Le monde devrait être éternellement reconnaissant à Shireen Abu Aqleh

0
34

Je vais être honnête à propos de quelque chose. Depuis l’exécution de sang-froid de la journaliste palestinienne Shireen Abu Aqleh par un tireur d’élite israélien, je me sens plutôt perplexe. Une rareté pour moi. Mais ça arrive.

Cela arrive quand je me sens submergé de joie. Cela arrive quand je sens que je suis submergé par le désespoir. Et quand ce désespoir se mêle à de la rage, j’ai parfois l’impression de ne plus pouvoir respirer.

Le choc et la colère suscités par le meurtre de Shireen, une journaliste bien-aimée d’Al Jazeera dont le visage était bien connu dans toute la Palestine et au Moyen-Orient, seraient presque éclipsés par les actions horribles de la police israélienne lors de son cortège funèbre à Jérusalem-Est occupée.

Descendant sur le cercueil de Shireen en deuil comme des chiens d’attaque, la police israélienne a matraqué des Palestiniens non armés dans une scène rappelant l’Afrique du Sud de l’apartheid. La police blanche a fréquemment pris pour cible les funérailles d’activistes assassinés et de journalistes indépendants qui ont rendu compte de la brutalité du régime d’apartheid. Il convient de rappeler qu’Israël a récemment été désigné État d’apartheid par l’ONU, Human Rights Watch, Amnesty International et l’organisation israélienne des droits de l’homme B’Tselem.

Israël a rapidement défendu ses actions en déclarant que « des pierres étaient lancées sur la police ». Aucun grand média n’a pensé à leur demander pourquoi la police israélienne était à ses funérailles en premier lieu. C’est peut-être parce que s’ils le faisaient, cela révélerait la nature de l’arrangement du pouvoir. C’était Jérusalem-Est occupée. Le même État responsable de la mort de Shireen déshonorait maintenant ses funérailles.

Comme il est normal de commenter tout ce qui concerne la défense des droits de l’homme des Palestiniens, quand on le fait, on peut s’attendre à une avalanche de courriers haineux et à de viles accusations d’antisémitisme. Et il faut dire que les juifs solidaires de leurs frères et sœurs palestiniens ne sont pas non plus épargnés par ce traitement. Au contraire, ils sont souvent les premiers à être sali ou réduits au silence.

L’antisémitisme est une haine sociale vile et est responsable des souffrances indicibles de millions de personnes au cours des siècles. Il devrait toujours être condamné chaque fois qu’il fait surface. Mais l’accusation a également été utilisée comme une couverture suffocante contre toute personne qui ose défendre les droits humains des Palestiniens ou critique Israël ou l’idéologie politique du sionisme. Cela a été une matraque efficace pour faire taire la dissidence, le débat ou même la discussion raisonnée.

Mais les temps ont changé et les anciennes méthodes s’épuisent. C’est peut-être grâce aux réseaux sociaux. Peut-être est-ce dû à des décennies d’occupation israélienne, ou à une armée puissante qui bombarde des quartiers entiers ou expulse des familles et des villages alors que les bulldozers démolissent leurs maisons. Peut-être est-ce dû à des dizaines de lois discriminatoires contre les citoyens palestiniens d’Israël, ou au fait que les Palestiniens dans les territoires occupés ou à Gaza n’ont absolument aucun pouvoir réel sur leur vie, ou aux centaines de milliers de colons illégaux en Cisjordanie occupée, beaucoup d’entre eux sont violents et s’installent dans les maisons palestiniennes. Peut-être est-ce dû à la complicité d’acteurs étatiques puissants comme les États-Unis, l’UE, le Royaume-Uni et le Canada qui obscurcissent et interfèrent pour chaque acte douteux ou criminel commis par les Forces de défense israéliennes (FDI) tout en réprimandant les Palestiniens pour presque toutes les actions qu’ils prendre, y compris des mouvements non-violents comme Boycott, Désinvestissement, Sanction (BDS) réclamés par la société civile palestinienne. Peut-être s’agit-il d’une nouvelle génération de jeunes, dont beaucoup sont juifs hors d’Israël, pour qui les droits de l’homme universels ne sont pas simplement un slogan de campagne et pour qui les menaces, les calomnies et les mensonges ne fonctionnent plus.

Quelle que soit la combinaison du changement dans l’opinion publique internationale, il est peu probable que Shireen obtienne justice pour son meurtre. Israël a encore trop de pouvoir politique et économique, ainsi que le soutien et le financement de l’empire le plus puissant du monde, pour jamais vraiment en répondre. Mais à chaque injustice, son vernis de démocratie devient usé et ridicule.

À l’instar des Émirats oppressifs, hypercapitalistes, théocratiques et de l’Arabie saoudite qui s’y sont réconciliés ces dernières années grâce aux magouilles politiques du président américain Trump, Israël ne peut plus se considérer comme une démocratie sans que l’on remette en question le bien-fondé d’une telle affirmation ou réfléchir de manière critique à ce dont ils ont été témoins de leurs propres yeux. Comme le passage à tabac et au jet d’eau des militants noirs des droits civiques dans le Jim Crow South ou les massacres brutaux de Noirs et de Bruns dans l’Afrique du Sud de l’apartheid, ces témoignages visuels et ces scènes de crime ne peuvent pas être invisibles. Aucune équipe de spin, aussi riche soit-elle ou bien huilée, ne peut le défaire.

Comme tous les États dont le bilan des droits de l’homme est brutal ou catastrophique, la souillure persiste jusqu’à ce que quelque chose de substantiel soit fait pour soigner la blessure. Mais pour que cela se produise, il faudrait qu’il se réconcilie avec qui il est. Et les États-nations ne le font jamais seuls.

Jusqu’à son dernier souffle, Shireen s’est montrée à la hauteur de ce qu’elle avait dit dans une interview avec son employeur Al Jazeera il y a quelques années : « J’ai choisi le journalisme pour être proche des gens. Ce n’est peut-être pas facile de changer la réalité, mais au moins j’ai pu faire entendre leur voix au monde. Et pour cela, le monde devrait être éternellement reconnaissant.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/19/the-world-should-be-forever-grateful-to-shireen-abu-aqleh/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire