La guerre de Poutine est un désastre pour les Russes ordinaires

0
224

Aucun de nous n’avait vu venir cette guerre, surtout parce que nous ne comprenions pas quels pouvaient être ses objectifs. Cela semblait contre-intuitif et illogique, comme c’est encore le cas après plusieurs jours d’invasion.

Au lieu de cela, nous assistons aujourd’hui à l’explosion de différents facteurs agissant sur les échelles de temps les plus diverses. Le facteur de long terme est la crise définitive d’une idée impérialo-nationale du XIXe siècle qui — « mise au grenier » tout au long du XXe siècle par l’expérience soviétique — est aujourd’hui anachroniquement réaffirmée dans le présent par un gouvernement qui ne peut trouver d’autre colle identitaire. A moyen terme, il y a la sortie chaotique et traumatisante de l’expérience multinationale et unitaire de l’URSS ; les différentes formations étatiques issues de cet effondrement partagent une incapacité substantielle à réorganiser les relations entre des pays liés par mille fils historiques, ethniques et identitaires. Ensuite, dans l’ici et maintenant, il y a la tentative de Vladimir Poutine de « renverser la table » d’un paysage des relations internationales où le temps joue contre lui. S’il semble encore possible à Poutine aujourd’hui de rendre l’Ukraine marginale et inoffensive pour lui, dans cinq ou dix ans cela serait devenu manifestement impossible.

Mais, qu’on le veuille ou non, pour faire de l’impérialisme, il faut les moyens, les idées et les alliés pour y arriver. Et quiconque connaît l’Europe de l’Est sait bien que la bataille de Moscou pour l’hégémonie dans cette région est déjà perdue. Ses frontières occidentales sont parsemées de voisins – de Tallinn à Bucarest, de Varsovie à Kiev – qui n’en veulent plus. Pour le reste, ils peuvent se détester et se marcher sur les pieds, mais sur un point ils sont unanimes : plus jamais Moscou.

Cette guerre est un dernier coup désespéré porté par un gouvernement dans les cordes et précipite définitivement la longue crise d’hégémonie russe. Poutine a fait une série de choix. Mais chacun d’eux a réduit la marge des choix ultérieurs, jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien.

La guerre se terminera bientôt et se terminera par un désastre pour la Russie elle-même. Elle est en effet gouvernée par un système de pouvoir usé et sénile, un équilibre de plus en plus fragile entre lobbies et corporations aux intérêts divergents ; il est institutionnellement fragile, basé sur la gestion clientéliste et paternaliste d’une architecture fédérale complexe (dont beaucoup de sujets ethniquement non russes peuvent difficilement voir d’un bon œil le virage impérial-national de Poutine) ; il est économiquement interconnecté avec l’Occident, en position subalterne sur tous les fronts sauf celui de l’approvisionnement en gaz ; elle a une opinion publique démoralisée et désabusée, qui réagira certainement avec colère face aux coûts inévitables et énormes d’une guerre impopulaire (un grand nombre de Russes ont des liens d’origine et/ou de parenté en Ukraine).

Que va-t-il se passer dans les prochaines heures ? Au moment d’écrire ces lignes, les négociations à la frontière ukraino-biélorusse ne font que commencer, il est donc trop tôt pour parler de développements sur le terrain. Cependant, nous pouvons dire ce que Poutine a déjà « réalisé » jusqu’à présent (je paraphrase ici l’analyse de l’historien Francesco Dall’Aglio) :

  1. Poutine a doté l’Ukraine d’une puissante mythologie nationale. Il a affirmé que l’Ukraine n’existait pas; bien, il y a peu de nier que c’est le cas maintenant.
  2. Il a donné une légitimité éclatante aux éléments d’extrême droite, pour ne pas dire nazis, de la société ukrainienne, qui revendiqueront tout le mérite de la résistance contre l’envahisseur (comme ils le font déjà).
  3. Cela a également ouvert la voie aux fascistes en Russie. La propagande officielle dit formellement que « nous sommes allés là-bas pour les libérer », mais le ton du discours public est donné par les nationalistes, les militaristes et les fascistes de tous bords.
  4. Elle a détruit tout semblant de soft power que la Russie avait encore à peine réussi à préserver en Europe de l’Est.
  5. Elle a élargi l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) ou l’a rendue attractive pour des pays qui n’étaient pas intéressés auparavant à y adhérer (comme la Finlande).
  6. Cela a grandement compliqué la vie des minorités russes dans les pays de l’ex-Union soviétique.
  7. Cela a grandement compliqué la vie des citoyens russes.
  8. Il a des relations aigres avec Pékin, qui, même en dehors de ses propres intérêts majeurs en Ukraine, maintient l’inviolabilité des frontières de l’État comme sa principale doctrine nationale et n’a aucune envie de se pendre à la corde de Poutine.

Tout cela en seulement quatre jours – eh bien, c’est tout un exploit.

Le résultat, si le système de pouvoir actuel en Russie parvient à se maintenir, sera une Russie poussée dans le coin des “États voyous” – appauvrie, peut-être contrainte à une relation de subordonné dépendant de la Chine, face à un durcit l’OTAN en Occident. La guerre de Poutine va donner à l’Ukraine une centralité sans précédent dans cette région : de ce conflit, elle va acquérir du prestige, une cohésion patriotique retrouvée et, on peut bien le prévoir, une hégémonie politique durable pour la droite nationaliste la plus intransigeante. Une telle Ukraine sera la clé de voûte de la politique américaine (sans parler de la politique « européenne ») dans l’espace slave-oriental, signifiant un rééquilibrage substantiel – voire un renversement – ​​de son rôle avec ce qui reste de celui de la Russie.

Comment la Russie peut-elle s’en sortir ? Il y a plusieurs possibilités : 1) continuité avec le système de pouvoir actuel, avec les conséquences que nous venons de décrire et un inévitable déclin à long terme ; 2) avec un coup d’état et la destitution de Poutine pour préserver les lobbies et les intérêts corporatistes qu’il ne protège plus ; 3) avec un véritable changement de leadership politique ; 4) avec l’effondrement de l’État. Les conséquences possibles de chacun de ces scénarios sont trop claires pour qu’il vaille la peine d’être illustrées davantage.

Le meilleur résultat, pour le moment, serait certainement la destitution de Poutine, avec un processus permettant l’élection au moins partiellement libre d’un gouvernement provisoire (comme il y a 105 ans !). Mais qui dans la Russie d’aujourd’hui pourrait superviser un tel processus ?

Pas le patriarche de l’Église orthodoxe russe, Kirill, dont les dernières déclarations [supporting the war, albeit hypocritically calling for civilian lives to be spared] s’est discrédité lui-même et l’église; pas les membres du gouvernement et du Parlement, ni ceux de la Cour constitutionnelle. Ce sont toutes les créatures de Poutine. Des décennies de dérive ont amené le pays à un point où il n’est plus possible de désigner une personnalité ou une institution qui pourrait servir de garant du processus de démocratisation.

Ceux d’entre nous – comme l’écrivain actuel, professeur de littérature russe – liés par mille liens à ce pays et à son peuple ne peuvent s’empêcher de ressentir une terrible angoisse en ce moment. Que pouvons-nous faire? Pas grand-chose – mais faisons cela, au moins.

Aidons les Russes « pensants » (ceux qui ne sont pas aveuglés par la propagande et le ressentiment, et ils sont nombreux !) à ne pas se sentir seuls. Aidez-les à exprimer le drame qui blesse avant tout leurs frères et sœurs ukrainiens mais aussi russes dans la mesure où ils sont complices de cette guerre, avec tout ce que cela implique de honte, d’humiliation et de peur pour l’avenir. Soutenons-les dans leur tentative de développer les outils pour penser « l’après », pour rassembler la plus grande partie possible de l’opinion publique autour d’idées nouvelles, pour une régénération de leur pays, de leur Etat, de leur identité.

En effet, cela vaut la peine de parler de l’opinion publique russe sur la guerre. Les Russes, dans leur grande majorité, sont hébétés. Personne ne pensait que cette issue était possible : l’Ukraine est « presque chez elle », ils parlent russe. Pour les Russes, ce qui se passe dépasse l’entendement et la raison.

De plus, le Russe « dans la rue » ne se rend pas compte de ce qui se passera demain : il pense qu’il continuera à vivre comme avant ; on lui dit depuis des années que le fonds russe en devises, la réserve d’or, etc. permettront au pays d’être totalement autosuffisant. Mais en réalité, avec l’extension du blocus de la Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication (SWIFT) à la banque nationale, les fonds en devises (principalement déposés dans des banques étrangères) seront gelés, et l’or est peu utile pour effectuer des paiements courants. Même s’ils envisageaient de vendre l’or à ce stade, on ne sait pas sur quels comptes ils verraient le produit versé. Compte tenu de tout cela, le rouble va s’effondrer et les canaux d’importation (qui couvrent pratiquement tout) vont commencer à se bloquer ; les prix des biens de consommation monteront en flèche, et les biens deviendront également rares, dans un pays où les inégalités de revenus sont déjà importantes et sans protection sociale efficace. En dehors de Moscou, le revenu moyen des Russes oscille entre 300 € et 600 € par mois.

L’économie russe est plus fragile qu’on ne le pense, marquée par des décennies de vols à tous les niveaux. Même les principales compagnies aériennes ne possèdent pas leurs avions, car ils sont presque tous loués à des compagnies étrangères : bientôt, vous ne pourrez plus voler en Russie.

Une autre chose doit être comprise. Probablement, en termes de pourcentage, une majorité de Russes croient aujourd’hui à la propagande. Mais que dit cette propagande ? Il leur dit que ce n’est pas une guerre ; ce n’est pas de la violence contre le peuple ukrainien, mais une opération rendue nécessaire pour sauver le peuple ukrainien lui-même du militarisme, du nazisme et de l’assujettissement à l’impérialisme américain par une clique de bradeurs. Tout cela est faux, oui; mais ceux qui y croient ne sont pas motivés par des motifs égoïstes, ils ne veulent pas la guerre et l’oppression, ils n’aiment pas la violence pour la violence. Une fois la guerre terminée, il est possible et nécessaire que les gens prennent collectivement conscience de ce qui s’est réellement passé.

Le problème est qu’il existe également dans l’opinion publique russe une forte composante activement nationaliste et autoritaire. Il n’est peut-être pas très important en nombre absolu, mais il est aussi déterminé, influent et raisonnablement riche. Il y a des corporations de militaires et d’anciens combattants, de policiers et d’anciens flics, ceux qui gravitent autour de la galaxie des services secrets, des groupes liés de diverses manières au commerce des armes, tout un sous-bois d’associations « patriotiques » composées de personnes ayant une bonne formation militaire et dévouées aux sports militarisés. . . . Le risque est une guerre civile sanglante – et cela dans un pays avec des bombes atomiques. Avec un dénouement qui pourrait bien être une dictature fasciste.

C’est pourquoi je conclurai en disant ceci : l’Europe doit maintenant se calmer, arrêter d’envoyer des armes et offrir une porte de sortie diplomatique à la Russie. Ensuite, nous verrons.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire