriver lorsqu’elle est négligée. Pour le peuple ukrainien, il y a plusieurs leçons à tirer de ces expériences qui seront cruciales pour la nation ukrainienne dans les années à venir.

La diaspora comme ressource nationale

La réponse de la diaspora à l’invasion brutale et non provoquée de la Russie a été rapide et généralisée. À Toronto, la plus grande ville du Canada et qui compte plus de 100 000 Canadiens d’origine ukrainienne, a vu une multitude d’initiatives communautaires visant à collecter des dons et à les envoyer aux personnes dans le besoin. Les professionnels de la technologie ukrainiens aux États-Unis ont travaillé pour accélérer la livraison de fournitures médicales et pour désactiver la désinformation du Kremlin. En Europe, les Ukrainiens sont fondamentaux dans faciliter la fuite de ceux qui fuient le carnage.

Bien que ces efforts soient plus visibles en période de conflit, une diaspora peut améliorer la fortune de son pays d’origine même en son absence à tout moment. Les envois de fonds en sont une grande partie, avec quelque 440 milliards de dollars renvoyés chez eux par des migrants du monde en développement en 2015. Transferts de fonds compte pour un énorme 37% du PIB au Tadjikistan, tandis que les chiffres sont tout aussi élevés au Népal (30%), en Haïti, au Libéria et aux Tonga (tous 25%).

Cependant, les avantages ne sont pas purement monétaires. L’importante population vietnamienne des États-Unis a contribué à rétablir les relations et à stimuler le commerce dans les années 1990, une génération seulement après la fin de la guerre qui a duré une décennie. Les migrants peuvent contribuer à stimuler les opportunités commerciales dans leur pays d’origine en améliorant la diffusion des connaissances au-delà des frontières. C’est observable dans les cercles universitaires également, où les inventeurs et les scientifiques font souvent référence à leurs compatriotes plutôt qu’à d’autres alternatives.

En outre, les pays en proie à la corruption, à l’autocratie et aux inégalités peuvent avantage unique du travail que font les militants de la diaspora à l’étranger pour sensibiliser, faire pression sur les agences internationales et orchestrer la résistance. Tous ces attributs pourraient devenir extrêmement précieux dans l’avenir imminent de l’Ukraine.

Arménie : en rupture avec sa propre diaspora

Ces avantages ne seront réalisés que s’il y a un engagement actif des deux côtés. Malheureusement, certains pays ayant une importante population d’outre-mer n’ont pas réussi à tirer parti de ce potentiel, soit en traçant un autre sillon politique, soit en négligeant complètement leurs expatriés.

Un cas illustratif à cet égard est celui de l’Arménie. Le pays compte une diaspora de jusqu’à 10 millions personnes, contre 3 millions vivant dans la patrie, ce qui signifie que presque le même nombre d’Arméniens vivent aux Etats-Unis comme en Arménie même. Cependant, le fossé entre les deux communautés s’est creusé ces dernières années. La corruption endémique et les liens pro-Kremlin persistants et profondément enracinés aux plus hauts niveaux du gouvernement ont aliéné ces Arméniens qui vivent dans les pays occidentaux démocratiques libéraux. De plus, un manque fondamental de confiance et un climat des affaires défavorable ont peu attiré les investissements de la diaspora dans les actifs locaux.

La faille n’a que élargi alors que les élites politiques et administratives actuelles d’Arménie regardent la diaspora avec une certaine hostilité compte tenu de sa réticence à se subordonner aux récits de l’État. D’un autre côté, la diaspora a récemment été particulièrement déçue par le style post-soviétique de gouvernance anti-démocratique de l’Arménie. JLa conséquence a été que la relation entre la patrie et la diaspora est devenue profondément fracturée et caractérisée par une suspicion mutuelle.

Il n’est donc pas surprenant que les opportunités de coopération mutuelle aient diminué, entraînant une diminution de l’influence de la diaspora en Arménie et des accusations selon lesquelles les Arméniens à l’étranger sont déconnectés des problèmes contemporains – une évolution dangereuse qui risque l’émergence de perspectives contrastées enracinées qui pourraient diviser de manière permanente le ‘ nation arménienne ».

Un jeune membre de la diaspora américano-arménienne à Los Angeles participe à une manifestation pour commémorer le génocide arménien de 1915.

Cependant, le danger inhérent à cela asymétrique Les relations entre la diaspora et l’Arménie ont été reconnues par l’ancien président Armen Sargsyan, qui a cherché à se passer de certaines des réglementations qui perpétuent l’écart entre les Arméniens à l’intérieur et à l’extérieur, telles que l’exigence de quatre ans de résidence ininterrompue en Arménie et l’interdiction de détenir double nationalité, pour la fonction publique. Selon Pour Sarkissian, “la sensibilisation pour attirer les talents en Arménie est finalement frustrée par des” réglementations absurdes et dénuées de sens “” telles que celles-ci.

Grèce : la diaspora à la rescousse

Parce que la constitution restrictive de l’Arménie construit un « mur de Berlin entre l’Arménie et la diaspora » – empêcher Erevan d’utiliser sa diaspora comme “notre ressource principale” – Sargsyan a demandé une réforme constitutionnelle pour permettre à l’Arménie de bénéficier de sa diaspora prospère, mais ces efforts ont été miné par la résistance interne du moment. Pourtant, les Arméniens devraient se sentir encouragés par le succès de la Grèce dans hiérarchiser le retour de leurs frères depuis que la crise financière a mis en péril la stabilité à long terme du pays.

Confrontée à une émigration sans précédent de Grecs jeunes et éduqués lors de la crise de 2008, Athènes en 2019 a cherché à créer « Des Ponts de la Connaissance et du Partenariat » pour cultiver les liens scientifiques et économiques entre les émigrés et la patrie. Il vise également à atteindre les Grecs qui ont quitté le pays il y a des générations, permettant ainsi « aux professionnels scientifiques et hautement qualifiés du pays vivant à l’étranger de jouer un rôle direct et actif dans la transformation de l’économie grecque », au « transfert de savoir-faire » et à l’engagement dans activités entrepreneuriales.

D’autres initiatives avec d’excellents résultats incluent l’introduction d’un vote pour l’expatriation et l’encouragement à maintenir la langue grecque en vie grâce à une plateforme en ligne gratuite outil d’apprentissage utilisé par 28 000 personnes dans 118 pays. La combinaison de ces politiques d’engagement a incité les expatriés à rentrer chez eux, transformant la redoutable « fuite des cerveaux » en un “gain de cerveau”. A cet égard, la Grèce emboîte le pas à l’Irlande dont Stratégie Diaspora 2020 reconnaît sa diaspora comme “l’une des plus grandes ressources de l’Irlande”.

Les leçons de l’Ukraine pour l’avenir

Les circonstances qui ont provoqué un exode massif de quelque 500 000 Grecs sont très différentes de celles qui frappent actuellement l’Ukraine. Étant donné que la création de la diaspora arménienne la plus lourde a été provoquée par le génocide de 1915 commis par les Turcs, cela pourrait en faire une étude de cas plus précise pour les Ukrainiens à observer à l’avenir, mais l’état actuel des relations avec la diaspora en Arménie seulement sert à souligner l’importance de tracer une voie différente.

La réponse positive immédiate de la diaspora ukrainienne est une intrigue secondaire inspirante dans un conte par ailleurs tragique. Face à une menace existentielle, ceux qui détiennent le pouvoir à Kiev doivent veiller à ce que cet engagement ne soit pas perdu. Les expériences différentes et les futurs perdus ou gagnés de l’Arménie et de la Grèce devraient inciter les Ukrainiens à l’étranger à intensifier leurs liens avec leur patrie, aussi transformée que puisse être la guerre actuelle.

Le faire maintenant les positionnera de manière appropriée pour exercer une influence positive dans les années à venir.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire