La forêt amazonienne pourrait atteindre un point de non-retour – Mother Jones

0
79

Vous ne le sauriez pas à partir d’une mesure plus simpliste de l’Amazonie, comme des images satellites qui ne montrent que la couverture terrestre de la forêt tropicale, où se trouve la forêt et où elle n’est pas. La VOD a permis à Boulton et à ses collègues d’analyser la biomasse de manière beaucoup plus détaillée, leur donnant une image plus complète de la façon dont l’Amazonie a réagi aux sécheresses extrêmes. Pas bien, en l’occurrence : la perte de résilience augmente lorsque le paysage s’assèche. « Il y a eu trois sécheresses d’une durée de 100 ans en Amazonie assez récemment », dit Boulton. L’équipe a vu un pic de son signal pendant les sécheresses de 2005, 2010 et 2015, poursuit-il, «ce qui suggère qu’elle capte ce genre de changement de résilience. Mais cela s’accompagne d’une augmentation générale de l’approche vers un point de basculement, quels que soient ces événements individuels.

Une autre menace majeure est l’exploitation forestière, y compris celle qui consiste à éclaircir des arbres sélectionnés mais à en laisser d’autres. Mais même si les bûcherons ne rasent pas complètement une zone, ils peuvent quand même déstabiliser la forêt. “Ce qui est préoccupant, c’est qu’en plus de la déforestation, qui est relativement facile à surveiller et à suivre, nous constatons une forte augmentation de ce qu’on appelle la dégradation des forêts, où la biomasse est extraite de la forêt”, déclare le scientifique environnemental Pontus Olofsson, qui étudie l’Amazonie mais n’a pas été impliqué dans le nouveau travail. « Donc, ils coupent des arbres, mais pas au point que la couverture terrestre change. Ainsi, cette couverture terrestre reste forestière, mais avec moins d’arbres.

Les éleveurs, eux aussi, contribuent à un affaiblissement plus subtil du paysage. Ils peuvent abattre des arbres mais laisser une parcelle de forêt debout. Parce que les animaux laissés à l’intérieur de cette petite parcelle sont maintenant entourés de terres arides, ils n’osent pas quitter leur île. Même les oiseaux ne prendront pas le risque d’essayer de sortir du patch. Dans le même temps, les bords de cette forêt tropicale sont désormais exposés à l’air libre et se dégradent rapidement. UNE pluiela forêt est censée être humide, mais maintenant ses bords cuisent au soleil. Au fil du temps, la végétation de la forêt tropicale meurt et les herbes de style savane se glissent vers l’intérieur.

Cela peut même se produire à plus petite échelle lorsque les gens découpent la biomasse amazonienne pour construire une route ou des lignes électriques – les bords de cette tranche se dessèchent, initiant ce fluage. “Ce qui se passe dans la zone déboisée ne reste pas dans une zone déboisée”, explique l’écologiste tropical Paulo Brando de l’UC Irvine, qui étudie l’Amazonie mais n’a pas participé à cette nouvelle recherche.

Cette nouvelle étude a révélé que l’Amazonie perd sa résilience lorsqu’elle est confrontée à l’activité humaine. Les propres recherches de Brando ont révélé qu’environ 17% du sud-est de l’Amazonie, où la déforestation est particulièrement aiguë, se trouvent à moins de 100 mètres de l’un de ces bords asséchés. C’est un énorme problème, car l’Amazonie est une machine hydrologique extrêmement sensible : les arbres absorbent la pluie et libèrent de la vapeur d’eau lors de la photosynthèse – tellement d’eau, en fait, que l’Amazonie génère sa propre pluie. “L’évapotranspiration est très importante dans le cycle de l’eau pour produire des précipitations”, explique Gatti. “L’Amazone peut rejeter dans l’air une quantité comparable à celle que le fleuve Amazone rejette dans l’océan – c’est une très grande quantité de vapeur d’eau dans l’atmosphère.”

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire