La guerre en Ukraine n’est pas un combat entre le bien et le mal ; Juste mauvais contre mauvais

0
82

* Si nous voulons combattre la montée du fascisme chez nous, nous ne pouvons pas soutenir l’envoi d’armes à feu aux fascistes à l’étranger ;

* Ni les gouvernements russe ni ukrainien ne sont amis du travailleur ;

* Il est temps pour une paix négociée !

La Russie, la plus grande nation, agit en tant qu’agresseur en Ukraine. L’invasion a été motivée par un désir d’empire et est de nature impérialiste. Mais tous les combats ne sont pas créés égaux, les contes de fées ne sont pas tous vrais et tous les outsiders ne méritent pas un soutien armé.

L’État ukrainien, comme la Russie, est de droite. Mais contrairement à tout autre pays au monde (au moins depuis la chute de la dictature de Franco en Espagne), l’Ukraine a organisé des groupements nazis et fascistes ouvertement incorporés dans ses forces armées. L’un d’eux est le bataillon Azov, qui a une influence massive (et croissante) au sein du régime de Zelensky.

Cependant, il ne devrait pas être si surprenant que l’État ukrainien reste déterminé à honorer les fascistes contemporains. De 2014 (après que les États-Unis ont soutenu le renversement du gouvernement précédent) jusqu’à l’hiver 2022, d’innombrables monuments ont été construits en l’honneur du chef fasciste de la Seconde Guerre mondiale, Stepan Bandera ; un homme qui a collaboré avec les nazis et joué un rôle dans l’holocauste (1,5 million de Juifs ukrainiens ont été assassinés dans des camps de la mort et par un peloton d’exécution pendant la Seconde Guerre mondiale). C’est l’homme que l’État ukrainien, la classe dirigeante et le mouvement fasciste grandissant ont choisi d’élever au rang de héros national.

Le bataillon nazi Azov, pour sa part, est devenu une partie officielle des forces armées ukrainiennes en 2014. À partir de 14′, Azov a été fortement engagé dans un conflit armé contre des séparatistes russophones dans le Donbass. Pendant ce temps, l’ONU a découvert qu’Azov était impliqué dans des actes de torture et des viols collectifs. La montée en puissance de cette aile nazie de l’armée ukrainienne, avant l’invasion russe, a été suffisamment déconcertante pour que le Congrès américain, en 2018, interdise que l’aide militaire accordée à l’Ukraine soit acheminée vers Azov.

À l’époque, le membre du Congrès Ro Khanna (D-Californie) a déclaré :

« La suprématie blanche et le néonazisme sont inacceptables et n’ont pas leur place dans notre monde… Je suis très heureux que l’omnibus récemment adopté empêche les États-Unis de fournir des armes et une aide à la formation au bataillon néonazi Azov combattant en Ukraine… Le Département d’État devrait faire pression sur Kiev pour qu’elle se dissocie de ce groupe et enquête pour savoir si l’une de nos armes ou formations leur a déjà été fournie… Ce n’est qu’une des nombreuses raisons pour lesquelles les législateurs devraient s’inquiéter de l’acheminement d’énormes quantités d’armes vers cette zone de conflit instable.

Bien que les temps aient changé (et que les États-Unis n’imposent plus de telles restrictions au flux d’armes vers l’Ukraine), les inquiétudes du représentant Khanna étaient fondées. Le fondateur et dirigeant d’Azov, Andriy Biletsky, a déclaré sans vergogne que la mission de l’Ukraine est de “mener les races blanches du monde dans une croisade finale… contre les sémites”. [Jewish] Untermenschen. Azov, qui arbore un emblème SS comme drapeau de bataille, a également proclamé que leur intention était de nettoyer l’Europe des immigrés et des homosexuels.

Malgré la sombre histoire d’Azov (et d’autres groupes fascistes opérant en Ukraine), le président Zelensky a choisi de ne pas éloigner son gouvernement des fascistes et il continue de faire tout son possible pour louer Azov en tant que combattants de première ligne dévoués contre la Russie. Il leur a décerné des médailles et mis des plaques dans les rues de Kiev en l’honneur de leurs morts. Ce sont des nazis…

La vérité est que l’Ukraine connaît un problème nazi croissant depuis des années, et depuis l’invasion russe, l’influence fasciste et de droite dans ce pays n’a fait que croître. En fait, le gouvernement a récemment proposé de nouvelles lois du travail qui réduisent considérablement les droits des syndicats et des travailleurs dans tout le pays. Et pendant ce temps, une multitude de partis de gauche (ceux que l’on disait sympathisants des séparatistes russes) ont été interdits et leurs membres expulsés du Parlement.

L’histoire a montré des exemples de nombreuses guerres et conflits armés au cours desquels des mouvements de gauche de la classe ouvrière se sont développés à partir de la lutte. L’Espagne, confrontée à un soulèvement fasciste en 1936, a vu les travailleurs non seulement se porter volontaires pour les lignes de front, mais aussi s’emparer d’usines qui sont ensuite devenues démocratiquement gérées par leurs syndicats. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les groupes de résistance à travers l’Europe occidentale étaient souvent organisés par les partis communistes et socialistes locaux et, après la victoire de la guerre, ont poursuivi leur lutte en remportant les élections ou, dans le cas de la Yougoslavie, en prenant les rênes du gouvernement avec un soutien populaire de masse. Même notre propre révolution américaine s’est déroulée sous la forme d’un appel de plus en plus militant à une démocratie plus radicale par les fermiers ordinaires qui se sont battus contre l’impérialisme britannique. Mais hélas, après neuf mois de combats, jusqu’à présent, il n’y a pas eu de mouvement de masse progressiste des Ukrainiens en quête d’une nation d’après-guerre plus libératrice ou plus gauchiste. Au contraire, l’extrême droite continue de croître, continue de consolider le pouvoir (maintenant soutenu par des armes occidentales illimitées) et les formations nazies opèrent en toute impunité sous la bannière de leur armée. Cela soulève la question suivante : si l’Ukraine devait l’emporter, et s’il n’y avait pas de compte à rendre avec le contingent croissant de fascistes armés avant une telle victoire, à quoi ressemblerait un État d’après-guerre ?

Bien sûr, ce n’est pas l’histoire que Zelenskyy veut raconter, et ce n’est pas dans le récit simpliste, celui du bien contre le mal, que l’OTAN et les États-Unis préféreraient que nous restions dans les limites. Pas plus tard que la semaine dernière, CNN et d’autres réseaux ont été expulsés d’Ukraine après avoir diffusé un film de citoyens de Kherson accueillant des soldats ukrainiens avec des saluts nazis. Oui, la réalité de l’Ukraine est celle où l’on rencontre des libérateurs, non pas des drapeaux rouges ou des bannières de l’Union, mais des bras tendus qui rappellent davantage une Europe que nous pensions avoir laissée derrière nous.

De plus, il y a quelques jours à peine, des roquettes ont frappé la Pologne (un pays de l’OTAN). Zelenskyy n’a pas tardé à affirmer qu’il s’agissait d’une attaque russe et qu’en tant que tel, l’article 5 du traité de l’OTAN devait être invoqué, déclenchant ainsi la Troisième Guerre mondiale entre les puissances nucléaires. En fin de compte, il s’agissait de roquettes ukrainiennes, qui ont probablement déraillé après avoir cherché à abattre des missiles russes. Je souligne cela pour montrer à quel point la situation mondiale est dangereuse en ce moment en ce qui concerne la guerre et le soutien inconditionnel continu de l’Occident à l’Ukraine.

Et soyons clairs : l’invasion russe, bien que non justifiée, trouve des racines partielles dans le désir occidental d’expansion de l’OTAN (ce vers quoi le gouvernement ukrainien se dirigeait), et la crainte qu’une telle alliance militaire expansionniste sur de nouvelles sections de sa frontière représentait une menace stratégique. La guerre trouve également une étincelle dans la répression ukrainienne des russophones et dans le conflit armé sanglant entre le gouvernement central de Kiev et les régions sécessionnistes majoritairement russes de l’est. Compte tenu de ces dynamiques, associées au désir de la Russie de récupérer des aspects de son ancien empire, il n’est pas difficile de voir comment la guerre a vu le jour.

Rien de tout cela n’est dit dans l’intention de chercher à blanchir ou à justifier l’agression russe. La Russie de Poutine, comme l’Ukraine, n’est pas l’amie des travailleurs, ni l’amie de la gauche. Il devrait être clair que Poutine n’est pas motivé par une idéologie progressiste ou même par une préoccupation de base avec un fascisme montant (en fait, son gouvernement fournit un soutien à un certain nombre de groupes fascistes à travers le monde). Pour lui, comme je l’ai dit à maintes reprises, c’est une guerre d’empire. Rien de tout cela ne vise non plus à atténuer ou à nier les crimes de guerre qui auraient pu être commis par les forces de Poutine. Il ne fait aucun doute que des crimes de guerre ont été commis, mais ne soyons pas assez fous pour penser que les fascistes dans les rangs ukrainiens ne se sont pas également livrés à de telles activités contre les russophones, les minorités et ceux qu’ils perçoivent comme des collaborateurs (même si les médias d’entreprise “intégrés” le font pas les mettre aux nouvelles du soir). Comme Sherman l’a dit un jour, concernant sa marche brutale à travers la Confédération, “la guerre est un enfer” et il faut certainement avoir de l’empathie et de la sympathie pour les innombrables civils qui souffrent aujourd’hui.

Je dis ce que je dis pour appeler un chat un chat. Ce sont les faits et ils doivent être examinés avec un sens sombre si nous voulons prendre une décision éclairée quant à ce qui doit être fait ensuite. Si nous devons risquer une guerre nucléaire, faisons-le en tant que peuple qui ne se nourrit pas de contes de fées sur la façon dont les méchants Russes marchent sur une Ukraine innocente et irréprochable avant de continuer à marcher sur Paris puis Des Moines. Exprimons clairement et avec précision que l’État ukrainien, qui avant la guerre était cité comme l’un des plus corrompus au monde, est réactionnaire et de droite dans son essence et ne s’excuse pas en ce qui concerne son soutien ouvert et institutionnel aux nazis et aux fascistes.

Reconnaissons également qu’étant donné les configurations politiques actuelles à l’intérieur de l’Ukraine, si rien n’est fait, il est probable que ce qui émergerait d’une victoire ukrainienne complète (ce qui n’est que vaguement possible grâce au flux massif d’armes de l’OTAN) pourrait très bien être un puissant et mouvement fasciste armé dans une position d’influence aiguë sur une nation de 44 millions d’habitants en Europe centrale. Ainsi, à l’instar du précédent soutien militaire des États-Unis aux moudjahidines en Afghanistan (qui a conduit à la montée éventuelle des talibans et d’Al-Qaïda), un soutien inconditionnel et inconditionnel continu de l’Occident à une Ukraine de droite pourrait être accoucheur d’un avenir plus sombre lorsque le brouillard de la guerre finit par se lever.

En tant que mouvement ouvrier, nous devons exiger mieux. Au minimum, nous ne devons pas soutenir un flux illimité d’armes vers l’Ukraine alors que les nazis et les fascistes sont autorisés et encouragés à opérer ouvertement dans ses rangs. Et plus loin, il est temps pour l’Occident d’encourager une fin négociée du carnage ; pas celui où l’un ou l’autre des combattants obtient la pleine portée de leurs désirs, mais celui où le monde voit une désescalade comme l’alternative à une effusion de sang sans fin, à l’enhardissement supplémentaire des fascistes ou, pire, à une guerre nucléaire. Ce n’est pas une position pacifiste (je ne suis pas pacifiste). C’est une position sensée, et ensemble, puissions-nous travailler pour que le bon sens prévale.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/11/21/war-in-the-ukraine-is-not-a-fight-between-good-and-evil-just-bad-vs-bad/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 1 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire