La dune socialiste ?

0
173

Depuis sa parution en 1965, Dune a été revendiqué à la fois par la droite et la gauche – mais ses critiques politiques et écologiques rendent son retour sur grand écran propice à une ère de crise capitaliste.


celui de Frank Herbert Dune a été propulsé au premier plan du discours populaire grâce à l’adaptation cinématographique de Denis Villeneuve. (Chia Bella James / Warner Bros Pictures)

celui de Frank Herbert Dune a été propulsé au premier plan du discours populaire grâce à l’adaptation à succès de Denis Villeneuve (et la poussée marketing associée). Malgré son statut de classique de la science-fiction américaine, Dune et la série qu’elle a commencée a reçu moins d’attention savante que des contemporains comme JRR Tolkien le Seigneur des Anneaux ou les travaux de Kurt Vonnegut, ce qui signifie qu’il y a moins de consensus d’experts pour guider les commentateurs, les experts et les gens ordinaires qui tentent de démêler le sens et la politique du roman, à son époque et à la nôtre.

La seule chose sur laquelle la plupart des érudits et des commentateurs semblent s’accorder est que « Dune est plus pertinent que jamais ». Peu de gens s’accordent, cependant, sur les aspects du texte qui sont pertinents aujourd’hui, à qui ou pourquoi. Certains ont décrié Dune comme un exemple des tropes les plus toxiques qui se cachent dans la science-fiction, qualifiant le roman de rêve fébrile orientaliste, d’hymne à l’eugénisme et de monument séduisant à l’esthétique fasciste ; d’autres regardent le même texte et voient une excoriation du culte des héros, un récit édifiant de rêves révolutionnaires trahis et un avertissement sur la souveraineté indigène subvertie par un charlatan charismatique.

Ces deux interprétations sont fondées sur des preuves textuelles claires, et une partie de l’attrait durable du roman réside dans sa capacité à inspirer des prises de vue aussi apparemment contradictoires. En effet, ce n’est pas en dépit de ces contradictions, mais à cause de ces contradictions que le roman a exercé une telle attraction sur l’imagination de gauche au fil des ans – et conserve ses utilisations pour la politique de gauche aujourd’hui.


C’est un piège

Herbert a dit à plusieurs reprises que DuneLe thème central de est les « dangers du super-héros ». Dans un morceau de ce nom, republié dans Tim O’Reilly’s Le Créateur de Dune, Herbert affirme que « l’étincelle originale » du roman était sa conviction que « les super-héros sont désastreux pour l’humanité » et un désir de dramatiser comment l’impulsion de création de mythes qui couronne un héros évoque inévitablement un système social toxique et totalitaire de « démagogues, fanatiques, artistes escrocs. . . [and] spectateurs innocents et pas si innocents.

Dune, puis, explore ce qui rend le héros suffisamment séduisant pour que les gens volontairement, voire avec ravissement, “renoncent à leurs facultés de jugement et de prise de décision”. Ce cadrage situe Dune aux côtés de projets comme « F-Scale » de Theodor Adorno, dans la grande tradition des théorisations d’après-guerre sur la subjectivité fasciste. Plutôt que de théoriser la séduction de l’imagination fasciste, le roman d’Herbert est destiné à fonctionner comme un piège, un mécanisme destiné à la fois à interpréter le chant des sirènes du culte des héros et à éloigner simultanément les lecteurs de cette expérience, exposant leurs propres désirs complices.

Le résultat est un texte dans lequel le récit de surface du fantasme du pouvoir impérial est véhiculé à travers de multiples points de vue, dont chacun sape et complique les autres. Le roman fournit de nombreux indices sur la façon dont les lecteurs sont censés aborder cette haie de perspectives. Un exemple est le conseil de Leto à un jeune Paul :

Savoir où se trouve le piège, c’est la première étape pour l’éviter. C’est comme un combat singulier, Fils, mais à plus grande échelle — une feinte dans une feinte dans une feinte. . . apparemment sans fin. La tâche est de le démêler.

Leto parle de politique dans le roman, mais son conseil s’applique à la politique de le roman aussi. Peu doit être pris pour argent comptant. Chaque élément du récit est destiné à provoquer des réactions chez le lecteur, à détourner son attention et à le préparer à la prochaine secousse déconcertante ou étrange.

Les éléments critiques du roman se retrouvent dans le cadrage et le sous-texte, dans le jeu de perspective, et surtout dans le ton sardonique qui imprègne le texte. Ici encore, le texte offre au lecteur attentif des instructions claires. Dans l’une des épigraphes encadrant le récit, Paul dit de sa propre performance en tant que « héros » :

La personne qui connaît la grandeur. . . doit avoir un sens aigu du sardonique. C’est ce qui le découple de la croyance en ses propres prétentions. Le sardonique est tout ce qui lui permet de se mouvoir en lui-même.

DuneLe ton austère et auto-déchirant est ce qui permet au roman de « se mouvoir en lui-même et en ses propres prétentions héroïques. Des dialogues guindés, des apartés caustiques et d’autres notes amères atténuent les éléments de l’intrigue ostensiblement épiques et passionnants, refondant le « voyage du héros » de Paul comme une descente vers l’autodestruction cynique, comme lorsque Paul se tourne vers son compagnon Stilgar, dans un moment de triomphe, pour trouver son ami est « devenu un adorateur », une simple « créature » ruinée par la propre ambition de Paul. En empoisonnant son festin d’esthétique fasciste, le roman s’efforce de nous rebuter le goût du bien.

Le premier lecteur et à certains égards le plus important à tomber dans ce piège fut John W. Campbell, rédacteur en chef de Analogique Science-fiction et réalité magazine, où la première version de Dune a été publié en série. Un aficionado notoire de psychique übermenschen, Campbell était enthousiasmé par ce « grand fil », et sa correspondance avec Herbert au sujet du manuscrit montre peu de conscience initiale de son traitement critique de ses thèmes préférés.

L’étreinte de Campbell a permis à l’ambitieux récit de voir le jour : Sans le Analogique publication, Herbert aurait eu encore plus de mal à vendre le texte comme un roman. Mais sa réaction a aussi montré la faiblesse de l’approche du livre. Alors que l’esthétique fasciste séduisante est à la surface, incontournable, les éléments critiques et étranges se sont avérés trop faciles à manquer, par Campbell et les générations de lecteurs qui l’ont suivi. Pire encore, ce mécanisme narratif risque fort de faire échouer ceux déjà ciblés par le recrutement fasciste : les jeunes et ceux qui sont mal desservis par nos systèmes éducatifs dévastés.

Pour tous les lecteurs, donner un sens à un récit composé de feintes dans les feintes, «apparemment sans fin», signifie que votre interprétation ultime est principalement fonction du niveau auquel vous choisissez d’arrêter de creuser. Des chercheurs comme David Higgins et Jordan Scott Carroll ont récemment montré que des lectures à la fois naïves et plus motivées centraient le spectacle fasciste dans Dune ont fait du roman une pierre de touche de la droite moderne ; en effet, comme l’ont fait valoir Daniel Immerwahr et Chris Dite, certaines de ces « mauvaises » lectures pourraient être plus proches des propres opinions d’Herbert que de nombreux fans aiment l’admettre.


Alors qu’est-ce qui est utile ?

La clé pour la gauche est donc de prêter plus d’attention aux questions que le texte soulève, plutôt qu’aux réponses entachées qu’il propose. Par exemple, comme mentionné, Dune nous donne une critique étendue de la mystique du héros. Il demande comment nous réévaluons le rôle des personnalités politiques emblématiques à la lumière du « mauvais héroïsme » de Paul et comment nous nous appuyons sur leur vision et leur charisme tout en évitant le destin de Stilgar ; comment, en fin de compte, nous restons des camarades de lutte, plutôt que des idoles et des adorateurs. (Le deuxième roman de la série, Messie des dunes, est utile ici, alors que les tendances autocratiques dans « l’héroïsme » de Paul et leurs sombres conséquences remontent à la surface.)

Pendant ce temps, comme Immerwahr l’a montré, la représentation de l’indigénéité par Herbert est au mieux contrariée. Le portrait du roman du «pouvoir du désert» des Fremen et de l’alphabétisation écologique qui le sous-tend est ancré dans le mode contre-culturel distinctement libertaire de la Californie du Nord au milieu des années 1960, mieux exprimé dans l’éthos de bricolage éclectique de Stewart Brand Catalogue de la Terre entière — qui présentait des matériaux allant des fournitures de colonisation aux livres sur la philosophie non occidentale comme « outils » avec lesquels le colon-colon hipster peut être le pionnier de sa propre communauté intentionnelle.

La célébration de la sagesse écologique dans le roman est toujours, en même temps, l’expansion du pouvoir du sujet impérial sur lui-même et son environnement – ​​ce que Higgins a appelé les fantasmes de « décolonisation psychique » – même si le roman sape de tels fantasmes en soutenant que de telles tentatives de contrôle échouent inévitablement.

Alors que nous cherchons des moyens d’éviter une catastrophe environnementale, agir en solidarité avec les communautés autochtones et honorer et apprendre de leurs connaissances traditionnelles sera la clé de notre survie. Comment, alors, pouvons-nous éviter les approches que le roman met en scène, qui s’approprient et instrumentalisent une telle sagesse, en l’armant comme moyen de pouvoir ?

Des questions similaires s’appliquent à la représentation des femmes dans le roman, qui, comme l’a soutenu Kara Kennedy, est complexe et parfois contradictoire. Lady Jessica est, pour la plupart des raisons pratiques, la co-protagoniste de la première moitié du roman, mais elle et le reste du mystérieux et puissant ordre Bene Gesserit sont finalement interprétés comme les antagonistes de Paul et sa cooptation de leurs capacités codées au féminin. pour ses propres objectifs masculins est au cœur de son ascension vers le super-héroïsme.

Faire de ces femmes les auteurs du programme d’élevage qui a produit les pouvoirs surhumains de Paul (et ceux du reste des personnages extraordinairement qualifiés des romans) signifie qu’elles finissent par succomber aux propres prédilections eugénistes d’Herbert.

Le Bene Gesserit et leurs pouvoirs sont pathologisés dans le récit d’une manière qui fait de leur honte et de leur répudiation un élément central du propre « voyage héroïque » de Paul – mais son appropriation de la « voie Bene Gesserit » nous aide également à réfléchir aux façons dont le capitalisme néolibéral et le l’économie des petits boulots exploite et marchandise le travail d’entretien et de soins le plus souvent effectué par les femmes.

Mon propre travail s’est concentré sur la façon dont Dunes la fétichisation de la formation et du potentiel humain anticipe la transformation par le néolibéralisme de l’être humain en capital humain, à gérer et à développer pour maximiser les retours sur investissement. Paul est l’un des premiers super-héros dont les pouvoirs reposent sur la spéculation et la préemption : plutôt que d’être incroyablement fort et puissant comme Superman, il utilise sa prescience et ses sens minutieusement entraînés pour investir le minimum de force aux points précis où il aura un effet maximum. Il est le héros en tant qu’arbitragiste, un guerrier à la manière de la « Révolution dans les affaires militaires » de Donald Rumsfeld.

La transformation de Paul en super-héros spéculatif est à la fois un triomphe et autodestruction, incitant à réfléchir à la façon dont le langage néolibéral infeste nos expériences et notre activisme : nous « investissons notre temps » et examinons « l’impact de ces investissements ». “ Comment, en Dune‘s light, pouvons-nous réimaginer notre agence et nos objectifs en dehors du langage du développement du capital humain que Paul dramatise ?

Lisez avec une oreille attentive ces problèmes, Dune peut offrir des images puissantes et des récits édifiants pour l’organisation et la lutte de gauche. Il nous aide à mieux comprendre ceux qui ont succombé aux délices entachés Dune offres et parallèles – particulièrement importants à la lumière de la façon dont l’adaptation de Villeneuve atténue les bords sardoniques du roman. Au mieux, Dune pourrait même nous donner certains des outils pour libérer les autres du piège du récit.


La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici