La gauche française se rassemble autour de l’agenda radical de Jean-Luc Mélenchon

0
54

Pendant une grande partie de la présidence d’Emmanuel Macron, la gauche française a été très divisée. En avril, cela a abouti à une série cauchemardesque de candidatures présidentielles individuelles qui ont compliqué les espoirs du leader incontesté Jean-Luc Mélenchon de se qualifier pour le second tour.

Pourtant, aujourd’hui, un basculement tectonique est en cours : car les différents partis de gauche s’orientent vers une alliance pour les élections législatives de juin, avec La France Insoumise (LFI) de Mélenchon comme leader incontesté du groupe.

Suite à la quasi-qualification de Mélenchon pour le second tour, LFI, Europe Écologie-les Verts (EELV) et le Parti communiste français (PCF) sont en pourparlers avancés sur un accord basé sur la plate-forme de l’Union Populaire, le véhicule de campagne de Mélenchon signifiait faire appel à un large électorat de gauche et de la classe ouvrière. Des discussions ont également commencé avec le Parti socialiste (PS) et le Nouveau parti anticapitaliste (NPA). Des sources proches des négociations ont déclaré qu’elles visaient à conclure un accord d’ici la fin de cette semaine, juste à temps pour les marches annuelles du 1er mai dimanche.

“Nous avons montré qu’il y a un bloc dirigé par l’Union populaire, et donc les discussions doivent nécessairement refléter cela”, déclare David Guiraud, membre de LFI et assistant parlementaire candidat à l’Assemblée nationale dans la ville de Roubaix, dans le nord du pays. « Nous n’essayons pas de tout dominer. Nous avons tendu la main, mais nous avons encore des demandes; les gens ont voté pour nous pour une raison.

Ces revendications viennent tout droit de la plate-forme de Mélenchon : une hausse du salaire minimum ; un renversement des récentes réformes du droit du travail ; abaisser l’âge de la retraite à soixante ans ; remettre en place un impôt sur la fortune ; des politiques vertes guidées par le concept de planification écologique ; une transition vers une Sixième République ; et l’abrogation des lois récentes sur la sécurité nationale et le « séparatisme » islamiste, entre autres.

Bien sûr, construire une majorité parlementaire et contraindre Emmanuel Macron à une situation de « cohabitation » avec un gouvernement de gauche ne sera pas facile. Une majorité absolue exigerait l’obtention d’au moins 289 des 577 sièges de l’Assemblée nationale – bien plus que les soixante sièges combinés contrôlés par les Insoumis, les communistes et les socialistes aujourd’hui. (Dans les discussions, les négociateurs de LFI auraient évoqué 165 sièges qui apparaissent particulièrement favorables.)

Mais Guiraud garde espoir de gagner une majorité. “Il y a une petite fenêtre d’opportunité”, dit-il, en utilisant un terme régulièrement employé par Mélenchon pour décrire les perspectives de faire le second tour présidentiel – “trou de souris», qui signifie littéralement « trou de souris ».

“Ce n’est pas facile, mais ça n’a jamais été facile pour nous”, poursuit Guiraud. « Nous avons un programme de rupture qui nous oblige à profiter de certaines périodes. [Right now] tous ceux qui ont l’impression de ne pas être représentés à ces élections présidentielles ont un autre combat devant eux.

Le parti espère également déployer une arme secrète. Pour augmenter le taux de participation à une élection qui connaît généralement une forte baisse de la participation après la course présidentielle, le parti facture le vote de juin comme un “troisième tour” de la saison électorale, Jean-Luc Mélenchon appelant directement les électeurs à l’élire comme premier ministre. ministre. C’est une stratégie non conventionnelle avant les élections législatives, mais l’objectif est de tirer parti de la popularité et de l’image du candidat en tant que challenger de principe pour Macron et Marine Le Pen.

“C’est quelqu’un qui a réuni des millions de voix, qui a failli faire le second tour, et qui a réuni un bloc populaire puissant”, dit Guiraud.

Les conditions d’un pacte de gauche sont bien plus favorables aujourd’hui qu’elles ne l’étaient après la première victoire de Macron en 2017 : d’une part, le président a désormais un vrai bilan et il y a quelques illusions sur son agenda ; deuxièmement, l’extrême droite gagne du terrain, ses dirigeants salivant à l’idée de prendre le pouvoir dans l’ère post-Macron.

Mais la dynamique interne a également rendu les partis de gauche plus réceptifs à un accord. Après avoir largement fait cavalier seul et raté de nombreux sièges gagnables en 2017, les conditions de base de LFI pour un pacte sont cette fois plus faciles à remplir, tandis que ses deux principaux partenaires de choix – les Verts et les Communistes – sortent tous deux de campagnes présidentielles décevantes et espèrent pour sauver une présence à l’Assemblée nationale. (Cela aide également les partis à recevoir des fonds publics en fonction de leurs résultats aux élections législatives.)

Sandrine Rousseau, économiste et « éco-féministe » autoproclamée qui a perdu de justesse la primaire présidentielle des Verts l’an dernier au profit de Yannick Jadot, dit qu’elle est à bord avec Mélenchon au poste de Premier ministre. “Je pense que ce serait génial”, dit-elle jacobin. “C’est ce qu’il faut.”

Alors que l’idée de l’unité de gauche a été maintes fois lancée – et rejetée – au cours des dernières années, elle dit que les résultats de l’élection présidentielle de ce mois-ci ont changé le calcul. “Je pense que tout le monde est conscient de l’opportunité gâchée d’y aller séparément”, me dit Rousseau. « Et puis, il y a aussi un leader défini. Il n’y en avait pas avant. Tout le monde revendiquait le leadership.

Comme beaucoup au sein d’EELV, Rousseau critique désormais ouvertement la campagne présidentielle de son parti. Gagnant seulement 4,6% des voix, Jadot n’a finalement pas réussi à franchir le seuil de 5% requis pour obtenir le remboursement d’une grande partie des dépenses par le gouvernement, ce qui a entraîné un appel à contributions embarrassant au milieu de son discours le soir des élections.

“C’était une énorme opportunité manquée”, dit Rousseau. “Jean-Luc Mélenchon n’est pas entré au second tour, et nous n’avons même pas obtenu 5%.”

« A la fin, il fallait qu’on se rassemble », dit-elle, regrettant les critiques de son parti à l’encontre de Mélenchon. “Nous n’avons pas compris l’importante demande des électeurs de gauche et écologistes de gagner réellement, pas seulement d’obtenir un score respectable.”

Après avoir commencé sur une bonne note, les pourparlers avec les Verts ont quelque peu pris du retard cette semaine, le chef d’EELV Julien Bayou faisant pression pour plus de sièges et critiquant l’absence du mot “écologie” dans le nom de la coalition. Union Populaire, tandis que les négociateurs de LFI ont déploré les divisions internes des Verts. Mais Bayou a déclaré à la presse qu’il gardait espoir quant à un accord, la direction d’EELV devant se rencontrer samedi.

Igor Zamichei, coordinateur du comité exécutif national du Parti communiste français et participant aux négociations en cours, affirme que le moment politique dangereux d’aujourd’hui nécessite l’unité. « La situation est urgente », dit-il. “L’immense majorité des Français ne voulait pas de ce match entre Macron et Le Pen.”

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il n’y avait pas d’accent sur l’unité avant que la course présidentielle pour empêcher une telle revanche, Zamichei défend le candidat de son parti, Fabien Roussel, pour avoir attiré l’attention sur des questions telles que l’indépendance du travail et de l’énergie. (Roussel a finalement remporté environ 800 000 voix – soit 2,3% – tandis que Mélenchon a raté le second tour par environ 400 000 voix.)

Zamichei suggère que battre Macron aurait été difficile puisque le score combiné des partis de gauche au premier tour n’était que d’environ 30 %. « Pour que la gauche gagne, nous avons besoin de 40 à 45 % au premier tour », dit Zamichei. « Le problème pour la gauche, c’est qu’elle est trop faible. . . et nier sa diversité ne lui donnera pas de force.

Dans le même temps, Zamichei reconnaît que c’était “un résultat décevant” pour Roussel. “En fin de compte, nous avons souffert des institutions de la Ve République, du fait qu’il n’y a que deux candidats qualifiés pour le second tour et que cela encourage le vote tactique”, dit-il. “C’est la réalité.”

S’exprimant sous le couvert de l’anonymat, un membre du conseil national du PCF a déclaré que les résultats du premier tour montraient que le parti était déconnecté d’une bande d’électeurs jeunes et ouvriers et qu’il avait mal évalué l’attrait de la candidature de Mélenchon. Dans le même temps, le militant du PCF affirme qu’il aurait été presque impossible de se retirer de la course à la fin, puisque le parti y avait déjà investi tant de temps et d’énergie. L’abandon de la campagne aurait également nécessité une certaine forme de contribution de la base, puisque les membres du PCF avaient eux-mêmes voté pour un changement de stratégie en 2018 lorsqu’ils ont élu Fabien Roussel à la tête du parti et approuvé sa candidature à la présidentielle en 2021.

En tout cas, les communistes sont désormais prêts à soutenir la candidature de Mélenchon au poste de Premier ministre. « C’est naturel qu’il devienne Premier ministre si nous avions la majorité », dit Zamichei.

Alors que les négociations avancent, La France Insoumise a également lancé une invitation au Nouveau parti anticapitaliste (NPA), une présence respectée dans les mouvements sociaux qui pourrait fournir une pression précieuse de la gauche, et qui a répondu favorablement jusqu’à présent. Mais cela n’a pas suscité autant de polémiques qu’une autre question : un accord pour les élections législatives doit-il inclure le Parti socialiste (PS) ?

L’animosité entre LFI et le PS est profonde : la candidate socialiste à la présidence Anne Hidalgo, la maire de Paris qui n’a remporté que 1,8 % des voix au premier tour, a critiqué à plusieurs reprises Mélenchon pendant la campagne électorale. Des années de promesses non tenues et la déception de la présidence de François Hollande ont conduit de nombreux électeurs de gauche à se méfier de l’ensemble de l’appareil du parti.

Et pourtant, il y a des raisons qui rendent un accord convaincant pour les deux parties : le PS fait face à une crise existentielle et veut désespérément élire des législateurs – une grande raison pour laquelle les chefs de parti ont voté pour ouvrir des négociations avec LFI malgré toutes leurs critiques au fil des ans. Pendant ce temps, d’un point de vue purement mathématique, le Parti socialiste pourrait fournir des atouts précieux à l’Union populaire alors qu’il cherche à se constituer une majorité. (Malgré sa chute de gloire, le PS compte encore aujourd’hui plus de sièges à l’Assemblée nationale que LFI ou le PCF.)

Comme les communistes, les socialistes disposent également d’une base solide d’élus aux niveaux municipal et régional. La France Insoumise, en revanche, a du mal à convertir son attractivité nationale en une présence au niveau local.

Quoi qu’il en soit, David Guiraud affirme que la responsabilité ultime incombe au Parti socialiste et à sa volonté d’approuver ce qui est sur la table. “C’est à lui d’être clair dans ses positions”, dit-il.

Jusqu’à présent, les pourparlers semblent aller dans la bonne direction. Après une première série de réunions mercredi, le négociateur en chef de LFI, Manuel Bompard, a déclaré à la presse qu’il n’avait pas l’impression de “parler au même PS qu’il y a deux ou trois ans”, ajoutant que rien “ne semblait insurmontable”.

Alors qu’un accord avec le PS irriterait probablement une partie de la base des Insoumis – Mélenchon a longtemps fustigé le parti qu’il a quitté en 2008 – cela génère également des frictions au sein du camp socialiste. (L’ex-président François Hollande serait furieux sur l’ouverture du parti à LFI, bien qu’il soit minoritaire, et le chef du parti, Olivier Faure, a encouragé les mécontents des pourparlers à quitter le PS.)

Alors que le premier tour des élections législatives du 12 juin est encore dans des semaines et qu’un accord n’a pas encore été finalisé, il y a une ironie remarquable sur l’état actuel des choses. Alors que les partis de gauche s’orientent vers un pacte après des années de division, pour une fois leurs rivaux les plus acharnés semblent un peu plus divisés. A l’extrême droite, le Rassemblement national de Marine Le Pen a abattu une invitation d’Éric Zemmour à s’allier à son parti Reconquête. En attendant, le chef de la droite Les Républicains a promis que son parti resterait une force indépendante au Parlement, ne faisant qu’ajouter aux doutes sur la façon dont Macron pourra bricoler une majorité amicale à l’Assemblée nationale.

Dans le climat politique très instable de la France, toute cette division – couplée à une large unité de gauche – pourrait simplement garder le «trou de la souris» ouvert.

« Il ne faut pas oublier que nous avons été soutenus par tout un tas de jeunes, dans tout un tas de quartiers populaires », dit Guiraud. “Nous devons sortir et garder ces personnes mobilisées.”



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire