La guerre Russie-Ukraine à trois mois

0
38

Trois mois après le début de l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie, les Russes n’ont pas réussi à atteindre leurs objectifs. Les responsables américains s’attendent maintenant à une guerre d’usure, aucune des parties n’étant capable d’une percée militaire décisive. La fin de la guerre reste floue.

Une invasion ratée

Le 24 février, les forces russes ont envahi l’Ukraine depuis le nord, y compris depuis la Biélorussie, depuis le sud depuis la Crimée et depuis l’est. Les multiples axes d’attaque suggéraient que l’armée russe visait à capturer rapidement la capitale de Kiev, à déposer le gouvernement démocratiquement élu et à occuper peut-être autant que les deux tiers orientaux de l’Ukraine.

Les Russes ont échoué. Leurs forces ont atteint la périphérie de Kiev mais se sont retirées fin mars. La poussée de l’armée russe vers Odessa s’est enlisée autour de Mykolaïv après trois semaines. En mai, les forces russes attaquant Kharkiv, la deuxième plus grande ville d’Ukraine et située à seulement 25 miles de la frontière russe, ont été repoussées, n’ayant pénétré que dans la périphérie de la ville.

L’armée russe a finalement pris le contrôle de Marioupol à la mi-mai, lorsque les dernières forces ukrainiennes se sont rendues après une vaillante résistance. Des semaines de bombardements et de bombardements russes aveugles ont laissé Marioupol, une ville à prédominance russophone où près de la moitié de la population était de souche russe, complètement dévastée.

Après leur retraite de Kiev et du nord de l’Ukraine, les forces russes se sont concentrées sur la région du Donbass, dans l’est de l’Ukraine. Après six semaines, ils ont fait quelques progrès mais à un coût considérable face à des défenses ukrainiennes déterminées.

Les analystes militaires se demandent si l’armée russe deviendra bientôt une force épuisée – épuisée par de lourdes pertes, des pertes d’équipement élevées, un moral médiocre et une logistique faible, et incapable de monter une autre opération offensive majeure. La décision du Kremlin de ne pas déclarer une mobilisation complète rend difficile pour l’armée russe de remplacer les pertes au combat. Les responsables américains voient le président russe Vladimir Poutine creuser obstinément, ne discernent aucune voie de négociation à court terme et s’attendent à une guerre d’usure, les parties se battant mais ne pouvant remporter une victoire convaincante.

Avoir hâte de

L’Ukraine semble avoir déjà gagné dans un sens : pratiquement personne ne croit que l’armée russe est capable de prendre Kiev et d’occuper la moitié ou les deux tiers du pays. Les Ukrainiens reviennent dans la capitale et la vie y a commencé à prendre un air de normalité. Quelle que soit la fin de la guerre, un État ukrainien indépendant et souverain restera sur la carte de l’Europe.

Au-delà, les choses deviennent plus difficiles à prévoir. Le Kremlin s’est maintenant concentré sur la prise du contrôle total du Donbass, un objectif considérablement réduit par rapport à ses objectifs d’invasion initiaux. Moscou devra peut-être réduire davantage son objectif du Donbass au contrôle total de l’oblast de Lougansk, mais pas de l’ensemble de l’oblast de Donetsk. Les forces russes dans le sud de l’Ukraine ont commencé à préparer des positions défensives.

Les forces ukrainiennes, soutenues par un flux croissant d’armes en provenance de l’Occident, ont mené des contre-attaques réussies ainsi qu’une solide défense mobile. Cependant, le passage de la défense à une contre-offensive à grande échelle visant à chasser les Russes du territoire qu’ils occupent depuis le 24 février constituerait un défi de taille. Dans ce cas, certains des avantages qui favorisent la défense reviendraient à l’armée russe.

Une impasse militaire qui pourrait peut-être s’éterniser encore plusieurs mois apparaît donc comme le scénario le plus probable.

Une vraie négociation ?

Un règlement négocié offre une voie pour mettre fin à une guerre. Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy est apparu prêt à un compromis sur des questions clés en mars, par exemple, proposant de mettre de côté les ambitions de Kiev de rejoindre l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et d’accepter la neutralité. Mais son homologue russe n’a pas saisi la possibilité d’assurer une Ukraine neutre et peut-être d’autres gains.

Rétrospectivement, cela pourrait s’avérer être une occasion manquée pour Moscou. Les attitudes ukrainiennes envers la négociation se sont durcies depuis mars. Cela reflète la confiance croissante dans les capacités de l’armée ukrainienne et l’indignation face aux crimes de guerre russes, tels que la destruction gratuite de Marioupol, et les atrocités dans des endroits tels que Bucha et Borodianka. La colère publique limite presque certainement la liberté de manœuvre que Zelensky pourrait avoir pour envisager d’éventuelles concessions.

Alors que Kiev a présenté en mars une proposition suggérant une volonté de compromis sur la Crimée, illégalement saisie et annexée par la Russie en mars 2014, les responsables ukrainiens insistent maintenant sur la restauration complète des frontières de l’Ukraine à partir de 1991. L’Occident devrait soutenir cette position et rejeter l’accord du Kremlin. tentative de redessiner les frontières internationales par la force des armes.

On ne sait pas si Kiev maintiendrait cette position si la guerre s’éternisait. À moins d’un effondrement total de l’armée russe (ce qui n’est pas exclu, mais peu probable), il est difficile de voir comment l’Ukraine peut rassembler l’influence nécessaire pour regagner la Crimée. Un haut responsable ukrainien a déclaré en privé en septembre 2014 que Kiev devrait peut-être laisser partir la partie alors occupée du Donbass – “ils ne pensent pas comme nous” – mais il a rapidement ajouté qu’aucun responsable ukrainien sérieux ne pouvait dire cela publiquement et s’attendre à survivre. Lors d’une récente discussion privée, un politicien ukrainien n’a pas plaidé pour l’abandon de la Crimée et du Donbass, mais a noté que la reconquête de ces territoires entraînerait un handicap : le retour de trois ou quatre millions d’électeurs pro-russes, ce qui perturberait la politique ukrainienne.

La façon dont l’Ukraine résout ce dilemme est une question qui appartient au gouvernement ukrainien. Zelensky a laissé la porte ouverte à la diplomatie. Si Moscou change d’approche et passe à une négociation sérieuse, Zelenskyy devra peser la balance entre son désir de mettre fin au massacre d’Ukrainiens, l’impératif de protéger les positions de principe de Kiev par rapport à la nécessité éventuelle d’un compromis et le retour de bâton politique potentiel. si les Ukrainiens estiment qu’un compromis cède trop à la Russie.

Seuls Zelenskyy et son gouvernement peuvent peser les compromis et prendre cette décision délicate. L’Occident devrait suivre l’exemple de Kiev dans toute négociation, ne pas presser l’Ukraine d’accepter un règlement qu’elle ne veut pas et ne pas s’opposer à un règlement que Kiev favorise et estime conforme aux intérêts de l’Ukraine. Les pays occidentaux devront décider quoi faire des sanctions contre la Russie ; certains pourraient souhaiter maintenir les sanctions même après un règlement, même si l’Occident devrait être sensible à l’assouplissement des sanctions si Kiev déclare que cela est nécessaire pour obtenir un accord par ailleurs acceptable.

Bien sûr, il s’agit d’une discussion académique tant que le Kremlin ne s’intéresse pas à une négociation sérieuse.

Une tragédie et une catastrophe

L’Ukraine n’a rien fait pour provoquer ou justifier cette guerre de choix, un choix fait par Poutine. C’est une tragédie pour le pays, qui a entraîné la mort de milliers de soldats et de civils ukrainiens et d’énormes dégâts matériels aux infrastructures, aux maisons et aux appartements, ainsi qu’aux installations commerciales et industrielles. (Cela pourrait également devenir une tragédie pour les pays du monde entier qui dépendent des exportations alimentaires ukrainiennes qui sont désormais bloquées.)

La guerre s’est également avérée un désastre pour la Russie : des dizaines de milliers de soldats tués et blessés, des pertes d’équipement importantes, un isolement international, des sanctions qui infligent de véritables souffrances économiques et une OTAN galvanisée, revigorée et réarmée qui accueillera bientôt la Finlande et la Suède dans ses rangs. De plus, l’OTAN pourrait bien décider de rendre la présence des forces de l’alliance sur son flanc oriental (par exemple, dans les États baltes et en Pologne) permanente plutôt que tournante. La guerre de Poutine ne réussira pas à rapprocher l’Ukraine de l’orbite de Moscou ; il s’agit plutôt d’imprégner une haine envers la Russie en Ukraine qui mettra des décennies à être surmontée.

La guerre a une victime claire et un agresseur clair. Il est dans l’intérêt de l’Occident que le Kremlin échoue dans sa tentative d’assujettir l’Ukraine et de priver les Ukrainiens du droit de déterminer leur propre voie. Cela signifie continuer à fournir aux Ukrainiens les moyens de défendre leur pays et de repousser l’armée d’invasion russe. Cela signifie également renforcer les sanctions pour accélérer les ravages de l’économie russe en raison des décisions désastreuses de Poutine.

En fin de compte, l’issue souhaitée de cette guerre verrait les Ukrainiens forcer un retrait russe ou, au minimum, amener Moscou à accepter un règlement négocié à des conditions acceptables pour Kiev. S’assurer que l’agression de la Russie échoue et que l’Ukraine obtienne l’un de ces résultats devrait être le principal objectif de l’Occident.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire