L’OTAN : la machine de guerre de l’Occident

0
283

En réponse à l’invasion russe de l’Ukraine, beaucoup ont condamné à juste titre l’agression impérialiste russe. Ce faisant, cependant, beaucoup sont tombés derrière les instruments de l’impérialisme occidental, soutenant et appelant à des sanctions et à d’autres actions de la part des puissances de l’OTAN qui ne font qu’aggraver le conflit. membre rs21 Andy Gamon soutient que la solidarité avec les Ukrainiens signifie appeler à la fin de l’OTAN.

“Pas de guerre entre les peuples, pas de paix entre les classes.”

Être Ukrainien maintenant, quelle que soit son origine ethnique, doit être effrayant. Les outils militaires du nationalisme de la Grande Russie de Poutine, les outils de l’impérialisme russe, pourraient rouler dans votre rue à tout instant. Et, si vous êtes un Ukrainien progressiste, tous les résultats doivent sembler mauvais : l’occupation russe de tout le pays menant à des années de lutte contre la résistance, l’occupation russe de la moitié du pays et des années de lutte contre la résistance, ou un gouvernement ukrainien nationaliste croupion en charge qui retient le changement progressif pendant une génération. Ce n’est pas une situation que je souhaiterais à qui que ce soit.

Pour les socialistes britanniques, nous devons nous tenir sans équivoque aux côtés des Ukrainiens qui résistent à l’invasion russe. Il ne peut y avoir aucun doute là-dessus. L’invasion russe est un projet impérialiste auquel il faut s’opposer.

Nous devons également examiner pourquoi cela se produit. En 2009, j’ai assisté à une manifestation à Strasbourg contre l’OTAN. Cette organisation militaire n’a qu’une seule raison d’exister : servir les objectifs de l’impérialisme occidental. Nous savions alors que son existence continue ne pouvait être qu’un moteur supplémentaire pour les guerres. Il ne fait aucun doute non plus que l’encerclement de la Russie par l’OTAN est l’un des principaux moteurs du conflit actuel ; les Ukrainiens ordinaires se retrouvent sous le feu et les bombes à cause de la rivalité impérialiste entre la Russie et l’OTAN.

L’OTAN, en tant qu’organisation, a été créée pour organiser l’impérialisme occidental dans sa lutte contre l’impérialisme soviétique. Les classes dirigeantes coopérant au sein de l’alliance aimaient prétendre que l’OTAN protège la démocratie. Ainsi, lorsque l’empire soviétique s’est effondré en 1991, l’adhésion à l’OTAN est devenue emblématique pour de nombreux pays du Pacte de Varsovie anciennement occupés. La Fédération de Russie nouvellement créée a également déclaré publiquement son intention de demander son adhésion, même si cela serait systématiquement bloqué. L’expansion continue de l’OTAN vers l’est, associée à leur propre exclusion de l’alliance, a alors commencé à ressembler à une menace pour la nouvelle classe dirigeante russe.

Ce contexte de l’invasion russe de l’Ukraine doit être compris. Cela ne diminue en rien notre solidarité avec la classe ouvrière ukrainienne de comprendre que cette invasion se déroule dans le contexte d’un impérialisme rival qui s’affronte, à la fois courtisant la classe dirigeante ukrainienne et tous deux prêts à accepter la mort d’Ukrainiens pour poursuivre leurs objectifs impérialistes mondiaux.

La seule façon de parvenir à la paix est donc que l’OTAN soit démantelée et que les Russes se retirent d’Ukraine. Pour les Britanniques qui veulent la paix, être solidaires avec les Ukrainiens doit également signifier appeler à la fin de l’OTAN. En tant que socialistes en Grande-Bretagne, nous pouvons avoir très peu d’impact sur la situation sur le terrain en Ukraine, même si nous devrions augmenter les exigences pour la fin des ventes d’armes à la Russie et l’accueil en Grande-Bretagne d’autant de réfugiés que nous le souhaitons. Mais c’est à nous de démanteler l’architecture impérialiste qui a rendu cette guerre possible : cela signifie mettre fin à l’OTAN.

Au cours des derniers jours, des politiciens professionnels des deux côtés de la Chambre des communes se sont effondrés pour se positionner sur la façon dont ils « tiendront tête à Poutine ». Ce discours n’a aucun sens. Il présente un mirage d’intervention directe en Ukraine (quelque chose que la classe dirigeante au Royaume-Uni n’est pas encore si folle à vraiment envisager) tout en dissimulant simultanément le fait que les sanctions proposées sont totalement inefficaces. Les sanctions appliquées par les pays impérialistes font rarement autre chose que nuire aux populations des pays cibles. Dans ce cas, ils ajouteront également à nos malheurs dans le cadre de notre propre crise du coût de la vie.

La posture et les sanctions occidentales n’auront pour effet que de fermer l’espace en Russie pour le mouvement anti-guerre naissant là-bas. L’agression occidentale rend l’argument de Poutine pour lui au niveau national, légitimant ses affirmations selon lesquelles l’Occident considère la Russie comme une menace et rendant plus difficile l’opposition à son projet de Grande Russie. Cela n’aide pas les Ukrainiens et cela n’aide pas les Russes; cependant, cela verrouille le conflit impérialiste dans lequel notre classe dirigeante actuelle de reconstitueurs de la guerre froide aime jouer.

Notre propre gouvernement a adoré prendre des positions dans cette crise. L’invasion a mis hors de l’ordre du jour les mensonges de Johnson sur les «participations» et les décès inutiles de milliers de personnes par Covid. Il arrive au cosplay en tant que Churchill, mais la réalité est que lui et les intérêts qu’il sert sont complètement au lit de la classe dirigeante des gangsters russes. Ils ne sont pas vraiment intéressés à arrêter la guerre qu’ils ont contribué à créer. Ils ne sont pas non plus intéressés à nous aider à surmonter les effets de cette guerre : la hausse des prix qui plongera davantage de personnes dans la pauvreté. Ils n’ont pas de solutions et ne méritent ni soutien ni couverture de notre part.

La gauche en Grande-Bretagne ne peut pas se laisser distancer par la rhétorique chauvine qui attise les tensions en Ukraine : cela met la vie des Ukrainiens en danger. Nous ne pouvons pas non plus hésiter à condamner l’invasion russe et devrions espérer sa défaite. Nous devons également nous assurer que la Grande-Bretagne est une destination d’accueil pour les réfugiés ukrainiens. Surtout, l’endroit où nous pouvons avoir le plus d’effet est en prenant l’argument contre l’OTAN. Nous devons démanteler l’OTAN en tant qu’arme si nous voulons détruire les tensions qui tuent actuellement les Ukrainiens.

Lors de cette manifestation de l’OTAN à Strasbourg, alors que nous étions gazés par des robots CRS, j’ai aussi un souvenir vivace d’une banderole anarchiste tendue sur un pont d’autoroute :

Pas de guerre entre les peuples, pas de paix entre les classes.

Pas de guerre entre les peuples, pas de paix entre les classes.

Bien que nous n’en soyons pas encore là, cela semble être une position aussi bonne que n’importe quelle autre à viser.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire