La gauche canadienne ne devrait pas abandonner la politique électorale

0
48

Une étude du paysage politique canadien révèle un terrain inquiétant. Partout au pays, les gouvernements de droite dirigent la plupart des provinces, les centristes constituant tout le reste, à l’exception d’un gouvernement néo-démocrate en Colombie-Britannique. Même là, le Nouveau Parti démocratique (NPD) est contraint par l’orthodoxie étatique et électorale. Leur gouvernance est meilleure que les alternatives typiques, mais loin d’être idéale.

En Ontario, après quatre années désastreuses de mauvaise gestion pandémique, d’orthodoxie du marché et de sous-dépenses, le premier ministre progressiste-conservateur Doug Ford semble naviguer vers la réélection, peut-être avec une majorité de sièges à l’Assemblée législative une fois de plus. L’opposition officielle du NPD pourrait chuter à la troisième place alors que les libéraux rebondissent dans les sondages. Le gouvernement libéral à Ottawa, avec le soutien des néo-démocrates fédéraux, devrait rester au pouvoir au moins jusqu’en 2025.

À une époque où l’on nous rappelle régulièrement que les anciennes méthodes sont insuffisantes pour faire face aux problèmes auxquels nous sommes confrontés, la gauche semble être MIA. Le NPD fédéral s’est acheté une certaine influence politique au moyen de son accord d’approvisionnement et de confiance pour soutenir le gouvernement libéral minoritaire. Néanmoins, l’agenda politique au Canada demeure fondamentalement conventionnel et dénué d’énergie. Les programmes qui suivent, aux niveaux fédéral, provincial et local, sont des demi-mesures anémiques qui sont à peine capables d’empêcher la rétribution populiste en colère.

Lorsqu’ils existent, ces programmes sont généralement soumis à des conditions de ressources et souvent sous-financés, des soins dentaires à venir aux mesures de soutien aux personnes handicapées. L’austérité, mot d’ordre du repli des années 1990, reste debout comme un phare au loin, un point à l’horizon pour guider la nef de l’État. Les salaires et les droits des travailleurs sont découplés de la productivité et peu de choses sont faites pour transformer les relations de pouvoir dans l’industrie – y compris le besoin essentiel de transférer la propriété des patrons aux travailleurs, malgré un nouveau modèle d’actionnariat salarié pour le pays. L’action climatique est insuffisante, l’extraction et l’exportation des ressources sont presque toujours acquises.

En examinant cet état des choses au Canada — et, plus largement, dans l’histoire électorale de la gauche —, il est tentant de vouloir abandonner l’électoralisme comme stratégie de changement. Un tel discours revient dans des critiques haletantes du NPD, les mains levées en l’air, les têtes baissées et secouées lentement d’un côté à l’autre. L’envie de retourner la table et de sortir de la pièce est forte. Et compréhensible. Rien ne semble fonctionner. La stratégie de groupe de discussion, balayée par TikTok et dirigée par une classe de consultants ne fonctionne pas. Qu’y a-t-il à faire?

La gauche du XXe siècle avait une impulsion révolutionnaire qui, quelle qu’en soit l’ampleur au Canada, a été réduite à un quasi-silence. Le bolchevisme – et même le socialisme plus modéré – des mouvements et des partis de gauche a disparu ou est entré dans la clandestinité. Certains ont rejoint le Parti communiste. D’autres ont abandonné. Beaucoup sont tombés dans la machine du NPD. Certains s’accrochent, poussés à l’écart de la fête. Le mécontentement généralisé crée une contre-impulsion qui conseille l’abandon des urnes. Mais cette impulsion doit être mûrement réfléchie. En l’absence de politique électorale, quelle est notre théorie du changement ? Compte-t-on alors sur la révolution ? Sur la lutte de masse à travers la société civile ? Une chose est sûre : quitter le milieu électoral, c’est céder entièrement le terrain aux opérateurs les plus rusés du capital.

Une théorie du changement qui repose sur la révolution dans une démocratie du XXIe siècle piégée par le confort de son libéralisme, à côté de l’hégémonie capitaliste mondiale, n’est pas une théorie du changement. De même, s’appuyer sur les infrastructures existantes d’opposition en dehors du scrutin — syndicats, associations, organisations — est insuffisant pour les besoins du moment.

Si, à l’heure actuelle, cette infrastructure est incapable de faire bouger la gauche du parti, pourquoi ferait-elle mieux en l’absence du parti ? Certains répondront qu’une telle démarche court-circuitera les forces sclérosantes de la bureaucratisation. Mais la bureaucratisation est une excroissance de la société complexe. Ça ne va nulle part. Bien sûr, au pire, la bureaucratisation peut créer des formes d’organisation calcifiées. Mais nous devons faire attention aux priorités ici. Le moyen le plus efficace de lutter contre le capital est ce qui compte. Il est moins important de dénigrer la bureaucratie requise par la complexité de l’État moderne que d’utiliser le pouvoir de l’État pour repousser l’empiétement du marché sur tous les aspects de nos vies.

Pour ceux qui se tournent vers les années de la Fédération du Commonwealth coopératif, l’ancêtre radical du NPD socialiste des Prairies, un retour à la forme antérieure est prometteur. Il en va de même pour une approche à deux volets plus cohérente qui engage la politique électorale dans une relation agonistique avec les mouvements populaires. Il est crucial que ces mouvements de base soient distincts mais sympathiques au parti.

Nous devrions redoubler d’efforts pour forcer le NPD à suivre l’actualité. L’énergie latente qui n’est pas appliquée à la politique électorale devrait être appliquée pour s’assurer que le NPD adopte la politique socialiste – et ne s’en excuse pas. Le parti devrait être forcé d’adopter un appareil plus démocratisé qui garantit que les radicaux ont un endroit pour parler, être entendus et écoutés, du congrès à la salle du conseil d’administration de l’association de circonscription. Cela signifie moins de temps pour les consultants et les ingénieurs publicitaires. Cela signifie moins de temps pour élaborer des stratégies autour des coups rapides des médias sociaux qui produisent beaucoup d’adrénaline et des high-fives du personnel, mais presque aucun vote.

Le parti doit également être soutenu par un appareil externe plus robuste. Cela nécessitera une plus grande coopération avec les syndicats, les associations de locataires, un soutien académique, un échafaudage de groupe de réflexion, ainsi qu’une coopération internationale. Ces structures et ces relations existent déjà, mais elles sont insuffisantes et limitées.

De plus, ils sont confus et confondus par une politique prise entre la social-démocratie technocratique contemporaine et le socialisme démocratique de base. Les deux forces tirent parfois dans la même direction, mais souvent dans des directions opposées – et lorsqu’elles tirent à contre-courant, elles ne tirent pas du tout. Le NPD doit mobiliser les socialistes démocrates, les faire entrer dans le parti et les mettre au travail.

En dehors du parti, le NPD doit écouter et mieux tirer parti des organisations de base pour à la fois répondre et aider à façonner une véritable politique de masse. En ce qui concerne les droits des travailleurs, la politique en matière de drogues, la politique du logement, la politique environnementale, la politique des soins de santé, la réconciliation autochtone et bien d’autres encore, les mouvements de gauche tracent une voie que le parti devrait défendre. Au lieu de cela, bien trop souvent, en raison de son engagement envers le bricolage technocratique, le NPD déradicalise sa politique à l’avance.

Le parti préfère s’appuyer sur la mémoire musculaire qui tend vers l’incrémentalisme, ou une croyance naïve que les Canadiens ne sont tout simplement pas prêts pour plus et mieux. Mais cela présuppose que les grandes victoires et les changements structurels dont nous avons besoin se produiront sans combat. La gauche doit refaire le pays, redéfinir son programme et recadrer la façon dont nous parlons de politique. Il doit le faire tout en élevant une génération de Canadiens déterminés à bâtir un monde nouveau. Le parti, parce qu’il contribue à susciter des attentes quant à ce qui est possible, est la clé du succès de cette entreprise.

En l’absence de politique électorale, aucune force ne met en œuvre le changement au niveau de l’État. La politique électorale est le tissu conjonctif entre le désir et le résultat. Mais l’électoralisme est insuffisant en lui-même et aucun parti, de gauche ou autre, n’est digne de confiance sans une série de forces externes. Cela exige que le travail, la société civile et les appareils intellectuels travaillent pour le garder honnête. De même, les actions populaires insurgées sont importantes, mais elles ne peuvent remplacer le parti.

Il faut critiquer le NPD. Nous devons exiger que le parti fasse mieux. Le parti doit être forcé de s’engager dans une politique radicale qui est résolument socialiste et populaire. L’alternative est plus ou moins la même : plus de déception, plus de demi-mesures, plus d’attente. C’est un scénario de poule et d’œuf : plus longtemps nous ne parviendrons pas à tirer parti du potentiel du parti, moins la politique électorale sera attrayante et plus nous serons enclins à gaspiller l’un des carquois les plus importants à notre arc. Les défis auxquels nous sommes confrontés doivent être relevés – nous ne pouvons pas nous installer dans le déclin et le désespoir. Donc, mieux vaut bouger maintenant.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire