La maison vient d’adopter le plan Build Back Better de Biden. Maintenant, c’est à Joe Manchin de décider. – Mère Jones

0
39

J. Scott Applewhite/AP

Combattez la désinformation. Obtenez un récapitulatif quotidien des faits qui comptent. Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones bulletin.

Vendredi matin, la Chambre des représentants a adopté un projet de loi de dépenses de 2 000 milliards de dollars, franchissant une étape cruciale vers la mise en œuvre du programme national ambitieux du président Joe Biden et offrant aux démocrates un moment fragile et éphémère d’unité du parti.

La mesure comprend 400 milliards de dollars pour la prématernelle universelle et la garde d’enfants, 166 milliards de dollars pour le logement abordable et plus de 550 milliards de dollars pour faire face à la crise climatique. Il contient un certain nombre de dispositions en matière de soins de santé, telles qu’un plafond de 2 000 $ par an sur les dépenses en médicaments des personnes âgées, les prestations auditives de Medicare et une expansion de Medicaid dans 12 États pour subventionner l’assurance d’environ 2 à 4 millions d’Américains pauvres.. Le projet de loi prolonge également le crédit d’impôt pour enfants, un paiement mensuel de 250 $ à 300 $ par enfant adopté dans le cadre du plan d’allégement COVID-19 des démocrates, pour une autre année.

Une petite faction de démocrates centristes de la Chambre avait demandé de retarder le vote jusqu’à ce qu’ils voient un score du Congressional Budget Office pour indiquer les effets du projet de loi sur le déficit national. Ce score, publié jeudi après-midi, indiquait que le paquet augmenterait le déficit budgétaire fédéral de 160 milliards de dollars sur 10 ans, mais ne tenait pas compte des revenus qui devraient être augmentés par les mesures d’application du projet de loi de l’IRS, un résultat qui a satisfait la plupart des récalcitrants. En fin de compte, un seul législateur démocrate a voté contre la mesure : le représentant Jared Golden (D-Maine), qui s’est opposé à la disposition du projet de loi visant à relever le plafond de la déduction fiscale nationale et locale, une mesure qui réduit les impôts des riches. Aucun législateur républicain n’a voté pour le projet de loi.

Le vote avait également été retardé par le chef de la minorité à la Chambre, Kevin McCarthy (D-Calif.), qui a prononcé une obstruction de facto de 8,5 heures sur le sol de la chambre. Ses propos, qui ont commencé jeudi vers 20h30 et se sont terminés vendredi matin à 5h du matin, s’apparentaient à une critique tentaculaire du projet de loi et du Parti démocrate. Cela n’a eu aucun effet mesurable sur l’adoption du projet de loi autre que de ralentir le vote. La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi (D-Calif.) a qualifié l’acte de « crise de colère ».

Dans l’ensemble, la législation représente le plus grand investissement national de l’histoire des États-Unis. Mais c’est loin de ce que le président Biden et la majorité des législateurs démocrates avaient promis lorsque la Maison Blanche a dévoilé son programme national de plus de 4 000 milliards de dollars au printemps dernier. La proposition a d’abord été réduite à sa taille lorsque les dirigeants démocrates ont ensuite divisé son programme en deux : un projet de loi bipartite sur les infrastructures de 1,2 billion de dollars et un projet de loi de dépenses de 3,5 billions de dollars qui, en raison des particularités des règles budgétaires du Congrès, ne peuvent être adoptés qu’avec des votes démocrates.

Mais il faut les voix de tous cinquante sénateurs démocrates à passer au Sénat également divisé. Le sénateur Joe Manchin (DW.V.) a contesté le prix global et s’est engagé à voter contre tout ce qui n’est pas plus proche de ses 1 500 milliards de dollars préférés. Le sénateur Kyrsten Sinema (D-Arizona), quant à lui, a refusé de soutenir l’une des augmentations de l’impôt sur les sociétés que les démocrates avaient proposé de payer pour la législation. Leurs demandes ont prolongé les négociations pendant des mois et réduit la proposition initiale de près de moitié.

Et les coupes ne sont pas encore définitives. Le projet de loi se dirige maintenant vers le Sénat, où Manchin devrait exiger une dernière livre de chair. Il a clairement indiqué qu’il ne soutenait pas les quatre semaines de congé familial payé ni un certain nombre de dispositions climatiques. La mesure n’a pas non plus été entièrement examinée par le parlementaire du Sénat, qui l’éliminera de toute dépense qui ne respecte pas clairement les règles du processus budgétaire du Congrès. L’allocation de 133 milliards de dollars pour la réforme de l’immigration est particulièrement menacée d’expulsion à cette étape.

Mais Manchin a indiqué qu’en fin de compte, il soutiendra en fait le projet de loi, dire aux journalistes mercredi qu’il est d’accord avec un vote en sa faveur par le chef de la majorité au Sénat Chuck Schumer (DN.Y.) date limite de la fin de l’année. Biden, semble-t-il, est sur le point de sécuriser son héritage– il vient d’être considérablement réduit à la taille.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici