Roe est mort. Longue vie aux œufs ?

0
107

Des militants participent à une veillée aux chandelles sur le droit à l’avortement devant la Cour suprême des États-Unis le 13 décembre 2021 à Washington, DC

Photo : Alex Wong/Getty Images

Si la Cour suprême annule Roe v. Wade, 26 États sont “certains ou susceptibles d’interdire l’avortement”, selon l’Institut Guttmacher. En décembre, le tribunal a entendu les arguments dans Dobbs c. Jackson Women’s Health Organization, concernant la loi sur l’âge gestationnel du Mississippi interdisant l’avortement après 15 semaines de grossesse. La loi est une violation délibérée de Roe, la décision de 1973 légalisant l’avortement. La plupart des observateurs s’attendent à ce que la majorité conservatrice se prononce en faveur du Mississippi. Dans ce cas, la loi sur l’avortement reviendrait aux États, où dans de vastes étendues rouges de cette nation, elle a été tellement réduite et déchiquetée qu’elle est déjà pratiquement confetti.

Pendant ce temps, 15 États font ce qu’ils peuvent pour sauver le droit légal à l’avortement. Douze élaborent des lois, comme la loi sur la santé reproductive de New York, qui réaffirme dans la loi la décision du tribunal dans Roe. Three, et le district de Columbia, vont au-delà de Roe : codifier un droit à l’avortement tout au long de la grossesse sans ingérence de l’État. Et un État, le Vermont, fait un peu des deux : proposer un amendement constitutionnel de l’État qui consacre la liberté reproductive individuelle comme un droit fondamental – puis se protéger, suggérant que ce n’est peut-être pas si fondamental après tout.

Ces différentes approches montrent que le mouvement pour la justice reproductive est divisé non seulement sur la manière d’abriter l’avortement légal dans ses dernières redoutes maintenant, mais aussi sur la manière de le reconquérir pour tous et pour de bon. Avant Roe, la question était : réformer les lois sur l’avortement ou les abroger complètement ? Aujourd’hui, cela se traduit par : s’accrocher à un Roe en lambeaux ou le jeter et recommencer ? La stratégie hybride – ou contradictoire – du Vermont peut suggérer à la fois une prise de conscience et une peur. Roe est probablement lettre morte. Mais c’est toujours une lettre, quelque chose à quoi s’accrocher. La confiance du mouvement peut être aussi ébranlée que le droit qu’il essaie de défendre.

Qu’est-ce qui ne va pas avec Roe ? Beaucoup. Premièrement, il est basé sur le droit à la vie privée établi dans Griswold v. Connecticut, une décision de 1965 affirmant la liberté d’un couple marié d’utiliser le contrôle des naissances. De nombreux critiques (dont moi-même) ont fait valoir que la vie privée – un droit «pénombre» jeune et relativement non testé qui n’est pas nommé dans la Constitution mais implicite dans d’autres amendements – est un support fragile pour le droit humain important de l’autonomie reproductive. Pourquoi pas, disons, l’interdiction du 13e amendement sur la servitude involontaire, l’utilisation de son corps contre sa volonté ?

La deuxième faiblesse est le cadre que le tribunal a mis en place dans Roe, qui déplace l’équilibre des intérêts de l’État des droits de la personne enceinte en tant qu’acteur indépendant (et du fœtus en tant qu’acteur) au début de la gestation vers la vie potentielle du fœtus à mesure qu’il mûrit vers viabilité : le point auquel un bébé peut survivre en dehors de l’utérus, maintenant environ 24 semaines. Une décennie après Roe, la juge Sandra Day O’Connor a alerté ses collègues que la science poussait la viabilité de plus en plus tôt dans la gestation, réduisant progressivement la liberté de la mère pendant des semaines ; Roe, a-t-elle dit, était “sur une trajectoire de collision avec elle-même”. Et en effet, à peine un instant plus tard, les opposants à l’avortement ont commencé à faire tourner les moteurs pour accélérer cette collision, promouvant les mythes – et adoptant des lois basées sur eux – selon lesquels un fœtus peut ressentir de la douleur pendant l’avortement ou survivre par lui-même au premier signe d’un ” rythme cardiaque fœtal » moins de six semaines après la conception. Au cours des plaidoiries à Dobbs, le juge en chef John Roberts a montré son empressement à éliminer complètement la norme de viabilité, coupant en fait la ligne de frein qui empêche Roe de s’écraser.

Le troisième défaut des quelque 40 dernières années de défense juridique de Roe est le test proposé par O’Connor comme plus durable que la viabilité : que la loi n’impose aucun «fardeau indu» sur la capacité d’obtenir ou de fournir un avortement. Un fardeau excessif est encore plus faible que la vie privée. À ce stade, il n’y a peut-être pas de fardeau que les conservateurs de SCOTUS considèrent comme indu : ne pas conduire des milliers de kilomètres, ne pas avoir de sonde à ultrasons enfoncée dans votre vagin sans raison, ne pas payer des centaines de dollars de votre poche. Apparemment, aucun fardeau émotionnel n’est indu non plus. Au cours du colloque Dobbs, la juge Amy Coney Barrett, nommée par Trump, a évoqué les «lois sur les refuges», qui permettent aux gens de laisser un nouveau-né non désiré dans un hôpital ou une caserne de pompiers de manière anonyme et sans responsabilité pénale. Ces dispositions ne « prendraient-elles pas soin de [the] problème »de la parentalité forcée, a réfléchi Barrett. Julie Rikelman, avocate du fournisseur d’avortement, a répondu que le problème en cause était la grossesse forcée, qui “impose des exigences physiques et des risques uniques aux femmes et a en fait un impact” sur leurs familles et leurs moyens de subsistance. L’étiquette de la cour a empêché Rikelman d’exprimer ce qu’elle pensait probablement: «Et lequel de vos sept enfants mettriez-vous dans un panier et flotteriez-vous sur le Nil, Votre honneur?”

L’amendement sur la liberté reproductive du Vermont vise à surmonter ces faiblesses. Introduit en 2019, l’amendement a facilement été adopté par la législature de l’État, la deuxième fois mandatée, cette session. Si l’électorat vote oui sur la proposition 5 lors du scrutin de novembre, elle deviendra partie intégrante de la Constitution du Vermont le lendemain. C’est ce qu’il dit:

Que le droit d’un individu à l’autonomie procréative personnelle est essentiel à la liberté et à la dignité de déterminer son propre parcours de vie et ne doit pas être nié ou enfreint à moins qu’il ne soit justifié par un intérêt impérieux de l’État atteint par les moyens les moins restrictifs.

Dans sa forme la plus élémentaire, l’amendement crée des “conditions sur le terrain” permanentes, m’a dit la présidente du Sénat Pro Tempore Becca Balint, co-sponsor et championne active du projet de loi. C’est une bonne chose, car à l’heure actuelle, les politiques du Vermont sont exemplaires. L’État n’exige aucune implication des parents dans la décision d’un mineur de mettre fin à une grossesse, par exemple, et oblige Medicaid et l’assurance privée à couvrir l’avortement et le contrôle des naissances. Des majorités saines soutiennent la justice reproductive. L’amendement a été adopté à la Chambre par 107 voix contre 41. Sept adultes du Vermont sur 10 sont favorables au droit à l’avortement dans la plupart des cas.

En ce sens, l’amendement pourrait être plus symbolique que pratique. Pourtant, en tant que premier dans le pays, le texte sert de poteau indicateur pour les autres États. Le problème : il est difficile de savoir dans quelle direction pointe le panneau.

La première partie, jusqu’à et y compris « ne doit pas être refusée ou enfreinte », est radicale. Il affirme que la moitié environ des humains qui portent des utérus sont libres de faire de leur corps ce qu’ils veulent, point final. La seconde moitié télégraphie des doutes. L’expression « à moins que cela ne soit justifié par un intérêt impérieux de l’État » laisse entendre qu’il pourrait y avoir une justification légitime et impérieuse pour violer le droit fondamental que l’État vient de déclarer.

Quel intérêt impérieux le Vermont pourrait-il avoir à violer le droit humain à l’autonomie corporelle ? Ce n’est pas une question théorique. Toutes sortes de restrictions arbitraires et lourdes à l’avortement réclament un intérêt impérieux de l’État. « Considérant que l’État de Floride a un intérêt impérieux dès le début de la grossesse d’une femme à protéger la santé de la femme et la vie de l’enfant à naître », et que « la femme enceinte a un intérêt impérieux à connaître la probabilité que son enfant à naître survivre jusqu’à l’accouchement à terme en fonction de la présence d’une activité cardiaque », lit-on dans le Heartbeat Act de Floride, un langage presque identique à d’autres lois sur le rythme cardiaque fœtal, y compris celles du Texas, qui interdisent effectivement l’avortement à six semaines. En défendant son interdiction de 15 semaines, le Mississippi a eu le culot – et l’esprit – d’utiliser Roe et d’autres précédents pro-choix contre eux-mêmes. « La Cour suprême a depuis longtemps reconnu… un « intérêt important et légitime à protéger le potentiel de la vie humaine », a-t-elle soutenu, citant Roe. Il a poursuivi en citant «l’intérêt de l’État à protéger la vie de l’enfant à naître» ainsi que ses «intérêts légitimes dès le début de la grossesse à protéger la santé des femmes», tous deux tirés de Planned Parenthood c. Casey, qui a réaffirmé Roe en 1992. .

Les parrains de l’amendement du Vermont ne sont pas d’accord pour dire que sa deuxième clause annule la première. Les termes « intérêt impérieux de l’État » et « moyen le moins restrictif », notent-ils, font écho au langage de « l’examen strict », le plus haut niveau de contrôle judiciaire. Pour être confirmée comme constitutionnelle en vertu de cette norme, une loi doit favoriser un «intérêt gouvernemental impérieux» qui ne peut être atteint d’aucune autre manière – et cette manière doit être définie de manière étroite. L’un des rares déclencheurs d’un examen rigoureux est le fait que la législation porte atteinte à un droit fondamental.

Ajouter un astérisque à un droit de l’homme, c’est s’attirer des ennuis.

Si la clause “sauf si” est un compromis destiné à gagner plus de voix, ni Balint ni le principal sponsor, la présidente du comité sénatorial de la santé et du bien-être du Vermont, Ginny Lyons, n’en ont admis autant. Tous deux insistent sur le fait que la clause n° 2 ne fait que renforcer le droit fondamental à la liberté reproductive. “Rappelez-vous que la décision Roe v. Wade était basée sur quelque chose appelé la vie privée qui n’existe pas dans la Constitution”, m’a dit Lyons. “Ce que nous avons appris de cela, c’est de placer l’autonomie reproductive dans le contexte plus large de la constitution de l’État.”

L’article 1 de la Constitution du Vermont proclame: “Toutes les personnes naissent également libres et indépendantes et ont certains droits naturels, inhérents et inaliénables.” Fait intéressant, également sur le bulletin de vote du Vermont en novembre, il y a la proposition 2, demandant aux électeurs de ratifier un autre amendement – pas une tâche facile dans cet État. La proposition 2 abroge la seconde moitié de l’article 1, qui abolissait la servitude ou l’esclavage, « à moins qu’elle ne soit liée par le consentement de la personne » ou en paiement d’une dette. À sa place, il y aurait la simple phrase “L’esclavage et la servitude sous contrat sous quelque forme que ce soit sont interdits”.

Ajouter un astérisque à un droit de l’homme, c’est s’attirer des ennuis. Le huitième amendement interdit-il les châtiments cruels et inusités ?sauf si justifié par un intérêt public impérieux” ? Le 19 proclame-t-il : « Le droit de vote des citoyens des États-Unis ne sera ni nié ni restreint par les États-Unis ou par aucun État en raison du sexe — sauf si justifié par un intérêt public impérieux” ? Le seul amendement constitutionnel américain avec une exception inscrite est le 13, interdisant l’esclavage et la servitude involontaire “sauf en tant que punition pour un crime”. Comme l’affirment Michelle Alexander et d’autres chercheurs, cette échappatoire, insérée pour obtenir la ratification des États occidentaux ambivalents à propos de l’esclavage, a permis la réincarnation de l’esclavage en tenue de prison rayée pendant Jim Crow et a conduit à l’incarcération massive des descendants d’esclaves. Et si la clause « à moins que » du Vermont, destinée à prévenir la violation, l’invitait réellement ?

Maintenant qu’il reste peu à perdre, autant recommencer avec ce que nous voulons vraiment.

Lors d’une réunion à la fin des années 1960, Cindy Cisler, co-fondatrice de Redstockings et principale organisatrice féministe pour l’abrogation – et non la réforme – des lois sur l’avortement, a brandi une feuille de papier vierge. “Ceci”, a-t-elle déclaré, “devrait être la loi sur l’avortement”.

Maintenant qu’il reste peu à perdre, autant recommencer avec ce que nous voulons vraiment. Remplacer le concept consumériste de choix reproductif par le principe de justice reproductive : non seulement le droit d’interrompre une grossesse mais aussi de la mener sainement à terme et d’élever l’enfant dans un environnement sûr et durable ; non seulement le droit à la contraception, mais aussi le droit de la refuser et de ne pas subir de stérilisation forcée ou d’autres coercitions eugéniques. Intégrez cette définition large de la justice reproductive dans le droit à l’autonomie corporelle. Élever l’autonomie corporelle aux États-Unis à son statut mondial, en tant que droit humain inaliénable.

Ensuite, nous devrions exiger du gouvernement ce dont nous avons besoin en matière de loi sur l’avortement. C’est-à-dire, rien.

La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire