La Finlande et la Suède sur la voie de l’adhésion à l’OTAN alors que la Turquie abandonne son veto | Actualités de Recep Tayyip Erdogan

0
87

La Turquie, alliée de l’OTAN, a levé son veto sur la candidature de la Finlande et de la Suède à rejoindre l’alliance occidentale après que les trois nations ont convenu de protéger la sécurité de l’autre, mettant fin à un drame d’une semaine qui a mis à l’épreuve l’unité alliée contre l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

La percée est intervenue mardi après quatre heures de pourparlers juste avant le début d’un sommet de l’OTAN à Madrid, évitant une impasse embarrassante lors du rassemblement de 30 dirigeants qui visaient à montrer leur détermination contre la Russie.

La levée du veto signifie qu’Helsinki et Stockholm peuvent poursuivre leur demande d’adhésion à l’alliance militaire, cimentant ce qui devrait être le plus grand changement dans la sécurité européenne depuis des décennies, alors que les deux pays nordiques longtemps neutres recherchent la protection de l’OTAN.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, et la présidence turque ont confirmé l’accord dans des déclarations séparées, après des entretiens entre le chef de l’OTAN, le président turc Recep Tayyip Erdogan, le Premier ministre suédois Magdalena Andersson et le président finlandais Sauli Niinisto.

Conditions de l’accord

Stoltenberg a déclaré que les termes de l’accord impliquaient que la Suède intensifie ses travaux sur les demandes d’extradition turques et modifie les lois suédoise et finlandaise pour durcir leur approche vis-à-vis de ceux considérés comme des menaces par Ankara.

Stoltenberg a également déclaré que la Suède et la Finlande lèveraient leurs restrictions sur la vente d’armes à la Turquie.

La Turquie a exprimé de sérieuses inquiétudes quant au fait que la Suède hébergeait des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), interdit, qui a pris les armes contre l’État turc en 1984. Stockholm a nié cette accusation.

La déclaration de la présidence turque de mardi a déclaré que l’accord quadripartite signifiait : « Pleine coopération avec la Turquie dans la lutte contre le PKK et ses affiliés ».

Il a également déclaré que la Suède et la Finlande « faisaient preuve de solidarité avec la Turquie dans la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes et manifestations ».

Stoltenberg a déclaré que les 30 dirigeants de l’OTAN inviteraient désormais la Finlande, qui partage une frontière de 1 300 km (810 milles) avec la Russie, et la Suède à rejoindre l’OTAN et qu’ils deviendraient des «invités» officiels.

La résolution de l’impasse a marqué le triomphe d’une diplomatie intense alors que les alliés de l’OTAN tentent de sceller l’adhésion des pays nordiques en un temps record afin de solidifier leur réponse à la Russie – en particulier dans la mer Baltique, où l’adhésion de la Finlande et de la Suède donnerait à l’alliance une supériorité militaire. .

Jonah Hull d’Al Jazeera a déclaré que le chef de l’OTAN, Stoltenberg, avait déclaré que l’alliance avait « résolu ses différends ».

“Cela permet à l’OTAN de présenter un front uni face à l’agression russe, et c’est absolument essentiel et central pour les objectifs de ce sommet – pas seulement un front uni mais un front élargi avec deux nouveaux membres”, a déclaré Hull. de Madrid.

Les inquiétudes de la Turquie

Ankara s’était opposé à la candidature de la Suède et de la Finlande à rejoindre l’OTAN sur la base de ce qu’il considère comme l’approche laxiste de la paire nordique envers les groupes que la Turquie considère comme des menaces à la sécurité nationale.

Erdogan avait accusé la Finlande, et plus particulièrement la Suède, d’offrir refuge aux rebelles kurdes qui mènent depuis des décennies un soulèvement armé contre l’État turc.

Ankara aurait pu empêcher la Finlande et la Suède de rejoindre l’OTAN puisque tous les membres du bloc militaire doivent accepter d’accepter de nouveaux membres.

D’autres alliés de l’OTAN, dont la France et l’Espagne, avaient indirectement exhorté la Turquie à céder sur son bloc des deux nouveaux membres potentiels des pays nordiques.

S’exprimant lors du sommet du Groupe des Sept (G7) en Allemagne, le président français Emmanuel Macron avait appelé à un message “d’unité et de force” de l’OTAN à Madrid.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan rencontre le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg, le président finlandais Sauli Niinisto et la première ministre suédoise Magdalena Andersson avant un sommet de l’OTAN à Madrid, en Espagne, le 28 juin 2022 [Murat Cetinmuhurdar/Turkish Presidential Press Office Handout via Reuters]

Lundi, Erdogan a déclaré qu’il voulait voir les résultats des pourparlers préparatoires tenus à Bruxelles avant de décider si la Suède et la Finlande avaient fait assez pour lever ses objections à leur adhésion à l’OTAN.

« Nous verrons à quel point ils [Finland and Sweden] ont atteint », a-t-il déclaré lundi avant de s’envoler pour Madrid pour le sommet.

« Nous ne voulons pas de vains mots. Nous voulons des résultats.

“L’intérêt de l’alliance”

Outre les demandes d’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’alliance militaire de 30 membres, le sommet de trois jours de l’OTAN à Madrid discutera également de la guerre Ukraine-Russie et du nouveau concept stratégique de l’OTAN.

Erdogan devrait rencontrer Biden mercredi en marge du rassemblement axé sur la réponse à l’invasion par le Kremlin de son voisin pro-occidental.

Les deux dirigeants ont eu une relation froide depuis l’élection de Biden en raison des préoccupations américaines concernant les droits de l’homme sous Erdogan.

Biden et Erdogan se sont brièvement rencontrés pour la dernière fois en octobre en marge d’un sommet du Groupe des 20 (G20) à Rome.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/28/erdogan-to-have-bilateral-talks-with-world-leaders-at-nato-summit

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire